La connaissance du bien et du mal : première partie

LA CONNAISSANCE DU BIEN ET DU MAL : PREMIÈRE PARTIE

Note de l’auteur : la première partie de La Connaissance du Bien et du Mal  a été publiée dans le Jump Point 2.9.

L’rue t’fait rat, t’as po l’choix. Capt’ ça et t’vivras.

C’te premiè’ rime, j’l’a appris sur Bazaar Street. L’vérité, c’qu’la rue doit r’en à qui qu’soit. Juste d’viv’ c’t’une dette à la rue. La rue vient r’clamer chaqu’fois li veut. Personne peut r’en y faire. L’rats comme mwè commencent jeunes dans l’rue. Très jeunes. Innocents ? P’t’êt’. Po longtemps avant que j’comprends j’suis pov’. Donc j’apprends à m’débrouiller. L’trucs que j’répare sont sûr’ment volés, vendus au Noir. S’que j’fa un taf prop’ ? P’t’êt’. Savoir c’que j’sa m’a jamais am’né nulle part. Mais j’conna assez pour viv’. Pis c’mieux po tro connaît’, ça tue l’rat. J’suis un rat et pis l’rue m’possède.

On d’vin dur dans un trou com’ l’bidonvil’ d’Bazaar Street. Faut sortir des tinèls pou r’garder l’ciel. On d’vin « réaliste » après quelqu’revs. Mwè ? J’a deux talents qu’les rats d’équip’ment ont : un talent pou’ apprend’ la tech quand j’la démonte, l’aut’ talent pis l’imagination pou’ d’viner comment qu’ça marche pou’ rassembler tout bien. C’te combinaison d’fabriquant j’jamais ‘tendu parler ? « Natirèlment, chef, j’peux li réparer. » C’comme ça nous viv’ sur Bazaar Street. Ça ou mourir.

Seul’ment les meilleurs com’ mwè qui d’vient « rats d’équipment. » L’chefs d’Bazaar y vont po prend’ un rat qu’est po bon. Si pa apprend’ les équip’ments, l’rats sont po bons. Et y peuvent po apprend’ l’équip’ment si sont po dans l’Bazaar. D’coup comment d’venir bon, s’faire r’marquer et d’venir rat d’équip’ment ? Casser l’règles, pa s’fèr prend’, êt’ sérieux.

J’voula po êt’ « r’en », taffer ‘vec d’la ferraille ou êt’ une esclav’ de dette. L’rats doiv’ prend’ un peu d’risque. Po l’choix. S’faire prend’ à casser l’règles et c’est direc’ à l’esclavage. Trouv’ comment passer l’gardes et dans l’trous pou’ r’garder d’puis un coin et apprend’. L’chefs sav’ qu’on est là, ouais. Sav’ comment l’Bazaar marche. M’suis fait prend’ une fois. L’gardes m’ont presque j’tée aux rampants pou’ r’garder. « Paye c’qu’tu dois, et l’rue t’bouff’ra pa’. »

J’me débrouille comme rat d’équipment. J’a d’clients qui m’connaissent. Quelqu’z’uns veulent plus d’mwè que c’que j’va leur donner. Et j’a qu’10 revs. Dégueus comme d’rampants, mais y payent des creds pou’ qu’je répare. Donc j’suis « répareuse » d’boutique d’bazaar en c’moment. Po d’taf d’toute la rotation. L’chef va p’têtre rager un peu.

Vise c’te dame. S’est pointée dans toutes les boutiques d’la ligne, avant d’arriv’ à la boutique d’Chef Dirk et mwè d’dans.

« Je cherche un réparateur. » l’dame dit.

« Z’avez trouv’ une. ‘Tain m’dame, v’les avez tous trouv’. ‘Vez visé toute la ligne. Quelqu’un v’dit z’avez b’zoin d’un répareur spécial et j’suis l’meilleure d’coin. D’quoi z’avez b’zoin ? »

E’ r’garde autour, « Ne devrais-je pas parler au vendeur, ma petite ? »

L’dame sait po, donc. Premiè’ fois dans l’Bazaar, p’têt’. Creds facil’.

« L’chef po là. J’suis là et j’suis vot’ répareuse. V’voulez quelqu’chose ou seul’ment mater l’rats d’rues ? J’suis l’meilleure répareuse d’Bazaar. Tout l’monde sait. Z’avez b’zoin m’dame ou juste là pour aspirer l’O2 ? »

E’ sort un vieux ordi glass d’ses fringues. Presque comme l’robes de dames dans l’vids de mode, mais genre manteau. J’a d’bons yeux et j’po vu d’place assez gran’ pour tenir c’t’ordi. J’le scan rapide.

« C’vieux truc ? Y’a mêm’po d’marque d’fabriquant d’ssus. J’peux v’fourguer un nouveau qu’Dirk a d’dans l’stock. »

L’Vioque Folle mord po. « Non, ma petite. J’ai besoin que ce dispositif précis soit réparé. Je suppose que je vais devoir aller ailleurs si tout ce que tu peux faire est vendre et non pas réparer. »

Ça c’du marchandage. De c’te Vioque ? C’po sa premiè’ fois dans l’Bazaar, pigé.

« J’taf po pou’ des sans nom ou des ‘nonymes. C’quoi vot’ blaze ? » J’tends m’main pou’ conclure.

« La plupart des gens m’appellent Mère Supérieure. »

« Pigé, » j’dis et j’trappe s’main pou’ conclure l’marché lé-gal. « J’peux répar’ vot’ ordi, S’per M’man. ‘Tendez un peu. »

Donc j’a commencé et j’l’a fait. L’dame r’gard tout l’long. Comme un rat d’rue qu’essaye d’apprend’ la tech. Simp’ dégâts su’ une carte. Que’qu’vieux dégâts. Aut’ répareurs ont probablement r’gardé mais raté ça.

L’dame r’gard’ un peu étonnée. « J’ai regardé cent fois et je ne l’ai jamais vu. Comment as-tu repéré quelque chose d’aussi petit et su comment le réparer ? »

« D’jà vu une fois un truc comme ça su’ une carte, y’a genre une rev. J’oublie jamais c’que j’vu une fois. J’suis l’meilleure répareuse ici m’dame. C’vérité. » J’tends m’main pou’ êt’ payée.

L’dame paye, d’vrais creds. Pis el’ décarre lent’ment. J’la vise r’luquer l’boutique quelqu’ secz. Po qu’une fois. Vioque Folle. L’chef dit après qu’S’per M’man c’t’une Sœur. Marchande d’informations. J’jamais vu une en marchander. L’Sœurs font dans l’genre d’info qu’les Rats ont po b’soin. L’genre qui tue l’Rats. L’genre qu’pt’êt’ l’chef a b’soin d’savoir.

L’Vioque Folle, l’avait des ch’veux blancs. Mwè j’pense qu’e’ savait qu’j’va r’taper son truc. Tout son p’tit manège d’aller d’dans l’z’autres boutiques. ‘L savait qu’e’ va m’faire bosser d’ssus. Y’a po d’rime pou’ c’te manège qu’e’ fait. Y’a po d’rime pou’ l’danger. Donc j’vise et j’la verrouille d’dans ma tête. L’Folle va ram’ner d’trucs mauvais à l’occaz. L’Rats ont l’nez pou’ ça.

E’ r’pointe ‘près sept jours. M’porte l’ordi, m’achète p’tèt’ d’favs.

« J’va faire quoi ‘vec c’te vieux ordi m’dame ? » Vieux ordi, meilleur qu’j’a j’mais eu. Vieux com’ quelqu’z’ordis et trucs qu’j’retape.

« Ce que tu veux, je suppose. Tu sembles avoir un don pour ce genre de chose. » L’Vioque jacte com’ l’font les z’Hauts. M’vise pendant qu’j’marche po.

« Z’avez allongé pou’ qu’j’répare c’t’ordi qu’vous z’avez ram’né l’dernière fois. Là z’ach’tez quoi ? »

« Je vois ça comme un investissement dans tes talents. »

L’Chef Dirk m’dit un jou’ qu’l’investiss’ment c’veut dire une dette à long terme. Parfois c’rapporte jamais. Parfois c’rapporte beaucoup. On peut po l’flairer à l’avance. Faut prend’ l’risque. Faire un profit ? P’t’êt’.

Après que j’pense longtemps, j’le prends.

S’per M’man dit r’en d’aut’. Sourit juste. J’sa quand j’prends un risque, mais l’dame r’tourne l’lame dans l’blessur’ ‘vec c’sourire.

L’Gang d’Casey vise l’ordi et S’per M’man qui décale. J’aura dû penser qu’allaient v’nir et prend’ l’ordi. L’Chef Dirk couvre ses rats seul’ment quand l’boutique est ouverte. L’nuits sont longues d’fois. M’ont presqu’ r’froidie l’gars d’Casey quand l’ont pris. L’gros s’penche su’ mwè pou’ jacter.

« Tu sais que tu ne devrais pas essayer d’avoir de jolies choses. » Là j’m’fais cracher d’ssus. « Tu ne seras jamais une Haute. Tu as une dette à payer et tu appartiens à cette rue. Tu seras toujours un rat des rues. »

‘Moitié enflée, l’yeux éteint et ‘famée, c’comme ça j’arrive à l’boutique d’chef l’lumière suivante. Chef Dirk dit r’en. Affaires d’la nuit. Affaires d’Rats. J’pense un peu à S’per M’man et son « investissement » et l’longue dette qu’j’a. J’sa quand j’pris c’t’ordi. S’retourné contr’moi viteuf c’te risque.

‘Tain pourquoi l’tarés d’Hauts peuv’ po laisser l’rats comm’moi peinards ?

Faut qu’j’stoppe ça ‘vant qu’ça soit trop gros. C’t’un truc à tuer un rat. J’va essayer d’m’laver d’dans l’cuvette et d’traper m’tête dans l’r’flet.

« L’couleurs bleue et noire de c’bleu sont brillantes, » j’pense.

J’pense à c’moment qu’l’bleu et l’noir l’auraient l’air ‘core plus brillants sur eux. Sourire fait mal. Mais c’l’arrête po. Rire d’ses tuiles c’t’un aut’ truc qu’les rats doivent savoir. Apprend’ ça, c’donne une idée d’combien d’temps t’peux avoir à viv’. Chance d’merde, un Haut flambeur en tech RSI ent’ dans l’boutique just’là. Et moi l’tête t’cassé et po matable. L’Haut voit et ‘pelle l’Chef p’l’parler su’ l’rats abîmés.

« C’tait po l’Chef, » j’a dit.

L’Haut bite r’en c’que l’rat dit. ‘L rage un peu ‘près m’avoir r’gardé. L’Haut plante là l’Chef Dirk. L’Chef Dirk m’vise mêm’ po, « Va te promener et je ne veux pas te voir avant que t’aies corrigé ça. »

C’comme entend’ l’mort, ça.

J’peux plus êt’ dans l’boutique parce qu’j’lui ai fait perd’ d’creds. Ptêt d’gros creds. J’sa l’jeu qu’l’Chef d’Bazaar joue. J’dois r’bourser l’creds, dette d’rue, ça, ou j’peux plus j’mais bosser dans l’boutique. L’taff c’la Sécu-rité. C’donne un peu d’sous, des outils. L’rats d’équip’ment sont r’froidis si z’ont po d’boutique ni d’chef. Donc j’dois penser pou’ faire d’creds, vitesse turbo.

J’a un système pou’ m’refaire. Priorités. R’tenir l’taffs qui payent et c’que j’dois à qui. J’mais d’voir un truc à quelqu’un long. Po mett’ m’nez dans leurs affaires sauf s’y mettent l’leur dans l’mien. J’mais commencer une baston. L’finir dur si e’viennent.

J’a une dette à l’rue et j’le sa bien. J’sa qu’faut po poser d’question. J’sa éviter les rampants. J’sa d’drogues qu’en tuent, mais êt’ des’péré t’rend meilleur tueur. J’sa voler vite, courir et po m’batt’, tricher réglo, mentir et po faire confiance à personne. L’confiance c’l’genre d’truc qu’va t’tuer pendant qu’sont tout sourire. Dans l’bidonville on dit « tué par gentillesse. » T’apprends ça vitesse turbo.

D’p’rents mettent leur mioche à l’rue à cinq revs. L’miens l’ont fait. C’quand y peuv’ d’v’nir rat, mendier et voler p’viv’. Même rev l’p’rents ont plus b’soin d’am’ner leur mioche aux soigneurs d’Gouv’. L’Soigneurs d’Gouv’ font d’piqûres et ID pour l’rats. L’Bleus d’Gouv’ doiv’ savoir qui y z’arrêtent. L’Gouv’ fait genre qu’y s’soucie d’nous. Fait genre qu’les z’Hauts ignorent po l’meutes d’rats dans Bazaar.

Quand j’vais cinq revs, l’rats campent et viv’ ‘semble. Rampent dans l’tinels. L’vioques s’trop gros p’passer. C’quand j’a appris l’rimes. L’rats d’rue les appren’. « ‘L’rimes t’apprends, t’vis longtemps. » L’p’tits font d’camps sûrs d’dans l’tinels. L’nuits sont sûres, s’vent. J’vu m’premiè meurtre à sept revs, ‘cause d’fierté. On peut tuer pou’ l’honneur, p’c’qu’les rats z’ont rien d’aut’.

Quand j’a eu neuf revs, j’a cogné un d’sept revs ‘vec d’la ferrail’ p’c’qu’y m’avait volé c’qui m’restait d’bouffe. Deux trois revs d’plus qu’sept et tu d’viens trop gros pour entrer dans l’tinels. Ceux qu’restent après qu’y z’ont « grandi » ? Sont morts. D’fois on les r’trouve après. P’tèt très long après. L’pires c’ceux qu’sont restés coincés en essayant d’sortir. Y’a plus d’âme dans leurs yeux. Zéro.

L’rats prennent l’rails d’fois. S’rtout d’coureurs pour d’z’affaires d’Hauts. L’Bleus d’Gouv’ qu’visent d’rats les serrent pis l’r’lâchent tant qu’t’paniques po. J’suis su’l’rail d’puis presque deux heures. J’même vu une Sœur, comm’ S’per M’man. Qu’deux z’Hauts su’l’rail là. Un qu’est fringué comm’si qu’y voulait viv’ style Bazaar, mais comm’ qu’les z’Hauts pensent qu’c’est.

J’po trouvé d’cible jusque c’que c’frais entre. C’punk Haut a d’grandes poches et j’vise une puce d’creds su’ lui. M’vaise idée, l’puces. C’pour ach’ter plus facile au Noir et pas s’faire r’pérer par l’central. Ou pou’ s’faire chourrer.

L’stop d’après arriv’ et j’fa mon coup. Tout cas j’essaye. J’la main dans l’poche d’ma cible et j’sens qu’j’a mal au poignet. Y’a rien qu’sent comme ça. J’sa tout d’suite c’que c’est. L’pot d’miel. L’piqûre d’Bleu d’Gouv’, j’suis tombée dans l’panneau. L’Bleu m’trappe et s’croche à ma ch’mise.

« Eh bien, qu’avons-nous là ? Et pourquoi penses-tu que ta main se trouve dans cette poche ? » y jacte.

J’rrive à sortir d’mots par d’ssus la douleur. « J’visé vot’ puce qu’allait tomber et j’voulais po qu’ç’arrive m’sieur Haut. »

« Monsieur Haut ? Pas Monsieur Bleu ? Je suis là pour attraper des crapules comme toi. Soit tu es un rat des rues stupide, soit tu penses que je suis un crétin. » Ses yeux m’scannent. « Tu sais que je t’ai prise en flagrant délit. C’est une condamnation directe. » J’r’garde m’main. Coincée dans l’poche d’Bleu. Faite p’r ‘trapper d’tireurs comme mwè.

J’sa sûr qu’j’va être ‘fermée. Peut rien cont’ l’Vid’ et l’jactance d’Bleu. D’revs en priz. L’priz v’dire savoir trop. Y r’viennent j’mais, l’rats qu’ont d’revs d’priz.

Faut qu’j’essaye d’tourner ça. J’entendu qu’y’a d’Bleus qui marchandent. « Qu’est c’qui f’rait j’s’rais pas en flag ? »

L’Bleu s’proche très près. « Eh bien, puisque tu le demandes… » y dit en m’rmure. Très près.

J’pense même po quand j’frappe l’Bleu. J’po d’ferraille, po su’l’rail. J’le frappe comme un rampant. Pis l’douleur ‘rive. L’costume d’Bleu s’allume. Y’avait po son Vid’ ‘lumé jusqu’là. J’suis finie maint’nant. Y m’grille ‘vec son bâton-zap. L’monde d’vient noir.

* * *

J’po d’visée su’ comment qu’j’suis arrivée d’vant l’Juge. Flou. L’zap ? P’t’êt’. L’Vioque Folle sort d’nulle part. Comme si qu’l’dame l’avait po d’jà assez fait p’r un rat comme mwè. ‘L pense p’t’êt’ qu’elle sait comment qu’l’rue marche. L’entre.

« Qu’ès’t’veux d’aut’ d’moi, l’Vioque ? J’pu rien ! » ‘Près qu’j’a dit, l’Juge m’dit d’plus m’em-po-rter.

S’per M’man m’vise juste une fois. J’suis plantée là et l’Juge jacte ‘vec elle comme si que j’comprends. Vioque Folle y va fort. « Cet enfant a des droits, Votre Honneur, et bien qu’elle soit coupable d’un délit de faible gravité, elle est la victime d’un crime bien plus odieux… » E’jacte en langage d’Haut pou’mwè au Juge. J’a l’pression qu’elle jacte des heures. L’a un Vid’ aussi. J’pige po l’moitié. Et l’Juge s’tait un peu. L’rats savent qu’quand un Haut s’tait c’pue.

Pis ça vient. « L’enfant est placé sous votre garde et une enquête va être ouverte. »

Crac crac.

L’Bleu d’tribunal m’vire l’menottes. S’per M’man m’prend l’main comme si on f’sait un marché lé-gal.

« Suis-moi, ma petite. » Elle dit. Et j’dois aller ‘vec elle l’Bleu dit.

J’comprends l’marchés conclus. Lé-gal. C’quelqu’un d’autre qu’décide et j’suis juste un rat.

* * *

J’jamais été autant dans l’merde ‘vant. « Ch’vauche l’vague, ça ira. T’défends po, ou t’mourras. » J’dois l’ch’vaucher et l’trajet jusqu’au Manoir est d’flou et d’flashs. J’crois j’jamais allé si loin d’Bazaar ‘vant. On arrive et tout c’qu’j’a c’mwè et d’fringues d’gouv’. Une porte d’genre indust’ s’ferme d’rrière nous. Comme un mur qu’bouge. Quand l’est fermée r’ssemble total à un mur. L’couloir où qu’on est l’est po beaucoup ‘clairé. J’essaie d’verrouiller où qu’la porte est et c’que y’a autour. Pour qu’j’la perde po. L’faire, c’me fait fixer.

L’dame m’surprend à l’faire.

« C’est la seule entrée et la seule sortie, ma petite. » Elle dit.

L’dame sait c’mment mett’ « comme chez soi. » C’est comm’ça qu’l’a dit. Su’l’rails. L’a dit qu’c’était « chez soi ». Cage ? P’tèt. J’suis dans un gros puits d’grav’. Po d’turbo. J’a l’seule entrée-sortie comme défi et d’mie m’nace. ‘Fin, c’s’rait une m’nace si j’pensa po qu’vioque disait l’vrai. Vu l’tête d’coin, ç’a été construit à partir d’la carlingue d’un vieux v’sseau cryo. L’genre à trimballer tout l’quip’ment, l’matériaux et l’gens pou’ construire l’station et colonie c’monde. Que’qu’z’uns z’ont été utilisés. Y’a un bail. L’techno d’saut l’z’a rendus p’rimés ‘vant même qu’certains arrivent à leur dest’nation.

C’po un p’tit couloir. Doit faire au moins cinq mètres d’haut sur trois d’large. L’est brun et poussiéreux. Y’a d’la poussière d’dans l’air. L’lumière vient d’plafond transp’rent et d’techno non-stand’ sur l’mur. Tous l’deux mètres y’a un pilier qu’sort un peu d’mur. L’dame avance dans l’couloir en m’laissant. J’réalise po jusqu’à c’que j’sois un peu seule. Pas’que j’suis en train d’fixer. Faut qu’j’la r’ttrape et j’garde verrouillé l’porte dans m’tête.

« Je vais te montrer ta chambre et où se trouvent le réfectoire et les nécessités. » S’per M’man parle comme un genre d’Vid’ d’visite.

« C’que j’suis pris’nnière ici ? » J’dois d’mander. J’dois savoir où qu’j’en suis.

L’Vioque Folle s’trangle presque d’rire.

« Prisonnière ? » M’regarde par d’ssus son épaule. « Non, ma petite. Pas de gardes à soudoyer ici. Pas de chaînes. Pas même un regard méchant de tes camarades, car il n’y en a pas. Rien que moi et mes Sœurs. »

C’comme si elle lisait m’pensées pour s’doyer l’gardes. J’m’sens mal d’d’mander. Pourquoi qu’elle m’r’garde comme ça ? J’r’garde dans s’z’yeux. L’est comme un mur vide. « C’pas une punition ? M’suis fait chopper à tirer c’Bleu et maint’nant j’dois delta. »

« Pas de langage de rue ici, ma petite. Le mot est “changer”, pas “delta”. Le magistrat me devait une faveur et t’a confiée à moi à la condition que je me charge de toi jusqu’à ta majorité. Donc tu es sous ma garde, oui. Une prisonnière ? Pas vraiment. Tu trouveras ici tout ce dont tu as besoin pour vivre et, si tu le choisis, apprendre. »

L’dit rien d’plus p’dant un m’ment. J’tendu un peu d’c’qu’elle a jacté mais j’pige po.

« Aah, nous y sommes. » L’s’arrête à côté d’une porte qu’ressemble à d’métal qui r’ssort. L’tire sur l’métal ‘vec s’main et ça s’ouvre. D’rrière y’a une pièce ‘vec d’chaises et une table. L’murs à gauche et droite ont quat’ aut’ portes.

« La deuxième sur la gauche sera la tienne. » Elle dit.

« L’mienne quoi ? »

« Ta chambre évidemment. »

« Comme une boutique ? »

Quequ’chose a dû v’loir dire un truc pour l’vieille folle. L’a l’air d’cligner l’z’yeux comme si qu’elle a d’la poussière et l’frotte.

« Évidemment. Je suis stupide. Ce n’est manifestement pas quelque chose auquel tu es habituée. Chacune de nous ici a son propre endroit pour dormir et ranger nos affaires. » L’sourit comme si qu’elle cache que’qu’chose j’pense.

On marche à l’deuxième porte et on l’ouvre. J’vise l’endroit. L’pièces sont ‘clairées. Po comme l’couloir. Y’a deux l’mières au plafond. B’reau, chaise d’vant et ordi d’ssus. Juste comme c’lui qu’le Gang Casey m’a pris. S’per M’man pointe n’autre p’tite table.

« Ça sera ton lit. J’espère qu’il te plaira. » L’dit en m’souriant. L’pense fort, s’voit sans s’z’yeux.

« V’v’lez dire qu’j’a un lit comme un Haut ? »

P’quoi j’me sens mal d’voir posé une aut’ question ? J’ssaie po d’faire pleurer Vioque Folle. Mais l’est. J’va po laisser t’ça m’chapper. « S’tu t’fais dépasser, tu t’fais tuer. » C’comme ça qu’ça marche et ça s’rapproche. Faut qu’j’rectifie. L’vieille dame s’pose su’l’lit et m’vise m’balader. J’vérifie quoi sert l’aut’ pièce. Deux portes d’ssus et un tuyau en haut. D’trucs pendent d’tuyau. D’trucs bizarres genre crochet. J’ssaie d’pas m’faire prend’ à fixer. J’va r’gader l’ordi su’l’bureau. J’veux mettre m’mains d’ssus d’puis j’l’a verrouillé. Mais j’veux pas qu’ça s’voie trop. L’rat d’équip’ment sait au moins ça sur l’z’affaires. J’mais trop montrer. L’est pas aussi vieux qu’l’a l’air. J’tape l’terrupteur pour l’allumer. J’suis ‘cueillie par d’lumières d’erreur sur l’côté. J’conna l’genre, fabrique locale. L’lumière viennent t’jours dans l’même ordre. L’pré-lanc’ment l’est bloqué. J’m’y mets.

J’défa l’cran d’sécurité d’boitier su’l’côté gauche.

J’passe l’doigt l’long du haut et j’appuie pendant qu’tourne l’moité haute dans l’sens inverse d’la montre.

* * *

M’main va vers m’ceinture à outils. J’cherche d’ponts d’contact pour passer l’anti-accès ‘terrupteur. L’main rate. J’m’arrête. J’sens pas l’patte d’métal. M’main rate jamais.

J’baisse l’z’yeux vers m’main gauche. Celle qu’elle s’posée ‘voir l’outil qu’j’a b’soin. J’pas ma ceinture. J’me rends compte qu’j’a même po m’fringues. J’suis dans une vielle ‘pave d’vaisseau…

Y’a quelqu’un d’rrière mwè.

L’cri vient, rien peut l’arrêter. Long et fort, fait s’rsauter l’vieille dame. C’tait l’vieille dame derrière mwè. E’s’lève p’voir c’que j’fa. M’suis fait prendre à v’loir bosser d’ssus et j’perdu m’conscience. Perdu l’fil. Laissé quelqu’un s’mettre derrière mwè. C’pas s’faute. J’cassé l’règle d’rue et l’rime. « Dos au mur, ou y t’prennent tout, c’sûr. » Pour po s’faire choper, ou s’prendre un rampant, ou s’faire ‘voir par des ‘sclavagistes, ou juste pa’c’que.

J’saute d’la chaise, j’laisse l’taff qui d’mande qu’à êt’ fait et j’cours trois pas jusqu’à la p’tite pièce. J’m’jette d’dans et j’ferme l’porte. Noir. L’noir c’peut êt’ bien, et c’peut êt’ mal. Là c’bien. Quat’ murs et qu’un vecteur d’entrée. J’sais c’qu’y a autour d’mwè. J’su quand j’a vu qu’ça s’rait ma « sécurité » quand c’s’rait l’merde. Faut t’jours ‘voir une sécurité. Si l’Gouv’ vient rafler. Si l’gangs s’font l’guerre. Si d’camés en trouvent une n’velle. Là un rat qu’connait l’rue va en sécurité. D’fois on va à la sécurité et on trouve quelqu’un d’aut’. Y’a d’sécurité qu’sont pas bonnes et on s’fait prendre dehors qu’même. Faut t’jours en avoir au moins une.

Celle-là c’la mienne. Maint’nant j’dois stabiliser et trouver. J’essaye d’respirer plus calme. J’veux pas vaper. S’tu respires trop fort, t’peux vaper sur l’rue. Tous l’rejets d’CO2 d’ferraill’ries d’rues près d’Bazaar Street. S’tu respires trop fort, t’vapes, c’sûr. Rend l’chances égales entre l’rats d’rue et l’vioques dans l’combats ou l’courses.

Rien à faire sauf ‘ttendre qu’la douleur arrive. L’arrive t’jours. J’respire trop vite. J’suis stupide d’m’être mise comme ça. L’CO2 f’mal et tue vite d’fois. C’te zone, l’brouillard d’CO2 qui s’rassemble ‘tour d’ces boutiques et d’ces ruelles, c’tout c’que j’sa.

L’douleur vient po. C’veut dire qu’j’suis pu dans l’zone. Ça m’frappe d’un coup. J’tremble, mais j’po froid. Même si fait noir, c’t’un noir chaud ‘vec d’couleurs rouges et oranges comme l’couloir.

« Tout va bien, petite ? » L’Vioque d’mande travers l’porte.

« Bien, m’dame ! » J’crie.

« Très bien, ma chérie. » L’r’pond ‘travers l’porte. « Et tu peux m’appeler Mère Supérieure quand tu veux. »

J’me s’viens pas d’m’endormir.

Mais j’me réveille en criant.

C’arrive deux fois l’première s’maine. Dormir dans c’te pièce-placard d’venu tel’ment chaud qu’ça fait comme si qu’y’a un truc sur mwè. Après l’deuxième fois qu’ça arrive, j’laisse l’porte ouverte un peu, ça m’laisse viser c’qu’y’a dans l’aut’ pièce aussi.

« Viser par là d’où que’qu’un peut v’nir sur toi, c’bien. » C’que j’a pensé.

D’fois j’crie tell’ment fort j’réveille toutes l’Sœurs autour. P’t’êt’ même plus mais j’va po voir. J’d’mande po. J’m’en fous, c’que j’me dis. J’peux po dire qu’j’suis gênée et j’veux po ‘voir l’air faible.

J’a d’fringues qu’grattent po maint’nant. J’peux dormir l’nuit et po m’réveiller en toussant. J’a d’la bouffe 3 fois l’jour.

J’suis dans l’merde profond.

J’pas ‘core l’perspective. J’peux même po voir c’que cherchent l’Sœurs. J’suis là d’puis un m’ment et c’commence à êt’ clair qu’S’per M’man et l’Sœurs m’veulent en dette tell’ment profond que j’pourra j’mais sortir. « ‘Sclave d’honneur », po cher et facile. Tell’ment d’dette qu’bosser pour l’reste d’ma vie s’ra pas assez pour r’bourser.

J’suis fichue.

S’per M’man passe d’vant et m’mène jusqu’à l’pièce d’repas. Y’a assez d’chaises pour genre cent d’dans l’salle. L’Sœurs remplissent genre l’trois-quarts. S’per M’man m’ssied côté d’elle pour qu’j’sois pas collée à une Sœur ou qu’j’lui saute d’ssus comme si l’étai’ cont’moi. L’fringues qu’j’a z’ont même assez d’poches pour piquer d’la bouffe et r’porter à l’chambre. S’per M’man m’a j’mais chopée. L’rat sait j’mais quand l’bouffe va êt’ rare.

J’a essayé d’compter chaqu’fois où j’mange. C’devient d’plus en plus. J’peux po remb’rser autant. J’peux po l’manger. S’vent j’a d’la vraie bouffe dure. P’tit dej d’tartines et d’la pâte et d’fromage.

L’dej soupe ‘vec croûtons et n’assiette d’vrais légumes cuits dans d’l’huile. M’premiè’ légumes. Y’a d’la pâte nutri d’fois au r’fectoire mais c’toujours d’la pâte ‘vec d’goût d’dans et c’est ‘vec des croûtons et d’fromage. L’vraie bouffe c’tape. Y’a qu’les rats idiots qu’refusent d’la vraie bouffe. Si on m’d’mande po d’payer c’qu’je peux po, j’va avoir l’stomac plein.

‘Stomac plein. « J’me ramollis. » Faut qu’j’le dise haut pour l’faire vrai.

Dans l’rue, l’rats ont l’stomac plein juste l’jours spéciaux. Comme quand l’distrib d’pâte d’Gouv’ est en panne. Ou qu’un transport d’bouffe s’crashe dans l’coin. Peut plus vend’ donc l’rats mangent d’vrais trucs c’fois. Malades p’dant d’jours après. S’pporte mal toute c’te vraie bouffe.

Maint’nant j’mange vrai tous l’jours. J’chaud. Ou p’t’êt’ qu’j’a pas à m’battre contre l’froid ici. C’pas important. « Perds ton tranchant, t’es mourant. » J’me ramollis et j’dois m’battre.

J’a un plan. J’dois d’bord récup d’z’outils d’ferraille, l’bouffe cachée sous l’lit et toutes l’fringues. ‘Suite j’dois décaler d’ma chambre, passer l’portes et jusqu’au mur porte. Ou là où j’verrouille qu’il est. J’a d’z’outils pour l’passer. Faut qu’j’trouve l’boîte d’contrôle. Po dur. ‘Vrir l’porte et s’barrer.

Po b’soin d’penser aux détails. Du m’ment qu’j’a l’im’gination, j’va m’en sortir. Pis j’aura récup mon honneur. J’s’ra po une prisonnière et j’s’ra j’mais une ‘sclave. Peuvent m’prendre ma rep et dire qu’j’paye po l’dettes. J’s’ra libre.

C’l’temps d’partir.

Presque ‘dormie quand j’pense qu’l’est tard. M’lever et prendre m’z’affaires c’beaucoup plus d’taff qu’j’pensa. Ouvrir l’porte d’ma chambre fait po d’bruit mais c’celle qui donne su’l’couloir qu’est d’ficile.

J’l’ouvre juste assez pour m’glisser et passer m’z’affaires. Risqué d’essayer d’la r’fermer. Si j’fais mal, c’pourrait r’veiller tout l’monde. J’la laisse un peu ‘verte. C’s’ra visible si on r’garde mais j’s’ra loin.

J’bouge discret dans l’couloirs. L’cœur tape comme un marteau. J’trouve l’marque qu’montre où l’porte est. J’scanne l’mur pour trouver l’boîte d’contrôle. J’trouvé l’coin où ça d’vrait être. Côté de c’t’évac. Tout l’est dans l’module d’relais. Comme pour une t’lécommande. C’va po m’aider sauf si j’a l’code ou l’aut’ bout d’ce lien.

C’po bon. C’pourrait êt’ n’importe où. Comme c’te bibli où j’po pu aller d’dans, ou dehors où j’ssaye d’aller mais j’peux po. J’dois chercher partout, j’va m’faire prend’, c’sûr. Et j’même po commencé à passer l’sécurité ! J’suis dans l’merde et j’po d’sortie, c’sûr.

J’saute parc’qu’la porte s’ouvre toute seule. L’gronde et grince un peu ‘pis s’arrête moitié ouverte. J’cligne pour enl’ver l’poussière d’z’yeux en m’d’mandant c’mment c’t’arrivé. Y’a personne dehors. J’viré l’plus d’la poussière et j’réfléchis. Miracle ? P’t’êt’, mais l’rats ont pas ‘tant d’chance.

L’instinct, j’me r’tourne.

S’per M’man est trois mèt’ plus loin. L’a son mobiGlas d’ouvert. L’a sûrm’ent utilisé pour ouvrir. L’Vioque Folle m’regarde direct.

« Je me demandais quand tu ferais ton premier essai sur la porte, ma petite. Je suis plutôt surprise que cela ait pris aussi longtemps. » L’voix d’S’per M’man est cassante comme d’verre, là. « Tu as l’air préparée. C’est bien. Tu as peut-être même un plan. Préparation et patience. De bonnes qualités pour quelqu’un d’aussi jeune. »

« Qu’est c’vous voulez ? » J’d’mande comme si qu’elle est un genre d’fantôme.

« Te donner un choix, ma petite. Choisir est sacré pour nous. Cela nous rend libre. Il est évident que tu ne t’es pas sentie aussi libre que tu l’es réellement. » L’répond.

« C’quoi vot’ affaire ? » J’dis, sûre qu’j’suis en marchandage maint’nant. J’connais ça, j’suis bonne.

« Je veux dire que tu as le choix. Tu peux partir et faire le trajet de 20 kilomètres jusqu’aux décharges et le Bazaar, et cette vie que tu connais, ou tu peux rester et apprendre ce que la rue ne peut pas t’enseigner. Ce qu’ils ne veulent pas que tu saches. »

C’po un vrai contrat ça. J’pensa qu’arriver ici c’tait long, mais j’pensa po 20 k-mètres. J’a assez d’bouffe pour un jour, p’tèt deux. M’suis fait prendre à po savoir assez. ‘Rreur d’débutant, ça.

20 k-mètres. D’blèmes encore ‘vec Chef Dirk dans l’Bazaar quand j’va arriver. Et l’stomac vide.

« Po trop d’choix. » J’dis ‘près qu’je pense. S’per M’man m’sourit triste.

« Mais c’est un choix. Un choix que je t’offre parce que je suis une Sœur de cette Maison avant d’être ta gardienne. » L’dit lent’ment.

J’marche po. «V’m’avez po dit vot’ perspective. P’t’êt’ qu’vous m’faites juste grossir pour m’vend’ cher à d’sclavagistes ! Comment qu’j’peux savoir ! »

« Tu dois être libre de choisir, ou je ne mérite pas d’être une Sœur, encore moins la Mère Supérieure de toutes celles qui sont ici. Nous pouvons te donner ce dont tu as besoin et même plus si tu restes. »

« J’sais. Une dette, c’t’une dette. » Tous l’rats savent ça.

L’s’arrête d’un coup. « Tu penses que tu t’endettes en restant ici ? »

« C’po l’cas ? Qu’est c’qu’j’suis s’posée penser ? J’l’vois et j’va po juste r’ster là et… p’question… j’s’ra po vot’ sclave ! » J’commence à chercher c’mment r’tourner à l’sécurité.

J’arrête parc’que S’per M’man lève l’main. Lent. Comme qu’elle fait dans l’r’fectoire ‘vant l’repas. J’m’attenda po à c’qu’elle est calme comme ça.

« Si je te donnais un moyen de rembourser ta dette, est-ce que tu resterais ? »

À SUIVRE


Source de cet article | Traduit par Lomelinde, relu par Silkinael, Lubuwei
©2018 www.starcitizen-traduction.fr — (CC BY-SA 3.0)
REAGIR SUR LE FORUM