Questions et réponses sur l’Endeavor – Partie 2

GLOSSAIRE

Salutations citoyens,


Vous avez des questions, nous avons les réponses ! La semaine dernière, nous avons lancé une vente conceptuelle pour le nouveau vaisseau scientifique Endeavor et ses modules. Aujourd’hui et vendredi, nous allons répondre aux questions posées sur les forums. Notez que les questions relatives aux mécanismes conceptuels et ludiques seront traitées par Tony Zurovec dans le Q/R de vendredi. Bonne lecture !

Questions et réponses

Est-il possible d’équiper son vaisseau avec plusieurs nacelles similaires, comme trois nacelles de recherches ? Si oui, quels en sont les avantages ?

Oui c’est possible, dans les limites posées dans le message d’annonce (par exemple, seul un télescope peut être monté malgré qu’il s’agisse d’un module 2×1). Les effets apportés par plusieurs nacelles dépendent beaucoup de leur fonction, mais pour les nacelles de base cela signifie habituellement que vous pouvez effectuer plus de recherches ou d’analyses de données avec les nacelles organisées en tandem (bien sûr, installer des nacelles de carburant supplémentaires aura un impact plus immédiat : doubler ou tripler votre réserve de carburant !)

Y a-t-il des avantages particuliers à s’équiper de nacelles spécifiques qui n’existent qu’en faisant des combinaisons, comme l’accélérateur de particules et le télescope pour faire le superlaser de l’Etoile de la mort ? Certaines combinaisons sont-elles incompatibles en-dehors des restrictions de taille?

Oui, bien que pour l’instant il ne soit pas prévu de pouvoir créer quelque chose d’aussi impressionnant qu’un superlaser ! Le couplage de nacelles le plus avantageux sera celui qui permettra d’ajouter de l’analyse aux modules qui génèrent des données ; ainsi, le fait d’avoir plus d’équipement informatique pour étudier les données produites par votre télescope sera un plus (l’assemblage le plus évident est le centre médical avec une piste d’atterrissage, connectés directement, qui vous permet d’accueillir les patients).

Pouvez-vous donner plus de détails sur les différences entre l’Endeavor et le Carrack pour l’exploration ? Pourquoi préférerais-je l’un à l’autre ?

Le Carrack est un explorateur pur, conçu pour être un vaisseau autonome, capable de faire de long voyages dans les zones les plus difficiles de l’espace. Il est fait pour passer par les points de saut, affronter des conditions terribles dans l’espace et ramener son équipage à la maison pour qu’il puisse raconter ce qui s’est passé. La version exploration de l’Endeavor est davantage un ajout, quelque chose qui peut être mis de côté et utilisé en cas de besoin… mais elle n’a ni la portée, ni la puissance motrice, ni le volume pour de l’équipement supplémentaire, ni les systèmes défensifs et les autres éléments qui font du Carrack un vaisseau solide et autonome.

Y a-t-il de l’espace intérieur dans la partie motrice du vaisseau ? Y a-t-il autre chose que de gros moteurs ?

Il y a un volume intérieur dans la partie motrice, qui permettra aux équipages d’accéder à la salle des moteurs en vol. Ce n’est pas aussi passionnant que la recherche scientifique, mais depuis le début nous avons voulu que les vaisseaux les plus gros aient ce côté “Star Trek”, où un mécanicien (PNJ ou autre) puisse avoir un impact sur le contrôle des dégâts.

Si je veux jouer en solo, ce vaisseau est-il pour moi ?

Comme presque tous les vaisseaux de Star Citizen, l’Endeavor est conçu pour être pilotable par un seul joueur humain… mais comme la plupart de ces vaisseaux les plus gros, “s’y coller seul” comporte des désavantages évidents. Nous imaginons qu’un Endeavor piloté en solitaire devra faire des “arrêts fréquents” lors des opérations de recherche scientifique, alors qu’un Endeavor composé d’un équipage pourra fouiller les cieux, soigner des patients ou sur-cadencer les armes pendant qu’un deuxième joueur sera aux commandes !

Pouvez-vous donner plus de détails sur le module défensif ? Qu’est-ce que c’est ? Peut-il aussi être installé avec les modules médicaux ?

Le module défensif en est toujours aux stades préliminaires de sa création, mais nous voulons en faire quelque chose de semblable au module “ajout de tourelle” de la série des Hull. En gros, utiliser une paire de compartiments pour y ajouter des tourelles, des contre-mesures électroniques ou d’autres armes semblables pour votre Endeavor (au détriment de l’équipement scientifique).

Le vaisseau ne pouvant pas se poser dans nos hangars, restera-t-il dans l’univers quand nous nous déconnecterons ?

Non, nous ne voulons pas que les vaisseaux restent exposés aux risques parce qu’ils ne rentrent pas dans votre hangar. Des zones d’atterrissage standardisées garderont l’atelier et le moteur en sécurité pendant que vous poserez l’explorateur dans votre hangar (bien sûr, si vous le laissez en orbite autour d’une planète inexplorée c’est une autre histoire !)

Les nacelles des classes “Découverte” et “Espoir” bénéficient-elles d’une assurance à vie ?

Oui, tous les équipements disponibles des classes « Découverte » et “Espoir” comprennent une assurance à vie. Ce ne sera plus le cas quand il sera remis en vente.

Le super collisionneur de l’Endeavor est-il le seul moyen pour sur-cadencer l’équipement ?

Non ! Chris a mis en avant son intention d’avoir un bon système de sur-cadencement dès le début du jeu, dans l’espoir que les joueurs choisissent une carrière d’expert capable de fournir les armes et les composants les mieux réglés. Si nous envisageons le super collisionneur de l’Endeavor comme l’outil ultime pour cette tâche, l’accès à ce niveau d’expertise commencera avec l’atelier déjà fourni.

Le compartiment explorateur a-t-il deux pistes d’atterrissage, comme précisé dans l’illustration conceptuelle publiée auparavant ? Si oui, quels vaisseaux peuvent atterrir dessus ?

Non, elles étaient censées être des pistes-drones à la 2001, mais nous les avons retirées en faveur des moteurs secondaires lorsque nous avons décidé de rendre le compartiment explorateur séparable du reste du vaisseau. Elles (et les drones en général) devraient pouvoir être ajoutées dans un module futur, mais pour l’instant la seule piste disponible est celle, unique et plus grande, que l’on peut voir dans la classe “Espoir”.

Clarifications sur la piste d’atterrissage


Dans l’article précédent, nous avons indiqué que tout type de vaisseau dont quatre exemplaires pouvaient entrer dans l’Endeavor étaient autorisés à atterrir sur la piste. Pourquoi quatre, et qu’est-ce qui a changé depuis le concept original “si ça rentre c’est bon” ? Le concepteur Matthew Sherman a accepté de répondre à cette question.

Dans le passé, c’est une phrase qui a été tournée dans tous les sens lorsque nous avons discuté de la capacité réelle ou opérationnelle de certains de nos vaisseaux les plus grands. Alors que nous continuons de discuter sur les fondements qui conduisent la construction de Star Citizen, certains obstacles techniques et conceptuels doivent d’abord être pris en compte avant d’accepter simplement que “si ça rentre c’est bon”.

Donc, que signifiait cette phrase au départ ? En principe, il s’agissait de soutenir l’idée qu’on peut tout faire dans Star Citizen, même si cela va à l’encontre du rôle/thème du vaisseau qu’on utilise. Si nous nous sommes complètement engagés à fournir un choix et une flexibilité énorme dans la façon dont vous configurez et utilisez vos vaisseaux, l’extrême liberté d’interprétation de cette phrase devient toutefois problématique.

Nous avons des objectifs inimaginables sur ce que nous voulons mettre en oeuvre : combats à grande échelle, systèmes d’équipages ambitieux et davantage, mais en programmant ces composants, et en mettant en ligne les techniques pour les supporter, nous devons réévaluer tout ce que nous pouvons, en toute bonne foi, fournir à chacun.

Quels sont ces obstacles ? Eh bien, l’un des plus gros est de faire en sorte que tout soit parfaitement jouable et transférable dans nos vastes cartes, entre les serveurs. Une autre préoccupation est l’équilibre général, pour que chaque vaisseau ait sa place dans le panel de modèles que nous offrirons. Et avec toutes ces préoccupations, nous devons nous assurer que chaque système que nous mettons à disposition ne soit pas source de reproches ou d’abus.

Et où cela nous mène-t-il ? À utiliser le module de la piste d’atterrissage pour l’Endeavor, récemment dévoilé, pour entrer un peu plus dans les détails à travers tout cela. Ce module a suscité l’enthousiasme d’un bon nombre de joueurs, avec le potentiel qu’il offre pour embarquer quelques vaisseaux supplémentaires, mais nous voulons être clairs sur ses limites.

La piste d’atterrissage offre une volume appréciable de 30m x 60m x 10m. Dans le jeu, vous pourrez stocker/transporter/lancer/réapprovisionner en toute sécurité jusqu’à quatre vaisseaux capables de s’y poser. Un Cutlass Red et une paire de 300, deux Hornets ou Avengers : vous devriez certainement avoir le choix dans ce que vous voulez transporter.

Maintenant, que ce passe-t-il si un cinquième vaisseau décide de se poser ? Nous ne voulons pas dresser des murs invisibles qui vont vous empêcher de vous poser, mais nous ne pouvons pas non plus laisser les choses s’empiler au hasard et s’attendre à ce qu’ils puissent évoluer dans l’architecture du serveur. Nous prévoyons de gérer ces cas-là en les limitant à un système local uniquement.

Donc, si vous possédez un Endeavor et que votre piste d’atterrissage est surencombrée, vous recevrez un avertissement quand vous tenterez de programmer un vol quantique ou un saut, vous empêchant de le faire jusqu’à ce que ce surencombrement soit résolu. De même, si vous êtes le pilote de ce cinquième vaisseau et que l’Endeavor essaye de partir, vous recevrez un avertissement clair pour retirer rapidement votre vaisseau de la piste d’atterrissage.

Nous sommes toujours en train de finaliser les termes exacts de ces messages d’alerte, mais nous pensons qu’il vaudra mieux laisser beaucoup de flexibilité pour que ces vaisseaux ne soient pas submergés de limites dans le jeu. Nous ne voulons pas non plus que ses systèmes soient une source de harcèlement pour d’autres joueurs donc, une fois mis en œuvre, nous comptons beaucoup sur les retours d’expérience pour qu’ils soient vraiment équitables pour toutes les parties impliquées.

Quid du futur ? La technique s’améliore sans cesse, et certains de ces problèmes devraient être surmontés au fur et à mesure. Nous n’allons pas défaire tout ce qui, potentiellement, permet de stocker plus que ce qui est indiqué/autorisé pour un vaisseau mais nous ne pouvons pas les garantir comme sûrs et les offrir ouvertement, à nos vaisseaux, dans ces étapes préliminaires.

Nous pensons avec confiance que nous pouvons rendre ces aspects disponibles dans un espace local, mais au-delà, nous devrons mettre en place des systèmes de base et en étudier les limites.

Donc, pour le futur, rappelez-vous que “si ça rentre c’est bon dans un espace local”. En développant Star Citizen et en le faisant croître, nous nous efforcerons aussi d’accroître le potentiel de paramétrage et d’interaction avec vos vaisseaux. Et pour tout cela, nous aurons besoin de vos retours lorsque ces systèmes seront en ligne, afin de nous aider à ajuster les choses et de créer réellement un univers vibrant et vivant.

L’Endeavor et ses nacelles

Vue d’ensemble technique

Traduction : Arma| Relecture : Silkinael | Source
Merci de contacter l’auteur de cet article par MP pour toute faute ou remarque éventuelles.
Traduction soumise à la licence CC By SA 3.0. Vous êtes libre de copier et réadapter ce texte en mentionnant les auteurs originaux, les traducteurs et la source. Merci !
REAGIR SUR LE FORUM