Transtar Cadmus

Répondre
Avatar du membre
Shinji Takagi
Citoyen
Messages : 19
Enregistré le : jeu. 8 oct. 2015 15:41

Transtar Cadmus

Message par Shinji Takagi » mer. 19 oct. 2016 23:28

Le bourdonnement sourd des propulseurs faisait vibrer l’air surchauffé du compartiment machines. Dans la pénombre de celui-ci, un homme assis sur un conteneur, courbé, comme écrasé par le poids d’une expérience trop lourde pour lui, contemplait le fond d’un verre vide.
Trop d’années passées aux commandes de cargos, trop de sacrifices à cette carrière avaient fait de lui un homme profondément seul. Il avait perdu le souvenir de ces espoirs. Pourquoi tout ça ? Obnubilé par son travail, était il passé à côté de la vie ? De sa vie…
Une diminution de la fréquence du bourdonnement le tira de ses réflexions. Le haut parleur de l’intercom du bord crachota:
“Eh cap’taine ! Vous devriez venir voir ça.”
L’homme rangea à gestes lents son verre et la bouteille de whisky pratiquement vide dans leur cachette et se dirigea vers l’intercom.
-J’arrive…
“Eh cap’taine” pensa-t-il. 30 ans de métier et un jeune petit con tout juste sortie de l’académie lui parlait comme à son pote. Bordel de merde.
Il lui fallut un bon moment pour rejoindre la passerelle. C’était l’un des défauts de conception de la classe Hull, la passerelle et le module de propulsion principal étaient chacun à un bout de l’Empire… Ca pouvait sembler être un détail mais quand vous deviez vous taper les 200 mètres à pied régulièrement, sur un Hull D comme le sien, ca devenait un détail fatiguant. “Au moins, ca m’oblige à limiter ma consommation d’alcool.” conclut-il.

Il arriva enfin sur la passerelle.
“Qu’est ce qui se…” Il s’interrompit en constatant qu’une myriade de débris se trouvait sur la route du cargo. “Par l’Empereur. C’est quoi cette merde ?”
-J’crois que c’était notre escorte patron. C’est le point de rendez-vous.
Le capitaine s’approcha de la baie d’observation et, scrutant plus attentivement les débris, identifia sans mal les morceaux de plusieurs chasseurs d’escorte de sa compagnie.
-Tous détruits.... Ici ? Merde, on est encore en zone sécurisée.
-J’crois que c’est plus vraiment le cas.
-OK, scan complet. Si il y a survivant il faut qu’on le trouve. Et envoie un message d’urgence à la compagnie.
-J’ai déjà essayé. Le relais du coin est hors ligne.
-Alors, envoie un drone. C’est une situation de crise. Bordel on vous apprend quoi à l’académie ?
-OK patron. J’envoie.
Le capitaine s’assit dans son fauteuil.
“Rien au scan patron. Tout est froid.”
-OK, on dégage d’ici. On reste dans le système mais tu me mets autant de distance que possible entre ce cimetière et nous. Ceux qui ont fait ça sont peut être encore dans le coin. Et réveille moi l’équipage ! Qu’est ce que tu fous bordel ? Faut tout te dire! Qui est ce qui m’a collé un second pareil ?
-Je …
-Ah ferme la ! Fais ton boulot.

Quelques minutes plus tard, le reste de l’équipage arrivait à son poste. Entrant sur la passerelle, un homme obèse d’une quarantaine d’années vint littéralement s’écraser dans le siège de la console d’ingénierie.
“Je rêvais de cette danseuse du BLU Lagoon. J’allais conclure...”
-On s’en fout Aaron. rétorqua le capitaine sèchement.
Il attendit quelques secondes le temps que chacun s’installe avant de reprendre.
“Voilà la situation, nous sommes dans le système Nemo. Arrivé au point de rendez-vous avec notre escorte, nous avons trouvé celle-ci entièrement transformée en confettis. Aucun survivants."
Des jurons mêlant surprise et inquiétude répondirent à cette annonce.
“J’ai contacté le dispatch via drone, le relais comm local étant HS. On se cache en attendant de savoir quoi faire.”
-Pourquoi on retourne pas dans Fora ? interrogea l’homme installé à la console de manoeuvre.
-Plus tard pour les questions. J’ai besoin de tout le monde OP à son poste. Aaron, tu me réduit au maximum notre signature.
-OK patron.
-Denis, à toi la manoeuvre. On se dirige vers ce petit amas d'astéroïdes. Tache de te mêler à eux.
-Oui patron.
-Yoshi, tu me surveille le scan. Passif uniquement.
-Oui Patron.
-Il n’y a peut être plus de danger mais évitons de prendre des risques inutiles.
-Pourquoi on va pas vers Ergo ? On y s’rait en sécurité. Intervint l’officier en second.
-Peut être, peut être pas. Sans comm on ne connaît pas la situation là bas. On suit la procédure standard lieutenant. répondit le capitaine avec une pointe perceptible d'agacement.
C’est alors que Denis, un homme noir et chauve d’une petite quarantaine annonça:
“Patron, j’ai plusieurs signatures thermiques diffuses droit devant. C’est faible et brouillé par les astéroïdes mais ca ne me semble pas naturel.”
-OK. Arrêt complet.
Denis avait servi 15 ans dans l’UEEN comme spécialiste détection à bord d’un destroyer. Le genre de personne qu’on écoute quand elle vous dit qu’elle voit quelque chose au scan.
Le capitaine tenta d’évaluer rapidement leur situation. L’esprit ralenti par sa récente séance de “dégustation” de whisky…
Les 4 hommes présents avec lui sur la passerelle étaient silencieux. Un silence pesant uniquement perturbé par le bruit des propulseurs frontaux travaillant à arrêter la masse énorme du cargo.
Le capitaine reprit enfin la parole.
“OK, cap sur Ergo. Par ba…”
-Contacts ! J’ai 4 contacts clairs en rapprochement rapide. Droit devant. Des chasseurs. annonça Denis.
-Pleine puissance ! Manoeuvre d’urgence ! Effacez les butées ! Activation de l’armement !
Chacun s’activa frénétiquement sur sa console. Hormis le lieutenant qui semblait perdu.
-Ils sont p’t être pas hostiles. lança ce dernier.
-Biensur. 4 chasseurs planqués au milieu d'astéroïdes non loin de notre patrouille anéantie qui soudain nous foncent dessus ? Tu penses qu’ils viennent jouer aux cartes ? répondit Denis.
-Donc j’avais raison. On aurait dû foncer sur Ergo.
-Fermez la lieutenant ! Fermez la ou je vous fais passer par le sas. Occupez vous plutôt de verrouiller les compartiments.
-Pourquoi ils ne nous contactent pas ? demanda Aaron. Si c’est la cargaison qui les intéresse…
Comme en réponse, une rafale de lasers vint s’écraser sur le bouclier, transformant celui-ci en une boule ovoïde d’un bleu iridescent.
-On a l’alignement ?
-Pas encore. J’ai un perte de puissance sur le 3.
Le capitaine jeta un regard lourd de reproche à Aaron. S’en apercevant celui-ci se défendit:
“J’ai essayé de régler ca ! Bordel Mike, c’est toi qui n’a pas voulu payer un nouveau collecteur. Tu croyais quoi ?”
-C’est la compagnie qui ! … Ah, laisses tomber. C’est pas le moment. Lancez le SOS. On engage. Yoshi, à toi l’armement.
Les tirs s’écrasaient désormais pratiquement en continue sur le bouclier.
-Le bouclier ne tiendra pas… Je jugule sur les différents secteurs mais on encaisse trop de tirs.
Un impact plus violent que les autres se fit entendre, suivi rapidement d’un second. Une alarme retentit.
-Impacts missiles ! A la poupe. Ca a percé !
-Je perd de la puissance sur les 1 et 2 ! J’ai perdu le 1 !
-On une brèche dans le comparti… bon sang ! Toute la tranche G est dépressurisée !
Yoshi ne se débrouillait pas mal avec l’armement, parvenant à toucher plusieurs fois leurs ennemis. Cependant, le cargo constituait une cible trop facile et il devint évident pour chacun que le combat était déjà perdu. Aussi, le capitaine ordonna.
“Cessez le feu. Ouvrez moi le canal général.” Quand Aaron lui fit signe que c’était fait il reprit.
“Ici le capitaine Riterson du cargo Transtar Cadmus. Cessez le feu. Nous nous rendons.”
Ils attendirent la réponse pendant de longues secondes alors que les tirs adverses continuaient de réduire leurs boucliers à néant.
Et, enfin, les tirs cessèrent.
-Bouclier HS patron…
-Ils nous répondent.
-Ouvrez le canal.
Une voix féminine et dure se fit entendre au travers du système audio de la passerelle.
“Cadmus, mettez en pannes et préparez vous à être abordés.”
-Garantissez vous le bon traitement de mon équipage ?
La femme éclata de rire. Un rire qui glaça le sang de Riterson.
-Le bon traitement de votre équipage capitaine ? Oui, biensur. Pourquoi pas ? Si vous obéissez nous vous laisserons en vie. Maintenant mettez en panne avant que je ne change d’avis !

Répondre