Clean Shot : Info-trafic #4

DÉBUT TRANSCRIPTION

>>

Salut à tous les transporteurs et commerçants. Je suis de retour. Alors je sais, je sais. Après trois mois de rediffusions, vous pensiez probablement que vot’ vieux pote Craig Burton avait plié les gaules avant de vous laisser en rade. Et bien, vous m’avez aussi manqué. La vérité c’est que j’ai eu un nouveau petit Burton qui déambule dans la maison. Je suis fier de vous présenter à tous la petite Mia May Burton. J’peux vous dire que cette petite fille déborde d’énergie comme sa maman mais elle a heureusement hérité de la bonne bouille de son papa.

Beaucoup de choses ont eu lieu depuis que je suis parti et au lieu de ressasser le passé, nous allons repartir tout de suite sur les chapeaux de roue. Tout d’abord, nous avons un nouvel épisode du Matos de Craig où j’explique mon choix du prochain meilleur équipement sur lequel vous devriez commencer à lorgner. Après ça, Michael Taft, adjoint et conseiller en politique, sera à nos côtés dans le studio pour parler des changements du calendrier officiel de l’UEE. Mais tout d’abord, un mot de l’un de nos incroyables sponsors.

Shubin Interstellar. Pendant plus de deux siècles, Shubin a mené l’industrie minière des opérations planétaires et possède actuellement des infrastructures dans plus de trente systèmes. En ce moment, ils ont besoin de votre aide. C’est exact, contactez le représentant Shubin de votre secteur pour découvrir les formidables possibilités d’emploi dans votre système et au-delà.

Shubin_White-300x130
Ok les gars, voici le Matos de Craig…

<jingle d’intro>

Ce que je vais dire aujourd’hui va peut-être vous choquer, cela va peut-être vous secouer et, qui sait, peut-être que vous vous demanderez quelle espèce d’extraterrestre aura pris le contrôle de mon esprit mais le choix de cet épisode pour le Matos de Craig est le nouveau Drake Caterpillar modèle E.

Oui, vous avez raison. Dernièrement, j’ai été assez… critique si on peut dire… envers la gamme de vaisseaux Drake. Ou pour être honnête, je crois que j’ai dû les décrire comme des « vaisseaux crades et bon marché construits pour les truands. » Mais si vous ramassez votre mâchoire tombée par terre, je vais vous expliquer pourquoi.

Le nouveau Caterpillar est un transporteur, ni plus ni moins. Rien que le nombre d’options que vous pouvez choisir est vraiment hallucinant. Vous souhaitez transporter du minerai brut ? Fastoche. Et compartimenter votre soute pour permettre le transport de serveurs comm, d’une cargaison et de passagers ? Il peut tout embarquer sans aucun problème. Ce satané machin est un monstre de métal qui pourra transporter tout ce que vous pourrez y caser.

Vous allez peut-être avancer que ses capacités offensives sont un peu légères. Vous avez raison, ce n’est pas demain la veille qu’il sortira vainqueur d’un combat mais ce qu’il vous manque en puissance de feu est plus que compensé par ses moyens de défense. Si vous avez besoin de cet engin pour résister aux dégâts et que vous en redemandez, il pourra tenir le coup. Encore une fois, tout dépend de la combinaison des options.

Le plus gros inconvénient n’a rien à voir avec le vaisseau lui-même. C’est la réputation qui va avec, en grande partie à cause de moi. Pour chaque flic, agent, mercenaire et citoyen, les vaisseaux Drake sont considérés comme suspects peu importe où ils vont. Bien sûr, l’entreprise essaye de réfuter l’association de leurs vaisseaux aux criminels mais allez, on sait tous ce qu’il en est.

Donc le plus gros problème avec le Caterpillar est l’attention négative que vous allez susciter. Les flics vous scanneront probablement plus souvent que vous n’en avez l’habitude. Les chasseurs de primes vous enregistreront dans leur base de données juste au cas où un contrat finirait par vous retomber dessus. Mais je vous le dis, ça en vaut le coup parce que cet engin vous amènera à bon port et c’est tout ce que les vieux briscards comme nous pouvons demander.
Passons à la suite avec un invité spécial rien que pour vous aujourd’hui. Michael Taft est l’adjoint et le conseiller en politique de la Sénatrice Mira Ngo de Terra, l’une des représentantes les plus ferventes vis-à-vis de l’établissement de Terra en tant que nouvelle capitale de l’UEE. Merci d’être venu, Mike.

Michael Taft : <pause> Merci de m’avoir invité.

Alors votre chef est à nouveau montée au créneau. Après que son projet de loi se soit cassé les dents –

Michael Taft : Je ne pense pas que ce soit la meilleure façon de le dire.

Après qu’il se soit cassé les dents et qu’il soit mort et enterré. Elle cherche maintenant à s’en prendre au calendrier de l’UEE et au système horaire mieux connu sous le nom de temps terrien standard qui est actuellement utilisé par toutes les planètes sous la juridiction de l’UEE.

Michael Taft : Oui, Craig. C’est exact.

Et bien, continuez…

Michael Taft : Pour dire les choses franchement, c’est un système ridicule. Je veux dire, pourquoi la Terre doit-elle être le modèle à suivre pour les unités de mesure de chaque planète ? Si vous jetez un œil au registre des systèmes, vous pourrez constater que la période de rotation de toutes les planètes est mesurée en heures terriennes standards et que leur période de révolution est mesurée en jours terriens standards. Le seul fait que chaque événement historique, peu importe le système dans lequel il se produit, doit être converti en un jour de vingt-quatre heures et une année de trois cent soixante-cinq jours est au mieux confus et au pire arrogant.

Et bien, pas vraiment confus. Les ordinateurs font tous les calculs et en plus, ce n’est pas comme si le gouvernement vous interdisait de faire votre propre calendrier.

Michael Taft : Mais c’est difficilement comparable si la documentation légale et les contrats ne reconnaissent pas le calendrier terran…

Ouais, et bien en quoi consiste votre merveilleuse idée ?

Michael Taft : Madame la Sénatrice propose un tout nouveau système qui prend en compte la période de rotation et de révolution spécifiques de chaque planète afin de –

Ok, d’emblée, voilà ce qui me pose problème. Et c’est quelque chose qui concerne de nombreux auditeurs. Alors vous voulez m’engager pour que j’embarque une cargaison sur Terra et que je l’amène sur Terre. Avec le système actuel, si nous sommes le 4 novembre et que vous me dites que vous en avez besoin sur Terre pour le 15, mon ordinateur de vol pourra me dire si la durée de vol est acceptable et le destinataire saura quand la recevoir. Si on oublie tout ça et qu’on utilise votre méthode, j’embarque la cargaison le 34 sur Terra et elle doit être livrée sur Terre pour le 15 novembre. Je dois alors trouver quel est le temps local puis comparer ces données avec la date équivalente sur Terre après quoi je devrais calculer le temps que prendra le trajet. En bref, j’aurais complètement oublié quel jour correspond à quoi et de quel mois il s’agit. C’est plus facile de cette façon.

Michael Taft : Ce que nous avons là est un autre exemple de la Terre qui essaye de forcer le reste de l’univers à s’y conformer même s’il s’agit d’une méthode dépassée qui n’a aucun rapport ou application à la vie moderne.

Je ne sais pas. Si vous voulez mon avis, j’aime avoir une date à me rappeler. Je n’ai pas besoin d’apprendre l’équivalent de mon jour d’anniversaire sur chaque monde différent.

Michael Taft : A nouveau, juste parce que quelque chose est difficile…

Du calme, Mike. Nous allons faire une petite pause et y revenir puis nous allons tâcher de nous dépêtrer de ce problème. Si vous êtes en vol et que vous nous écoutez en direct, pourquoi ne pas nous envoyer un comm et participer ? Alors restez à l’écoute, tout le monde…

C’est Clean Shot. A tout de suite.

… INTERRUPTION DE LA TRANSMISSION

REAGIR SUR LE FORUM