Showdown : « Contexte Historique »

Showdown : « Contexte Historique »

Transcription automatique pour soumission S&P et NFSC

EP : 61:12 : “Contexte Historique”

ERIA QUINT : Bienvenue à Showdown, un examen des questions les plus cruciales de l’Empire sous de nombreux angles. Je suis Eria Quint. Le sujet d’aujourd’hui nous amène sur Jata, le centre actif du système Davien. Depuis la première ville humaine visitée par les Banu jusqu’aux infâmes attentats terroristes de 2545 qui ont ouvert la voie à l’ascension d’Ivar Messer, le passé tumultueux de Jata a laissé une marque indélébile sur l’Empire. Mais depuis peu, un débat vigoureux a éclaté au sujet de la meilleure façon de se souvenir de cette histoire.

La Jata Historical Society (JHS) a essuyé des attaques à la suite d’une réunion tenue le 11 février, au cours de laquelle elle a débattu du nom du nouveau parc de la ville. Le conseil d’administration de la JHS a finalement voté pour dédier le parc à Hana Chan, PDG influent d’Aegis Dynamics. Un geste qui a provoqué l’indignation des activistes locaux qui ont exigé que la JHS reconsidère sa décision.

Même parmi les amateurs d’Aegis, l’héritage de Chan pourrait plutôt être qualifié de problématique. Son règne de 65 ans, de 2643 à 2708, le plus long jamais connu parmi les PDG d’Aegis, a été marqué par une liste impressionnante de réalisations, y compris le développement du destroyer de classe Javelin, toujours utilisé par la Navy. Pourtant, la relation cordiale de Chan avec le régime Messer entache son histoire de même que celle de l’entreprise.

Le militant de Jata et auteur de L’Histoire Populaire de Davien, Theo Raja, se joint à nous aujourd’hui pour discuter de cette décision controversée.

THEO RAJA : Salut, Eria. C’est génial de voir Showdown aborder un sujet aussi important. À première vue, cela peut sembler être une affaire locale, mais aborder la façon dont nous présentons notre histoire affecte les générations futures.

ERIA QUINT : Simone Maruyama est aussi avec nous aujourd’hui. Elle est professeure d’histoire à l’Université de Jata et membre du conseil d’administration de la Jata History Society. Commençons par vous, madame Maruyama. Comment la JHS a-t-elle répondu aux critiques quant au baptême du parc au nom d’Hana Chan?

SIMONE MARUYAMA : Dès que son nom a été proposé, des voix se sont élevées contre le nom de Chan. Nous avons écouté ces préoccupations à toutes les étapes du processus, mais en fin de compte, la majorité du conseil d’administration a estimé que l’impact de Chan sur l’histoire de l’Empire méritait d’être reconnu.

ERIA QUINT : Et vous n’êtes pas d’accord, monsieur Raja ?

THEO RAJA : Pour le dire gentiment ? Parce que ça célèbre une femme dont l’allégeance aux Messer les a aidés à persécuter systématiquement les gens. Je pourrais entrer dans les détails, mais qu’y a-t-il d’autre à ajouter ? Cela seul devrait suffire à empêcher quiconque d’avoir un parc portant son nom, surtout quand on peut choisir parmi tant d’autres candidats méritants.

SIMONE MARUYAMA : Permettez-moi de clarifier quelques points. Premièrement, je ne suis pas ici pour défendre Hana Chan. Croyez-moi quand je dis que je trouve beaucoup de ses actions discutables.

Deuxièmement, l’opinion sur Madame Chan exprimée par M. Raja est trop simpliste et ne tient pas compte des nombreuses contributions positives qu’elle a apportées à l’UEE. Il est généralement admis que sa gestion d’Aegis a mené à de nombreux progrès dans l’industrie aérospatiale.

THEO RAJA : Le bien et le mal ne sont pas des cases à cocher sur les pages opposées d’un grand registre. C’est peut-être pour ça que je ne peux pas ignorer des pans entiers de la vie de madame Chan. Je veux dire, premièrement, elle considérait Illyana Messer VI comme une amie intime, et deuxièmement, elle a exploité cette relation dans des contrats gouvernementaux de grande envergure, sachant pertinemment que les vaisseaux qu’elle produisait seraient utilisés contre les populations civiles.

Elle a littéralement aidé le gouvernement à terroriser le peuple. Qu’est-ce qui pourrait bien compenser cela ?

ERIA QUINT : Madame Maruyama, votre réponse ?

SIMONE MARUYAMA :Qui mériterait d’être reconnu si nous n’examinions que les aspects négatifs de leur vie ?

Ce que M. Raja est incapable de reconnaître, c’est le rôle important de madame Chan dans le développement du Javelin en tant que plate-forme de combat qui pourrait se battre d’égal à égal avec les Vanduul. Plus important encore, elle a joué un rôle essentiel dans la standardisation des panneaux en diamant stratifié dans les cockpits des navires. Aujourd’hui, les gens ne se rendent pas compte à quel point les panneaux en diamant stratifié étaient vitaux pour améliorer la sécurité des navires. Avant son utilisation généralisée, beaucoup plus de gens mouraient chaque année à cause de dépressurisations causées par des fissures dans le cockpit.

THEO RAJA : Je ne dis pas que madame Chan ne mérite pas de reconnaissance pour ses réalisations. Je pense juste que Jata ne devrait pas célébrer publiquement quelqu’un avec une histoire aussi tourmentée.

ERIA QUINT : M. Raja, vous pensez donc qu’une autre figure historique de Jata mérite que le parc porte son nom. Pouvez-vous nous dire de quel personnage vous aimeriez qu’il porte le nom ?

THEO RAJA : Bien sûr. Le 15 décembre 2545, un médecin, Terrell Milner, était l’un des premiers intervenants à arriver sur les lieux après l’attentat à la bombe des terroristes. Il se précipita courageusement dans un bâtiment pour aider ceux qui en avaient besoin, mais il mourut lorsqu’un dispositif secondaire explosa et que le bâtiment s’écroula autour de lui. Milner s’est précipité sur Alex Tinifel avant que le bâtiment ne s’effondre, sauvant ainsi la vie du jeune garçon des décombres qui s’écroulaient. Ce parc serait l’endroit idéal pour célébrer son sacrifice et faire de ce héros peu connu de Jata un grand nom de son Histoire.

SIMONE MARUYAMA: Terrell Milner se trouvait sur la liste de présélection des noms potentiels pour le parc et a été sérieusement pris en considération. Cependant, au moment de prendre la décision finale, la JHS a dû garder certaines choses à l’esprit.

Premièrement, la bravoure et les sacrifices de M. Milner sont déjà évoqués sur le repère historique des atrocités de Jata. Deuxièmement, l’impact de madame Chan sur l’histoire de l’Empire tout entier dépasse tout simplement celui de M. Milner. Pour le meilleur ou pour le pire, la JHS n’a jamais reconnu les réalisations de madame Chan et nous espérions que ce serait une bonne occasion de le faire, y compris pour les casseroles.

ERIA QUINT : Les casseroles?

SIMONE MARUYAMA : Oui, le texte adopté par la JHS pour la balise historique du parc mentionnera spécifiquement les bons et les mauvais côtés de son héritage.

THEO RAJA : À peine…

ERIA QUINT : Que voulez-vous dire M. Raja ?

THEO RAJA : J’ai vu le texte. Et les passages négatifs de son histoire apparaissent presque comme une réflexion à posteriori. Il y est écrit, et je cite: « Les liens avec le régime de Messer obscurcissent son héritage. » C’est tout.

N’importe qui avec un peu plus qu’une connaissance passagère de l’histoire de Jata sait que c’est une description nettement inadéquate. Pire encore, quelqu’un qui entend parler de Chan pour la première fois s’en va avec une idée déformée de son véritable impact sur l’Empire. En n’enregistrant qu’une histoire partielle, la JHS émet des jugements moraux sur ce qu’ils estiment important.

SIMONE MARUYAMA : Êtes-vous en train de suggérer que, parce que nous n’inscrivons pas une biographie complète sur un panneau, le tout est injustifié?

THEO RAJA : Je sous-entends que vous assainissez les faits afin de rendre l’histoire plus consommable pour les touristes. L’héritage de Chan est profondément lié aux Messer et à une grande compagnie qui existe depuis des centaines d’années. Ce lien doit être clairement établi avant que son impact puisse être pleinement compris. Le mieux pour cela serait probablement d’en faire une exposition permanente au Muséum d’Histoire de Jata.

Bien sûr, il n’y a pas la moindre chance qu’Aegis Dynamics permette qu’une telle exposition puisse voir le jour à Jata. Croyez-moi, j’ai essayé. Et je me suis heurté à toute leur puissance politique et économique. Aegis reconnaît leur relation avec les Messer, mais ils ne veulent pas qu’elle soit observée à la loupe. Surtout pas sur leur propre terrain.

ERIA QUINT : Madame Maruyama, une question similaire pour vous aussi. Pensez vous qu’un repère historique dans ce parc est le meilleur moyen de présenter l’histoire compliquée d’Hana Chan ?

SIMONE MARUYAMA : Je crois que notre travail n’est pas de définir son héritage. En tant qu’historiens, notre travail est de présenter les faits, de fournir le contexte approprié ainsi que d’encourager les gens à penser librement et à tirer leurs propres conclusions.

ERIA QUINT : Merci à vous deux d’avoir été avec nous aujourd’hui. Nous devons faire une petite pause. Lorsque Showdown reviendra, nous passerons au système Corel pour débattre sur la question d’une surveillance accrue aux postes de contrôle douaniers et du fait que cela dissuade -ou non- les entreprises d’y effectuer leurs livraisons. Restez avec nous pour en savoir plus.

Source de cet article | Traduit par Shaonin, relu par Silkinael, Holf

REAGIR SUR LE FORUM