TERRA GAZETTE : Le sens du devoir

Le sens du devoir

Par Rachel Yevin,

Collaboratrice,

JALAN, SYTÈME ELYSIUM : De nos jours, la ville de Gemma est connue pour bien des choses : ces dernières années, le dynamisme culturel de la cité a pris son essor après la montée en puissance du mouvement artistique NeoGeometric dans le quartier de Calleus, Hartsford a récemment remporté sa troisième Feuille d’Argent pour son excellence culinaire et le secteur technologique a été reconnu par la Société des ingénieurs de Rhetor comme étant « un endroit à surveiller de près » dans leur bulletin d’information annuel. Avec tous ces développements passionnants ouvrant la voie vers un avenir radieux, beaucoup semblent avoir oublié le passé de la ville, et le fait qu’à l’origine il se n’agissait pas du tout d’une ville Humaine.

En réalité, tout ce qui s’étend à perte de vue depuis les montagnes de Gemma était autrefois la capitale du monde d’origine des Tevarin : Kaleeth. La Première Guerre Tevarin prit fin lorsque les Humains capturèrent et colonisèrent la planète, la rebaptisant alors Elysium IV. Les réfugiés Tevarin furent intégrés de gré ou de force à la culture de leurs conquérants. S’étant initialement vu interdire de vivre sur leur planète d’origine, beaucoup invoquent le fait que la frustration fut le facteur déclencheur de l’appel aux armes de Corath’Thal qui conduisit à la Seconde Guerre Tevarin.
Après la chute des Messers, l’Impératrice Toi permit à la population Tevarin de revenir sur son monde d’origine si elle le souhaitait. Peu acceptèrent son offre.
Les Tevarin sombrèrent un peu plus chaque année dans une spirale infernale de violence et de crime. Plusieurs générations élevées dans le rejet de leurs anciennes traditions se succédèrent, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils adhèrent à l’UEE, laissant tomber dans l’oubli leur culture et errant de ce fait sans but ni identité propre.

Mais un Tevarin espère bien changer tout cela.

Suj Kossi est issu d’une famille nombreuse qui vit dans les collines par-delà Gemma. Il sera le premier à vous dire que ses plus lointains souvenirs concernent le crime.

« L’un de mes premiers souvenirs, c’est une fusillade éclatant dans notre cuisine. Mais oui, c’était comme ça partout. Il y avait toujours quelqu’un qui passait pour un boulot ou pour organiser un quelconque plan ou un braquage. »

Kossi ne pouvait pas résister à cet argent facile, et il finit par rejoindre sa famille dans des « braquages et des raids à faible risque », mais en pleine descente aux enfers résonna un signal d’alarme déchirant auquel peu de ses camarades furent sensibles.

« Nous étions en train d’essayer de cambrioler une ferme aquatique en dehors de Nedila lorsque les ouvriers ripostèrent. Ma [soeur] fut abattue devant moi, avant que ma famille ne les massacre tous. Quand la poussière retomba, nous découvrîmes que leurs machines étaient cassées depuis des mois. Il n’y avait rien à voler. Tous ces corps gisaient autour de moi pour rien. C’était un tel gâchis. Je ne savais pas ce que ça signifiait, mais j’aspirais à mieux. »

Réalisant qu’il ne serait pas en mesure de changer les choses dans le contexte actuel, Koss s’engagea dans l’armée de l’UEE.

« J’étais persuadé que je n’y rencontrerais aucun de mes semblables. »

L’organisation et la discipline de la vie militaire se révélèrent tout à fait naturelles pour le Tevarin. Il servit avec distinction et fut même sélectionné pour un transfert dans la Navy, dans le but de s’entraîner au vol. En tant que pilote, il passa trois années à mener des missions de réparations de senseurs dans des systèmes Vanduul, mais même cette affectation, l’une des plus dangereuses du genre dans la Navy, n’était rien comparée à sa plus grande crainte : partir de l’armée.

Après une mission de réparation particulièrement dévastatrice qui fit de nombreuses victimes au sein de son escadrille, Kossi passa seize mois dans une unité de soin intensif. Bien qu’il s’en remit, sa carrière militaire était terminée. Kossi reçut la Médaille du courage pour son rôle au cours de cette mission, ainsi que la Citoyenneté et une démobilisation à titre d’honneur.

Il semblait bien que sa plus grande peur était en train de se matérialiser.

« Honnêtement, je ne savais pas à quoi m’attendre après ça. Une part de moi-même était terrifiée à l’idée que dépourvu de structure militaire, je finirais par replonger dans mes vieilles habitudes. Heureusement, j’ai trouvé quelque chose pour garder les idées claires. »

Ce « quelque chose », c’était l’Agence de Développement Urbain Ustiel, une petite entreprise qui possédait et dirigeait une poignée de chantiers d’aménagement pour revenus faibles à intermédiaires autour de Gemma, et c’est-là que Kossi obtint un appartement. Il remarqua rapidement que les pratiques commerciales d’Ustiel étaient plus que douteuses. Kossi organisa les locataires Humains et Tevarin pour porter plainte collectivement contre la compagnie d’aménagement, ce qui déboucha sur une enquête criminelle.

Le cas Ustiel suscita une toute nouvelle passion chez le vétéran Tevarin : le changement social.

C’est cette quête qui a conduit Kossi au temple de Rijora, la semaine dernière. Là, à l’ombre des dernières ruines Tevarin, il a annoncé sa candidature au Sénat de l’UEE.

« Bon nombre des miens se sont complus dans la colère et la honte pendant si longtemps, qu’il s’agît je pense de la seule chose qu’ils savent encore faire. Je crois que le temps est venu pour notre culture de s’élever de nouveau – pas dans le but de redevenir ce que nous étions, mais pour embrasser ce que nous sommes aujourd’hui. Nous sommes des membres de l’UEE, l’heure est venue d’agir en tant que tels. »

S’il est élu, il deviendra le premier sénateur Tevarin, mais il est encore tôt pour se prononcer. Les élections sont encore loin, il est donc difficile de dire ce qui attend Suj Kossi et son rêve d’engagement politique, mais une chose est sûre : il a assurément capté l’attention de tous, qu’ils soient Humains ou Tevarin.

Traduction depuis l’Anglais par aeligmar et Hotaru, relectures par Baron_Noir et Hotaru – Source : https://robertsspaceindustries.com/comm-link/spectrum-dispatch/14152-TERRA-GAZETTE-A-Call-To-Service
Merci de contacter l’auteur de cet article par MP pour toute faute ou remarque éventuelles.
Traduction soumise à la licence CC By SA 3.0. Vous êtes libre de copier et réadapter ce texte en mentionnant les auteurs originaux, les traducteurs et la source. Merci !
REAGIR SUR LE FORUM