Empire Report : Couverture en direct de la nuit électorale

Couverture en direct de la nuit électorale

ALAN NUEVO : Bonjour et ravi de vous savoir de retour parmi nous pour la couverture en direct de la nuit électorale sur Empire Report.

BECK RUSSUM : Mon nom est Beck Russum. Nous sommes accompagnés aujourd’hui par Ben Warden, stratège politique et auteur de « Des mesures pour l’humanité: une étude des discours politiques. ».

BEN WARDEN : Merci de m’avoir invité. Je dois dire que, ça a été une sacrée journée.

ALAN NUEVO : Oui ça, on peut le dire !

BECK RUSSUM : Et nous venons à peine de commencer. Nous recevons continuellement des communications provenant de nos sources, partout dans l’Empire. Les mises à jour tombent au fur et à mesure que les planètes finissent de compiler les votes pour la course Sénatoriale de 2946.

ALAN NUEVO : C’est exact, Beck. Nous venons à l’instant de recevoir de nouvelles de Borea, où 87% des votes sont finalisés. Marshall Madrigal, l’actuel président de la Chambre du Sénat, en poste depuis un long moment, semble avoir une fois de plus réussi à s’assurer un nouveau mandat. Ce qui n’est pas vraiment une surprise en soi. Madrigal est devenu une véritable institution politique au fil des années.

BECK RUSSUM : C’est surprenant au contraire. Plus tôt cette année, les gens de son parti avaient déclaré qu’il envisageait de prendre sa retraite à la fin de son mandat.

BEN WARDEN : J’ai entendu la même chose, mais pour avoir observé Madrigal durant ces quelques derniers mois, je dois dire que je suis heureux qu’il ait reconsidéré la chose. Après la tragédie de Vega II, il est redevenu le Madrigal de l’époque. C’est comme s’il s’était réveillé. Comme s’il avait trouvé un but. C’est ce genre de chose qui est intéressant quand on regarde les politiciens ayant cumulé leurs mandats. Après un certains temps, ils tombent dans la routine, où ils endurent les intrigues de la législation avec peine, jusqu’à ce qu’ils aient à nouveau besoin de faire campagne. Et ensuite tout recommence. Certains refusent presque d’expoer un agenda politique, par crainte de s’aliéner les électeurs potentiels, c’est ce qui, si je peux être franc, nous a mené vers la stagnation bureaucratique dont nous souffrons depuis si longtemps.

ALAN NUEVO : Je suis désolé de vous interrompre Ben, mais nous venons à l’instant de recevoir des nouvelles du système Croshaw. Angeli vient à l’instant d’annoncer leurs résultats. Windel Aurelia et Yann Isher viennent de re-confirmer leurs sièges pour un nouveau mandat.

BEN WARDEN : Je pense savoir où cela va mener.

ALAN NUEVO : Kyle Polo a perdu son siège en faveur de Sean Debinavi, un universaliste de Quinton.

BEN WARDEN : Wow.

BECK RUSSUM : Bien qu’il soit politiquement inconnu en dehors d’Angeli, Debinavi est une figure politique locale depuis des décennies et a mené une campagne presque parfaite. Il a dominé Polo dans quasi tous les débats.

BEN WARDEN : La popularité de Polo a chuté après Vega II et Debivani l’a fait rester sur la défensive durant toute la campagne. Les sondages de l’institut Stoddard ont indiqué que les électeurs ne le laisseraient pas s’échapper du fardeau de la proposition Polo. Une position, a mon sens, un peu injuste. Peu de gens s’en souviennent, mais Polo avait reçu la tâche de rédiger le projet de loi demandé par la déposition Cavendish en vue de résoudre la crise des dépenses, de plus en plus importantes, au sein du gouvernement.

BECK RUSSUM : Ça restait toujours son idée.

BEN WARDEN : Oui, mais il essayait juste de trouver une solution à un problème réel. L’attaque Vanduul a simplement rappelé aux gens qu’il y avait des menaces à nos frontières.

ALAN NUEVO : Le thème de Debinavi pour sa campagne était “la fondation”, dans lequel il soutient le retour à un gouvernement solide et fiable.

BEN WARDEN : Il a mis en avant une stratégie classique pro-militaire, une stratégie pro-sécuritaire, qui répondait parfaitement aux reproches que les gens avaient à l’encontre de Polo.

BECK RUSSUM : Nous reviendrons à vous pour la couverture électorale. Mais à présent, nous aimerions rejoindre Emily Havilan qui était présent près d’un bureau de vote du centre-ville de New York, peu avant la fermeture.

[Images montrant des citoyens en file indienne pour aller voter, étalant fièrement l »identité de leur candidat préféré.]

EMILY HAVILAN : Merci Beck. Niché à l’est de la 68ème rue, dans l’ombre du Sénat lui-même, les citoyens viennent de partout pour rejoindre ce bureau de vote et exercer leur droit afin d’aider à élire la prochaine vague de Sénateurs. Nous avons parlé avec Carol Esposito, l’organisatrice en chef de ce bureau, au sujet du taux de participation.

CAROL ESPOSITO : Et bien, j’ai toujours préparé mes volontaires à faire face à un fort taux de participation. Mais à chaque élection, ce taux est considérablement plus faible que ce que j’aurai espéré. Aujourd’hui c’est l’inverse, il est plus élevé. Beaucoup plus. Nous avons eu une file à l’extérieur, qui s’est formée une heure avant que les bureau ne soient ouverts ! Et les portes des isoloirs n’ont pas cessé de claquer toute la journée. Nous recevons toujours des votes à distance en provenance du central de distribution.

EMILY HAVILAN : Pensez-vous que les événements de ces derniers mois ont contribué à une prise de conscience politique?

CAROL ESPOSITO : Oh oui, Tout à fait. Les gens à qui j’ai parlé aujourd’hui voulaient participer. Ils se sentaient responsabilisés. C’était enthousiasmant, vraiment très enthousiasmant, j’en ai presque oublié de voter moi-même.

EMILY HAVILAN : Comme vous pouvez le voir, c’est un enthousiasme qui est palpable encore maintenant, alors que les terminaux de votes ont été éteints et que les résultats ont été envoyés pour traitement. Carol et ses quinze volontaires vont fermer ce bureau et se rendre au bureau central pour continuer à travailler toute la nuit et apporter leur assistance à la finalisation de toute l’élection en cours. Leur travail ne fait donc que commencer. Mais, si vous le leur demandiez, ils vous diraient que c’est la partie la plus intéressante : savoir qu’ils vont aider à faire une différence, cette nuit, dans la direction que l’humanité prendra demain.

BECK RUSSUM : Merci Emilly. Nous allons diffuser en continu les rapports qui nous proviennent de partout dans l’Empire, et ce, tout le long de la nuit. Nous venons juste d’apprendre qu’un autre bureau de vote a terminé le dépouillage.

ALAN NUEVO : C’est excitant.

BECK RUSSUM : Suj Kossi, le premier Tevarin candidat pour le Sénat …

BEN WARDEN : Vous êtes en train de me tuer.

BECK RUSSUM : Suj Kossi est désormais le premier Tevarin à gagner un siège au Sénat. Gabrielle Graciàn qui arrive en seconde position.

BEN WARDEN : C’est incroyable. Félicitation au Sénateur élu Kossi, le premier de tous !

BECK RUSSUM : La candidate Graciàn vient de faire une déclaration. Écoutons-là.

GABRIELLE GRACIÁN : Je voudrais remercier tous ceux qui m’ont supporté, de près ou de loin. Je souhaite aussi remercier mon équipe, qui a travaillé sans relâche pour me permettre de continuer. Je voudrai aussi ajouter mes sincères félicitations au Sénateur Kossi. Bien que nous ne voyions pas les choses du même œil, il a été un adversaire honorable et courtois. Je suis ravie de l’avoir pour me représenter au Sénat.

BEN WARDEN : Je suis certain que ce n’est pas la dernière fois que nous entendrons parler de Gabrielle. Elle s’est avéré être une candidate vraiment dynamique et je suis sûr que ce n’est qu’une question de temps avant que son nom n’apparaisse sur un autre scrutin.

BECK RUSSUM : Alors c’est officiel, Le premier Tevarin a été élu au Sénat. Nous allons faire une courte pause, mais à notre retour, nous nous rendrons au QG de campagne de Kossi, qui je suis sûr, doit être complètement euphorique.

ALAN NUEVO : Absolument. Nous aurons également une interview exclusive de Callum Robb, la star de l’émission vedette Lost Squad, qui travaille aussi comme bénévole pour un candidat au Sénat. Lequel ? Et bien, nous vous le dirons après la pause. Vous regardez Empire Report, à tout de suite.


Traduit par Hawk, relu par Silkinael, Natowa
REAGIR SUR LE FORUM