New United : La guerre de l’eau

New United NewsOrg – La guerre de l’eau

Par Arthur Kenna – Rédacteur en chef

Archibald, Yar, Centauri

Des étincelles bleues s’entrecroisent entre les plaques de mise à la terre fixées à l’extérieur de la plupart des bâtiments d’Archibald, l’humidité extrêmement faible entraînant une accumulation d’électricité statique et un danger réel pour ceux qui parcourent les rues poussiéreuses. Même si l’atmosphère de Yar est techniquement respirable, on voit aujourd’hui peu d’habitants qui sortent sans protection. L’air est si sec que même une courte marche peut provoquer des lèvres gercées, des saignements de nez, des yeux qui piquent et des gorges irritées. La sueur s’évapore aussi vite qu’elle arrive à se former. Cela ressemble presque à un acte de défi que le Capitaine Jemma Viernes de la Archibald Protection Force parle aux journalistes rassemblés devant le siège principal, sans masque. Elle est ici pour vanter les résultats d’une opération d’infiltration qui a abouti à l’arrestation de trois trafiquants présumés. La dernière d’un effort continu pour réduire un marché noir croissant et problématique sur Yar, cette mystification a abouti à la plus grande saisie de contrebande à ce jour, quatre-vingt-seize mille mètres cubes d’eau propre et potable.

Maintenant dans sa septième année, la sécheresse actuelle sur Yar est de loin la plus longue jamais enregistrée pour la planète. Déjà un monde aride couvert de déserts, les effets de la sécheresse ont été dévastateurs pour les petites villes et les colonies qui parsèment la surface. L’infâme désert rouge de la planète a augmenté de 23% depuis 2940. Ce qui était déjà considéré comme une vie difficile est devenu d’autant plus âpre que les réserves d’eau disponibles diminuent. Un résident local, Frosino ‘Sunny’ Vogan, qui gère un magasin ‘Carry-All’ près de Hester Flats, a résumé la situation en disant : «Aucun de ceux qui choisissent de vivre ici ne s’attendent à une vie facile, mais ceci ? Ce n’est pas un genre de vie du tout.» Comme beaucoup d’autres, même avec ces conditions difficiles, Vogan n’a pas l’intention de quitter la planète. «Lorsque tu as versé autant de sang et de sueur dans la terre que moi, tu commences à avoir l’impression d’en faire partie.»

En réponse au problème en cours, le conseil de direction a décrété l’état d’urgence en 2941 et a promulgué plusieurs règlements stricts pour l’utilisation de l’eau autant que pour son recyclage. Ces règlements ont non seulement affecté la population, mais aussi l’industrie minière, qui dépend de l’eau pour de nombreuses pratiques d’extraction courantes. Malgré ces mesures et l’aide humanitaire fournie par l’Empire, les réserves d’eau à Yar continuent de tomber bien au-dessous des normes fixées par l’UEE pour la consommation d’eau par personne en matière de boisson et d’assainissement. Les collecteurs d’humidité et les usines de traitement des eaux grises n’ont tout simplement pas été en mesure de seulement faire face à la demande réduite, en raison de la sévérité de la sécheresse.

Pour compenser le déficit de l’offre, le gouvernement a commencé à augmenter considérablement ses achats de ressources en eau, hors-monde. Cependant, alors que le secteur privé commençait à se faire concurrence pour ces mêmes envois sur les marchés de l’eau, les prix sont rapidement montés en flèche. Avec son budget déjà étiré au maximum, le gouvernement ne pouvait pas rivaliser et bientôt la majorité de l’eau faisant son chemin vers le monde a été vendue directement à des individus ou des sociétés plus riches. La majorité des habitants s’est trouvée dans l’impossibilité de payer les prix élevés du marché et n’a pas non plus pu compter sur le gouvernement pour subvenir à ses besoins. Bien qu’il y ait des règles qui limitent la quantité d’eau que les gens peuvent consommer, le marché privé en plein essor rend les statistiques d’utilisation exactes extrêmement difficiles à établir. Avec la poursuite de la sécheresse et l’aggravation des conditions, les prix et la demande n’ont fait qu’augmenter. Même si le nombre de transporteurs d’eau effectuant des livraisons à la planète a quadruplé depuis 2944, il ne suffisait pas d’apprivoiser l’emballement du marché.

Désireux de rétablir l’équilibre et de réduire le nombre croissant de morts liées à la sécheresse, le conseil a adopté une nouvelle ordonnance interdisant la vente privée d’eau sur Yar. Annonçant les nouvelles mesures, Keisha Redd, membre du conseil, a déclaré : «Le bien de tous doit venir avant celui de tout individu. Si nous devons survivre à cela, nous devons le faire ensemble.» Malgré les protestations, à 00:00 TTS le 25 mai 2946, l’ordonnance du Conseil exécutif B-14-26 est entrée en vigueur. Vendre de l’eau était maintenant devenu illégal sur Yar.

Malheureusement, la nouvelle réglementation n’a pas eu l’effet escompté. Alors que le conseil fixait un nouveau prix plus bas, auquel il était prêt à acheter de l’eau, bon nombre de transporteurs et de commerçants quittaient le marché, insatisfaits des marges bénéficiaires toujours plus minces. Avec moins d’eau arrivant sur la planète, les autorités ont imposé des restrictions de consommation plus sévères au début de 2947 et l’utilisation a été rationnée au strict minimum. Les entreprises qui dépendent de l’eau pour leurs activités sont forcées d’être en concurrence pour obtenir des permis limités d’utilisation de l’eau avec des quantités disponibles contingentées chaque trimestre. Beaucoup luttent pour subsister sur les ressources que le conseil peut fournir, tandis que ceux qui ont les moyens de le faire se sont tournés vers une nouvelle source — le marché noir de l’eau.

Selon une source anonyme qui exploite une mine près de la frontière méridionale de Prosolo, «il y a environ huit mois, un courtier m’a contacté pour me dire que mes réservoirs pouvaient retrouver leur niveau d’avant l’entrée en vigueur de l’ordonnance 26. Cela coûte deux fois plus qu’avant la loi, mais que pouvez-vous faire d’autre ? Pour obtenir l’une de ces licences officielles, vous devez être extrêmement chanceux ou connaître les bonnes personnes. Ou mieux encore, les deux.» Des estimations récentes de la Archibald Protection Force indiquent que près d’un tiers de l’eau totale actuellement sur Yar y a été transportée illégalement. Pour tenter de réduire le marché noir en pleine croissance, les derniers mois ont vu des scans accrus dans toutes les stations orbitales de pesage, de multiples raids et des dizaines d’arrestations. Le conseil a même cherché à ajouter un traceur à son approvisionnement en eau pour aider à identifier les sources illégales. Malgré le temps et les efforts consacrés à la fermeture de ce commerce, il semble qu’il n’y ait pas de fin en vue. L’eau illégale coule toujours dans Yar alors que les trafiquants cherchent à profiter de la situation. Si les tendances actuelles se poursuivent, le conseil pourrait être sur le point de mener une guerre ouverte contre sa population alors que le besoin en eau continue à transformer en hors-la-loi des gens ordinaires.

Cependant, une nouvelle polémique a émergé. L’un des trafiquants présumés arrêtés cette semaine, Kira Henderson, conteste les accusations portées contre elle en affirmant que l’eau est un droit humain fondamental en vertu des Common Laws de l’UEE et que les fonctionnaires de Yar n’avaient pas, en premier chef, la capacité légale d’interdire sa vente au public. Beaucoup à travers le monde ont adopté l’interprétation de Henderson et organisé des manifestations officielles à Archibald et au-delà, dans le but de la soutenir. Une audience a été prévue pour plus tard, ce mois, et son issue pourrait avoir des répercussions importantes, non seulement pour Yar, mais pour l’Empire dans son ensemble.

Traduit par R2B, relu par Arzilia

REAGIR SUR LE FORUM