Untold Tales, les apocryphes : L’Odyssée

Untold Tales, les apocryphes : L’Odyssée

Il y a des mystères dans l’univers. Depuis les ruelles sinueuses jusqu’aux grands hémicycles du pouvoir, les histoires qui défient la logique sont chuchotées à des oreilles avides et sont passées d’auditeurs en auditeurs. Ces contes vivent parce qu’ils enflamment l’imagination. Ils instillent ce sentiment d’émerveillement qui ne peut exister que lorsque vous comprenez qu’il y a dans l’univers plus que nous ne pourrons jamais savoir.

Ce sont Untold Tales, les apocryphes.

Les nouvelles de l’incroyable évasion de l’espace vanduul par le Lieutenant-Commander Liam Nealy ont largement été répandues sur le Spectrum ces dernières semaines. Pendant que l’on célébrait le retour sain et sauf du Lieutenant-Commander Nealy, il est important de se rappeler que rares sont les histoires qui finissent bien. En presque trois siècles de conflit avec les Vanduul, l’histoire est pleine de tragédies et de pertes. Il y a un recit qui continue cependant à défier la logique depuis ces trentes dernières années : c’est la mystérieuse histoire de l’aspirant Laurence Kiefly.

Tout au long de la vie de Laurence Kiefly, voler n’avait pas été quelque chose dont il avait
toujours rêvé, c’était simplement quelque chose qu’il faisait. En grandissant dans les bois de Tiesl sur la planète Saisei, le rêve ultime de Laurence était de devenir acteur. Ses amis et sa famille ont raconté que durant les mois d’été quand il n’était pas à l’école, le jeune garçon organisait des spectacles de plus en plus compliqués hors de la ferme de la famille. Durant les soirées chaudes, il enrôlait souvent d’autres jeunes des fermes alentour comme acteurs. Bien qu’il fût un acteur enthousiaste, sa famille voyait plutôt son avenir dans un cockpit.

“C’était facile”, se rappelle Jordan Kiefly, le frère aîné de Laurence. “M’an disait qu’il transportait des cargaisons au marché quand il n’avait que douze ans. Ce n’était pas important si c’était un de nos plus petit transporteurs ou un Hull, ce gamin était doué”.

La ferme des Kiefly cultivait des produits biologiques jusqu’en 2905, quand plusieurs années de sécheresse et un marché en crise poussèrent la famille à la faillite. Laurence, qui voulait toujours embrasser une carrière artistique, s’est engagé dans la Navy afin d’obtenir le diplôme Equivalence, afin de financer la fin de ses études.

Sans surprise, les officiers de la division où il était formé découvrirent rapidement l’aptitude au pilotage de leur nouvelle recrue et décidèrent de tester consciencieusement ses limites. À chaque test qu’ils lui faisaient passer, il dépassait leurs attentes. Les progrès de l’élève continuèrent tout au long de son entraînement à l’académie de vol jusqu’à ce qu’il soit promu major de sa promotion. Le 18 mai 2909 TTS [ndtr:Temps Terrien Standard], Laurence reçut sa première affectation : se présenter au nouvellement formé 106th squadron situé le long du front vanduul, une assignation considérée par beaucoup comme la plus convoitée des théâtres d’opération de la Navy, seconde seulement derrière une affectation chez les Marines ou au Squadron 42.

Kiefly s’adapta rapidement à sa nouvelle fonction de pilote de combat, il aida et porta assistance à sa patrouille dans de nombreuses missions le long du front vanduul. Et d’après le personnel navigant ou les officiers qui servirent avec lui, on pouvait toujours compter sur Laurence comme source de bonne humeur.

“Je sais que cela peut sonner de manière particulièrement odieuse,” disait le commandant (à la retraite) Ava Toll. “mais il savait lire dans les gens. Il savait établir des connexions avec eux sans que cela apparaisse condescendant. Alors ouaip, je l’ai vu tirer tirer des choses de personnes au trente-sixième dessous”.

Le 2 janvier 2911, le 106th devait subir sa seconde perte dévastatrice en quatre ans. Kiefly et son escadrille avaient reçu comme tâche une dangereuse reconnaissance dans le système Caliban afin de détecter toute présence vanduul. Les détails exacts de cette opération sont encore classés secret, mais le haut commandement confirma qu’un élément vanduul avait coupé la retraite du 106th vers le point de saut de retour vers la flotte.

Seuls deux des pilotes furent en mesure de revenir. Kiefly et le reste des pilotes furent déclarés perdus, présumés morts. Malgré plusieurs tentatives pour trouver des preuves, la plupart des corps ne furent pas retrouvés. Bien que tragique, nombreux en sont venus à accepter ce type de fin comme fortement probable pour des pilotes de combat servant sur le front vanduul.

De retour sur Saisei, la famille Kiefly pleura la perte de leur fils et frère tout en essayant d’aller de l’avant.

“Ouaip, ça nous a bien foutu en l’air,” se rappelait Jordan dans un entretien en 2914. “J’ai dû revenir pour m’occuper d’eux, ma mère ne pouvait pratiquement plus parler, et mon père commençait juste à s’en remettre. Je pense que c’était dû au fait qu’il venait juste de disparaître. S’ils avaient eu la chance de le voir une dernière fois, je pense que ça aurait été… ca n’aurait pas amélioré les choses… mais cela leur aurait permis de faire leur deuil.

Il se trouva que leur souhait allait se réaliser.

Au matin du 17 décembre 2914 TTS, le père de Laurence, Javier, se réveilla juste après l’aube afin de commencer à travailler dans les champs. Harper, la mère de Laurence, avait sorti la moissonneuse quand elle remarqua quelque chose.

Une caisse, construite à partir d’un assemblage de bouts de métal, était posée sur le chemin de terre qui menait à leur maison. Alors qu’une pellicule de gel matinal couvrait le paysage aussi loin que pouvait porter le regard, cette caisse était presque chaude au toucher.

Elle appela Javier. En y regardant de plus près, ils découvrirent quelque chose de gravé sur le dessus de la caisse. Les lignes irrégulières formaient les mots :

Je me rappelle de la maison.

Le couple ouvrit alors la caisse avec appréhension. À l’intérieur ils trouvèrent le corps de leur fils, Laurence, vêtu d’une combinaison de vol déchirée et brûlée.

Les Kiefly appelèrent rapidement les autorités locales qui, à leur tour, informèrent la Navy. En l’espace d’une journée, des représentants d’une douzaine de divisions gouvernementales étaient arrivés à la ferme des Kiefly.

Des médecins légistes étudièrent le corps et bien qu’il ait été déclaré mort depuis plus de trois ans, il n’en avait pas l’air. Ils déterminèrent qu’il était mort depuis deux mois tout au plus, du fait d’une exposition au vide spatial. De plus, les restes de Laurence portaient des traces de cicatrices de blessures étendues qui avaient été traitées avec une sorte de médicament rudimentaire mais efficace.

La conclusion officielle de la Navy fut que Kiefly était parvenu d’une manière ou d’une autre à survivre à la bataille de 2911, ils pensèrent que son vaisseau était tombé en panne dans le système, mais qu’il lui avait manqué un moyen efficace pour communiquer – mais c’est là la limite de leur théorie. À ce jour, les militaires n’ont pas d’explication officielle pour ce qui est arrivé à Laurence Kiefly après que son vaisseau ait été porté disparu dans le système Caliban. Il n’y a pas d’habitants humains connus dans le système; la population civile a fui ou a été éradiquée lors de la chute de Caliban il y a près de trente ans.

Alors comment Laurence a-t-il survécu là-bas pendant trois ans ? Et, questions plus importantes, qui a livré le corps et qui a gravé le message sur le cercueil ?

Pour mémoire, l’Empire n’a jamais trouvé les réponses à aucune de ces questions. S’ils l’ont fait, ils gardent le secret de manière bien gardée. Cependant, malgré tous les mystères entourant la mort de Laurence, il y a une chose qui est sûre – les Kiefly ont pu voir leur fils une fois de plus pour lui faire leurs derniers adieux.

Traduit par WRichter, relu par Silkinael, Arma

REAGIR SUR LE FORUM