[BG] Les bars parallèles

Répondre
Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » dim. 29 mars 2015 22:49

Petit essai de background perso.
Même après plusieurs relectures, il reste peut être des fautes, n’hésitez pas à me les signaler en MP :mrgreen:

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>x<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<


Chapitre I : Une mission facile



Le colonel hurlait sur la radio, nous étions face à l’ennemi et à notre fin. Le colonel était quelqu’un de bien, son vaisseau fut littéralement pulvérisé par l’effort combiné de trois chasseurs ennemi. La formation diamant était détruite et ni la rigueur militaire, ni les centaines d’heures d’entraînements auraient pus changer quoi que ce soit. Personne ne pouvait être préparé à ça.


Neely repris le commandement, elle donna l’ordre de rompre la formation et d’appliquer une contre attaque du type pieuvre. On savait tous ce que cela voulait dire, c’était la dernière mesure contre un ennemi plus fort afin d’infliger le maximum de dégât au détriment des pertes. Imaginez, chaque escadrille comme un tentacule tentant de broyer un Diodon, ces drôles de poissons qui se gonflent, extrêmement venimeux et bardé d’épines. A jouer avec le feu, on se brule.


Nos cibles étaient ces foutus Torpilleurs Vanduuls qui d’après les informations de nos services, attendaient un ravitaillement dans la zone. On ne nous avait pas menti, ils étaient bien là, dix torpilleurs et leur escorte de six chasseurs lourds Stinger auxquels on pouvait ajouter quatre transporteurs moyens, plus d’une trentaine de chasseurs légers leur porte-vaisseaux et un destroyer. Les torpilleurs n’attendaient plus, leur ravitaillement était en cour. Nous venions faire la fête au milieu de tout ce beau monde et sans invitations.


Je n’en veux pas aux services de renseignements, ces mecs de l’ombre s’enfoncent dans les lignes ennemies, filent des convois en prenant les plus grands risques. On ne sait rien de ce que ces gens endurent, on ne connait pas leurs sacrifices, ni leurs morts.
Mais un officier haut gradé surement plus qualifié que nous avait eu ces infos en mains, il avait réfléchit et prit un risque stratégique, comme celui qu’on prend aux échecs. Il avait perdu cette partie, rien de grave pour lui, il avait juste loupé son coup, on lui donnera d’autre pions à sacrifier.
Quant à nous ? Nous allions mourir pour protéger l’UEE, quoi de plus noble ?


Huit Retaliators et douze Vanguards, pour une mission de frappe logistique facile. Notre groupe faisait tache au milieu de cette fourmilière Vanduul, une faute de gout sur la toile de l’artiste. L’ennemi, dans une démonstration de force et sans doute dans le but de nous impressionner, lança toutes ses forces dans la bataille. Manœuvre habile mais peu nécessaire, car il n’y avait aucun suspense dans cette pièce mal écrite. Pas de bataille dans cette zone de l’espace, juste un sombre jeu de massacre.


Le commandant répéta deux ou trois fois l’ordre avant que certains pilotes ne réagissent. Nous venions de commencer notre danse et la moitié de nos appareils étaient déjà décimé. Pour les autres, cela ne serait plus très long. Chloé faisait ce qu’elle pouvait depuis la tourelle, moi aussi. J’entendais les impactes déchirer notre appareil alors que je faisais mon possible pour éviter de percuter les autres chasseurs. Puis une explosion sur le dos du Vanguard projeta des débris jusque dans l’habitacle. La violence du choc me mettant presque KO sur le coup, puis le silence et les étoiles tournant dans tous les sens. Elles, si immobiles en temps normal, je mis une bonne minute avant de me rendre compte que mon chasseur en lambeau filait dans le vide de façon complètement désordonné.


Un dernier choc d’une grande violence, grâce auquel, je pus admirer l’arrière de mon appareil décapité par l’explosion d’un missile. Alors que j’étais encore dans mon siège, je pouvais fermer les yeux et me laissais partir, j’en avais assez fait.
Mais rien ne vient, ni le vide, ni l’oubli. Alors que je détachais le harnais, je la vis, si belle, j’avais toujours admiré ses formes, son visage, durant un instant je la pris pour un ange. Ce n’était pas si éloigné de la réalité, Chloé était mon équipière humaniste, mon binôme philosophe, mon amie si proche. Mon Ange, un de ceux qui vous ferait croire que tout est possible, qu’il y a un avenir pour chaque Homme dans l’immensité de l’espace, même pour les causes perdu, comme moi. Elle était prête à rejoindre les étoiles.


Et moi, je restais là, parmi les débris de mon cockpit, dans le vide silencieux et froid. Plus d’alliés, plus d’ennemis, seul. La première heure, j’ai tirais avec mon arme de poing à travers le vide, en colère, j’ai maudit Chloé de m’avoir abandonné, le monde, la galaxie, les dieux auxquels je ne crois pas et ceux auxquels je pourrais croire, mes choix, ma vie. Les quelques recharges d’oxygène me permettrais de le faire durant trois heures encore. Alors que je commençais à manquer d’inspiration pour mon splendide monologue d’injures dédiées aux puissances de l’univers, j’entrepris d’écourter mon existence, avec l’aide de mon arme. Au moment crucial, une voie résonna dans mon casque. Cela aurait pus être mon imagination si seulement le Tali qui me faisait face ne semblais pas si réel.


S’en suivi un retour pénible parmi l’apesanteur et ses vivants pour le formidable procès militaire sur l’échec des morts à remplir la mission pour la gloire de l’empire et des ordres irresponsables donnés par des leaders d’escadrille si peu compétents qui ne peuvent plus ce défendre. Puis ensuite, le procès des rescapés, de leur manque de combativité pour ne pas dire lâcheté de ne pas être mort au combat et d’avoir osé revenir. Un Retaliator et deux Vanguards, ce qui restait de notre glorieuse mission. Pas de jugement, l’Empire n’a pas besoin de communiquer sur ses échecs. Celui-ci préfère créer ses propres légendes, un compte rendu de mission étouffée par le secret, pas de médaille mais des remerciements du corps militaire pour notre démission forcé. Reste la tristesse et les regrets des survivants ainsi que l’alcool pour tenter de les atténuer.



>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>x<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<



Chapitre II : Un nouveau chemin



Deux hommes attendaient dans un bar, le plus jeune, un mec costaud avec le visage candide montrait des signes d’impatience, la salle était presque vide. Les derniers « vétérans » de la veille agonisant comme après une dure bataille. Les bouteilles vides, que ramassait le gérant, lui-même pas très net, laissaient supposer la terrible escarmouche qui s’était déroulé en ce lieu.


- Il est en retard non ?
– Possible
- C’est bizarre un transporteur en retard non ?
- Bof, m’en fou…il parait qu’il paye bien alors bon…


Le patron s’approcha des deux seules personnes conscientes en titubant
- Vous consommez ou vous sortez, ce n’est pas une salle d’attente ici !


Le plus jeunes des hommes leva la main comme pour demander la parole
- Excusez-nous, nous avons rendez-vous avec une personne prénommé Attila je crois
Le barman l’interrompit
- Eh ! Oh ! J’ai l’air de porter une jupe à ras l’outillage ? Je ressemble vraiment à une foutu bonne fem…à une secrétaire ? Rectifie t-il en voyant rentrer avec hâte une jeune femme sur le champ de bataille.
- Je peux vous servir quelque chose mademoiselle ?


Elle semblait troubler par ce soudain intérêt et stoppa net sa course pour se figer comme un piquet.
- Non non, je…euh…je cherche quelqu’un…monsieur Tila ?
- Grmbl !…bon…


Le barman fila derrière le bar et donna un léger coup de pieds à ce qui semblait être un animal à entendre les grognements.
- Vincent, y’a du monde pour ta pomme et je tiens à te dire que mon bar n’est pas une salle de conférence pour tes magouilles à la con !
- Tu me fais mal à la tête et sers moi un verre au lieu de gueuler dès le matin, tu vas faire fuir tes clients.


Un homme se leva de derrière le zinc, grand et mince, une barbe de trois jours et les cheveux en vrac, la trentaine passée. Nul doute que le personnage avait fait partie des combattants de la veille. Il s’assit à la table des deux hommes en se frottant le visage.
- C’est vous les gars pour le job ? Ça fait une plombe que je suis là...à vous attendre !


Les trois compères firent des yeux ronds devant la vision de leur potentiel employeur.


L’énergumène pris son verre apporté par le barman et les regarda intensément. Puis il regarda son verre durant vingt bonne secondes comme pour chercher l’inspiration avant de le vider d’un trait, il reposa le verre en le claquant sur la table.


- Il va m’en falloir un autre Franck.




>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>x<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<


Chapitre III : Prendre la route vers un autre endroit…un autre bar



Apres plus ou moins quatre verres, les présentations étaient faites.

Sacha était un jeune ingénieur mécanicien, fraîchement diplômé d’une bonne académie, grand et bien bâti ayant entendu parler d’une offre d’emploi sur un navire de transport. Il avait rencontré Crash, un pilote expérimenté bossant pour une boite de sécurité privé depuis 3 ans, là pour escorter ce même transporteur. Et il y avait cette très jeune fille, la majorité à peine, Lucile, postulant pour le même poste mais sans grande expérience, une gamine en manque de sensations avec cependant d’importants moyens, preuves de filiation avec une famille aisé.


En face d’eux, votre fidèle serviteur, Vincent, de mon nom de scène Yatila ou Yat’, ne cherchez pas de raison, il y en a aucune ou du moins, inavouable. Ayant obtenu la citoyenneté par mon « retrait » du service militaire il y a 2 ans et arborant une licence commercial international par la même occasion pour me remercier de la boucler sur les détails de cette éviction.

- On va attendre encore un peu, histoire de laisser aux autres retardataires le temps d’arriver, Franck à boire !

Une heure plus tard et bien plus de verre que de raison, je dû me résigner
- Tsssss, sélection naturelle, bon ben tant pis pour eux, vous êtes engagé ! Je suis posé à l’emplacement…au pont…12…29…y’a un 2 je sais…enfin bref cherchez un Freelancer à l’astroport sur lequel il est écrit Y13. Maintenant tirez-vous.


Les « employés » ne se firent pas prier

- Mais qui c’est quoi ce type ? s’exclama Sacha en sortant du bar.
- Un routier de l’espace comme il y en a des tas. Le mercenaire s’éloigna en direction de l’astroport.
- Bah c’est bien, il a l’air cool le patron, j’avais peur de tomber sur quelqu’un de dangereux ou de super étrange mais là ça va.
- ça va ?! Mais…mais…tu veux dire qu’il y a pire ?
Lucile se fendit d’un sourire comme réponse avant de s’avancer à la suite de Crash


Le silence repris possession du bar. Franck s’assit à la table avec une nouvelle bouteille et se servit un verre en regardant vers la porte. Puis posa son regard sur moi alors que je lui tendais mon verre vide.

- J’espère que tu sais ce que tu fais, essai de les garder plus longtemps ceux-là dit-il en versant le liquide vert douteux

Je ne me sentais pas plus d’humeur que d’habitude à la causette mais je n'allais pas fuir lâchement la discussion surtout qu'il me servait une liqueur d'où s’échappait une odeur enivrante
- Qu’est ce que ça change ? Cette vie ou une autre. Mon vaisseau ou un autre. On subit cette vie plus ou moins merdique et à la fin on crève…
- Toujours aussi philosophe.
- Sarcastique s’il te plait. Faudra une autre bouteille dans ce genre là, je dois m’occuper une heure, tu la rajouteras à mon ardoise
- Ca fait 10 ans que ton ardoise court
- T’es un chic type Franck, ça devient chose rare ces temps ci, ça me fera une bonne raison de revenir chez toi à ma prochaine escale dans ce trou.


L’astroport commercial, un lieu d’échanges, une fourmilière humaine. Chaque personne a une tache bien définie, un objectif clair, on décharge les vaisseaux pour les remplir à nouveau pour un autre voyage vers le vide de l’espace et au-delà une colonie lointaine.

Un Freelancer Max se dresse fièrement sur le pont d’envol numéro 6. Au pied de l’appareil, trois personnes semblent patienter.

- T’as vérifié autour du vaisseau ? S’il ne cuve pas dans un coin derrière des caisses ?
- Oui, mais rien du tout et c’est forcement le bon vaisseau, il est écrit Y13.


Sortant du poste de contrôle, je titube et seul le sol semble m’ouvrir ses bras mais je mis refuse obstinément, par je ne sais quel miracle un bon samaritain à jugé utile de poser une caisse à laquelle je me retiens in extremis comme dirait l’autre.
Je réitère la délicate opération de caisse en caisse, jusqu'à atteindre les marches de mon tagazous. Trois abrutis me regardent sans dire un mot, c’est le moment de sortir quelque chose de spirituel, je le sens au fond de moi…et je n’ai pourtant même pas envie de vomir.


- Rien ne me vient, bon, on a assez traîné, tous à vos machines pour un rassemblement au point de contrôle principale en orbite.



Sur ces mots Lucile et Crash s’éloignèrent, me laissant seul avec l’armoire à glace qui devait me servir de copilote et dont le nom m’a échappé.
Ronda ?
Rama ?
Un truc du style

Alors que je me vautre dans mon siège en me prenant la tête dans le but de méditer une dizaine de seconde…ou minute, j’entends le son mélodieux du démarrage des systèmes.

Fin de la méditation
- Allo ! Contrôle ? Freelancer Y13 pour un départ express dans l’axe pour la sortie spatiale principale du système.
- Y13, t’es à la bourre pour ton départ. Tu es en attente derrière le Crystal. On te rappel pour une sortie dans l’axe.
- Vicky met toujours 10 piges à se casser avec sa bouse de Carrack, je la grille, tchao Terra.
- Y13, vous n’avez pas reçu la permission de décoller. Déconne pas Yat’


Sans attendre la fin du message, le Freelancer s’arrache à pleine puissance du sol, pour gagner le couloir principal de décollage sous le crachat de quelques insultes du contrôleur.

Le gamin collé au fond du siège que je m'empresse de rassurer
- T’inquiète pas, c’est un vieil amis, on aime bien se charrier de temps en temps. Il n’est pas revanchard


Dix minutes plus tard, le vaisseau flottait dans l’espace et franchit le portail de contrôle spatial. L’espace était de nouveau à moi, le temps d’un voyage, jusqu'à la prochaine colonie, jusqu’au prochain bar…c’est Gwendo qui tient l’Irish Pub sur Nyx…ça tombe bien, elle est gentil Gwendoline.
Modifié en dernier par Yatila le Lap'Hun le lun. 15 févr. 2016 14:59, modifié 5 fois.
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » sam. 13 févr. 2016 13:20

Chapitre IV : Percer les ténèbres



Il nous fallait prendre la direction de Stanton pour faire le plein pour rejoindre Pyro puis enfin gagner Nyx, le voyage n’allait pas être très reposant, les deux derniers systèmes traversé étaient des secteurs craignos

Alors que le Freelancer filait plein gaz vers le point de saut, deux chasseurs vinrent se placer de part et d’autre du vaisseau. L’Avenger de Crash et le 325A de Lucile.
- Vous comptiez partir sans nous, commandant ?


Parfois je pense à nouveau, au plaisir de voler sur un jet. Aux sensations grisantes lorsqu’on pousse les gaz pour s’extraire de l’attraction terrestre et être seul dans le cockpit parmi les astres. Puis les images des combats, vestige de mon passé, refont surface comme si on ne pouvait avoir l’un sans l’autre.
- Je comble un peu notre retard, j’espère que vous avez bien fait votre pause pipi avant de partir, il n’y aura pas d’arrêt


La bordure, Pyro, un système qui porte bien son nom, pas seulement à cause de son étoile ardente mais aussi par l’ambiance plutôt chaude dû aux nombreux parias qui traînent dans le coin. Un système aux planètes inhabitables, avec une station abandonné de l’UEE et peuplé par la lie de l’humanité.

- On ne devrait pas être inquiété dans le coin, dés que le bouclier d’un vaisseau lâche, l’étoile crame la carlingue et tout ce qu’elle contient, les pirates évite donc d’engager…en générale.
Il ne pourrait rien récupérer mais restez sur vos gardes, on est jamais à l’abri des fous de la gâchette…y’a pas de règles ici.
De toute façon on vole sous les radars et on contourne la station



Le gamin me regardait comme s’il attendait une quelconque instruction de ma part, je lui fis donc se plaisir. Même s’il aurait été plus utile le nez sur le scan, dans son état de terreur apparente il n’aurait servit à rien.
- Gamin dans la tourelle arrière et ouvre l’œil , cela aura au moins le mérite de l’éloigner un moment, son innocence m’agace.


Et l'attente ne fut pas très longue


- J’ai deux contacts au dessus de nous !
- Pas de provoc inutile mais s’ils s’approchent de trop prés, tirez en premier
- J’engage !
- Lucile ! Ce n’est pas un jeu !


Bon sang, passer les dix dernières années de ma vie de soldat à faire la guerre, survivre et mourir deux ans plus tard dans se système pourri à cause de l’excitation d’une gamine.

- Trop tard, ils ne nous laisserons plus maintenant
Derrière ! Si tu veux vivre, tu as intérêt à viser juste



Lucile balance deux missiles, qui même s’ils ne touchent pas leur cible, ont le mérite de briser leur posture d’attaque. Dans une manœuvre d’évitement le pirate ce retrouve devant les lasers de l’enragé. Coup de chance ?

Non, elle lui envoi tout ce qu’elle a, le Gladius est pulvérisé.

Avait-elle vraiment prévu de telles manœuvres ?
- Tu es long à la détente Crash, je vais t’en prendre deux d’avance si ça continue


Le second pirate, en Hornet Tracker, tente de fuir, un missile de Crash le touche mais la furie ne lâche rien et s’interpose par un yo-yo haut entre le mercenaire et ça cible pour finalement détruire celle-ci aux canons.
- Gagné ! Avec deux points d’avance


- ...on ne traîne pas dans le coin, j’ignore s’ils ont pus transmettre un quelconque message
- Lucile, on aura une petite discussion à laquelle tu n’échapperas pas sur Nyx


Alors qu’on mettait plein gaz pour franchir le point de saut pour Nyx, je crus voir un contact sur le scan. Le gamin rentra dans la cabine, il était blanc mais toujours en vie, ce qui est pas mal pour un premier rodéo.


Nous étions arrivés dans le système de Nyx.




>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>x<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<



Chapitre V : Destinées croisées
merci aux copains http://www.starcitizen.fr/Forum/viewtop ... =24&t=9770



Nous pouvions respirer un peu, les pirates autour de Nyx étaient plus concentrer sur la protection de leur butin en vue de sa revente sur Delamar que par l'attrait d'une proie un peu trop défendu.
C’est sans encombre que je me suis posé sur le pont, juste à temps pour voir Crash sortir furieux de son cockpit pour se diriger vers Lucile.


- Euh, on ne devrait pas faire quelque chose ? voila, le gamin qui reprenait du poil de la bête.


Je n’approuvais pas le comportement de la jeune pilote, aussi, j’étais plutôt tenté de laisser faire l’ordre naturel des choses.

- Tu as vu ce que je leur ai mis au *clac* Le bruit sourd d’une bonne gifle sur la joue, Crash est un mercenaire mais il n’est pas pour autant adepte de la violence gratuite, il se contenta de lui faire la leçon.
Elle était furieuse mais préféra partir bouder dans un coin.


Maintenant que les choses étaient tirées au clair de se coté ci. Je sentais comme une envie.
La soif me tiraillait à nouveau, heureusement j’étais sur Nyx, il y avait plus de bar et lieux de perdition qu’il n’en fallait. Le pub de Gwendo, mon repère privilégié sur Delamar, cet astéroïde peuplé de radicaux et autres nuisances politique marginale…
Mon copilote étant de robuste constitution, aussi je lui laissais le soin de décharger la cargaison.



En rentrant j’eu la surprise de voir mon ami Akerios, toujours semblable à lui-même.

- Dieu on ne l'avait pas invité
Alors il n'est pas venu !

- Toi tu traînes trop avec le Cap’tain Rhum Noir, l'air de son vaisseau mère n'est pas super sain avec toutes les substances qui y sont fabriqué

- Dans les zones suburbaines à force de traîner dans les bars parallèles pour massacrer l'ennui, je suis tombé sur toi par hasard Yatila.
Tu te souviens ?
Mercenaire un jour, mercenaire toujours.
Attablé seul devant un verre vide tu parlais au mur en répétant Chloé.


Je me suis assis devant toi, la place était vide.
Après quelques autres verres je t'ai passé ma capsule de phage.
J'ai ensuite retourné tout le bar, je croyais l'avoir perdu.

Capitaine et moi, c'est une longue histoire. Le Capitaine n'est abordable que lorsqu'il est Phagé !
Sans mon Phage c'est un type dangereux !

Moi c'est l'inverse je prends du Soleil pour écumer les bars.
Son truc ça me rend malade mais là je deviens sociable.
Alors je bois de l'alcool avec mes potes pour oublier que je vous déteste tous.



Après quelques verres et bien peu de paroles, voila que nous nous séparions.

- Attention tout de même au Cap'tain mon ami, il fait un peu peur parfois et c'est normal mais ses substances pourraient te coûter cher et je ne parle pas de fric...

- Yatila ! J'te laisse régler j'ai plus rien.
Ep... fait pas le con... avec la tête que fait Noir a ta place je lui demanderais rien.
Tu te rappel Stelo ?
On ne l'a pas retrouvé.
…Mouais ta raison faut dire qu’on ne le regrette pas


Alors que mon ami sortait du bar, je me perdais dans mes pensées.


Nous avions chacun payé un lourd tribut suite aux erreurs de nos vies passées, ces cicatrices étaient comme un témoignage de notre parcours et nous avions tout deux nos drogues pour tenter de l'oublier.
L'alcool m’empêchait de réfléchir sur les batailles d’autrefois...certains avaient juste besoin de substances plus fortes encore.

La majorité de ces ombres errantes trouvaient refuge sur Delamar, cet astéroïde gigantesque abandonné par l’UEE. Pourtant il restait un passage commercial d’envergure pour se rendre à Castra depuis Stanton, ce qui permettait d’instaurer un minimum de règles parmi ces marginaux afin de continuer de blanchir le butin de certain d’entre eux et de diversifier la clientèle quant à l’usage de certaines substances.


Akerios…Ce personnage m’avait tendu la main à un moment où certains décident de prendre « un aller simple pour les étoiles », j’aurais pus être de ceux-là.

Il ne cessait de me surprendre, maitrisant parfois des choses qui échappent à ma compréhension, il détenait de nombreuses distinctions scientifiques ce qui lui permettait de fréquenter aussi bien les puissants de l’UEE comme la lie de l’humanité. Voila qu’il partait vers de nouveaux chemins étranges et mystérieux pour moi.


Alors que je finissais ma troisième bouteille, un message de Sacha me signifia que la cargaison était totalement déchargée. Il était temps de reprendre la route, je m’emparai d’une bouteille derrière le bar en faisant signe à Gwendo qui l’ajouta sur ma note, elle est sympa Gwendo.


Déambulant dans les rues à la recherche de mon vaisseau, je tombais sur Lucile aux prises avec deux individus, inutile de préciser qu’ils n’étaient pas nets, nous étions sur Nyx après tout.
Je m’interrogeais sur la raison de sa présence alors que j’avais expressément donné l’ordre à mes "employés" de rester a proximité de l’astroport pour garder mon Tagazous.


Lorsqu’un troisième individu déboula derrière mon dos. Sans avoir toute les données sur la scène qui se jouait ici, pas plus que de temps pour une saine réflexion, je lui fracassai mon bien le plus précieux du moment sur le crane. La bouteille éclata…



Le divin liquide était définitivement perdu. Lucile comme les deux autres gars me regardaient d’un air hagard. Je profitai de la surprise pour me jeter sur le plus petit des deux.
Modifié en dernier par Yatila le Lap'Hun le lun. 15 févr. 2016 14:59, modifié 7 fois.
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » sam. 13 févr. 2016 18:04

Chapitre VI : Laisser l’honneur du combat à d’autre



Je profitai de la surprise pour me jeter sur le plus petit des deux.

Je l’emmenai au sol en profitant de mon élan. Le bougre se débattait comme un diable mais mon état d’ébriété jouait en ma faveur. Je ne me souviendrai de la puissance de ses coups que le lendemain à jeun…une excellente raison à retenir pour ne pas être sobre demain du coup.


La belle resta cependant trop inactive à mon goût et le second parasite était sur moi, me projetant dans des gravats par un puissant et douloureux coup de pieds, ce n’est pas grave, je boirais plus me dis-je .

- Ne te mêle pas de ça poivrot, c’est ma prise
Ça ne me rendra pas les deux pilotes qu’elle a tués mais ça atténuera un peu la douleur d’avoir perdu deux appareils flambant neuf !



Bon sang, mais il parle et il m’insulte qui plus est devant mon petit personnel. Un manque de savoir vivre consternant que je sanctionne en lui jetant une poigné desdits gravats qu’il m’a fait admirer plus tôt.


Mes vieilles connaissances de close combat dispensé à l’occasion de ma formation chez les pilotes de l’UEE se rappelant à moi, sachant que le fort l’emporte sur le faible et que mon adversaire semble être dans la catégorie au dessus de la mienne, je me relève rapidement, j’en profite pour empoigner une pelle et ainsi clore victorieusement le différent qui m’oppose au contrevenant par environ...une...dix...quinze...vingtaine...de coups…j’ai pas compté…


- On ne va pas trop s’attarder, tes copains ne me semblent pas des plus fréquentables, il faudra cependant qu’on discute un peu de la distinction entre les ordres et les conseils que je suis susceptible de donner, comme lorsque je dis : RESTE à coté des vaisseaux
- Je n’ai pas eu le choix, un Cutlass s’est posé sur le pont d’envol, ces gars, ils venaient pour nous…y’a une fusillade au dock

Sans plus attendre je filais aussi vite que mon corps dopé à l’alcool me le permettait en direction de l’astroport...en oubliant de ramasser une arme qu’auraient pus détenir nos agresseurs…en effet…mais j’étais devant mon vaisseau et il était trop tard pour faire marche arrière.


Il semblait que Crash avait su se montrer des plus utile en matant trois autres parasites, aidé sans nul doute par son fusil d’assaut.

- Y’en a un dans l’entrepôt avec la marchandise, Sacha est déjà là-bas.
- …une raison de plus pour se grouiller


L’endroit semblait calme Sacha se tenait immobile devant les caisses déchargé du Freelancer.

- Il est où l’autre ?
- Sacha ? Le pirate ?
- …

En dessous…

- Ah…euh…bon…
- En dessous ? Je…Il est où l’autre, j’ai pas compris ?

Ce garçon avait dû être un bucheron viking abattant les arbres du tranchant de la main dans une autre vie, il venait d’écraser un type avec une caisse de plus de 250kg


- bon on va tous se reprendre, faire un travail sur nous-mêmes et vite se tirer, depuis votre rencontre ma vie est en train de devenir un enfer, enfin, plus que d’habitude en gros, bref



Le sauve-qui-peut sonné, chacun enfourcha sa monture pour voler vers d’autres horizons, nous éviterions juste de repasser par Pyro.
Au décollage, Crash tira un missile sur le Cutlass pour éviter de laisser trop de liberté d’action aux éventuels poursuivants encore en vie que nous aurions pu froisser en abimant leurs camarades.


Nous mettions donc le cap sur Castra dans l’optique de rejoindre Terra par un trajet plus long…par les grands axes afin d’éviter un maximum de surprises.




Et comme toutes les bonnes choses, même les plus intenses ont une fin, je me permettais néanmoins d’inviter toute l’équipe chez Franck…enfin au bar.

Je payais le contrat à Crash qui ne s’attarda pas plus que de raison. Lucile ne voulu pas de la récompense pour l’escorte car elle s’estimait fautive pour les ennuis de la journée, finalement je l’aime bien cette nana, je lui proposais donc un nouveau contrat sans plus attendre. Et je gardais le bûcheron à mon service comme moyen de dissuasion, efficace, enfin tant qu’il ne dévoilait pas la supercherie en ruinant le peu de crédibilité qu'on lui donnerait au premier regard en ouvrant la bouche et occasionnellement comme copilote d’appoint.


Demain est un autre jour. Je sens comme une douleur qui se réveille et me lance.


- Franck, ramène voir une ou deux bouteille de plus…mets les sur mon ardoise.


Ne surtout pas être sobre.
Modifié en dernier par Yatila le Lap'Hun le lun. 15 févr. 2016 15:25, modifié 5 fois.
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » sam. 13 févr. 2016 19:47

Chapitre VII : Il parait que les rêves sont éternels...dans ce cas, les cauchemars aussi...



- Tu vas bientôt avoir trente ans et qui sait ? Peut être même mûrir un peu, ça se fête
On trinque ? Prends un verre ?

Elle semblait pourtant sérieuse…au début de la conversation

- Moi ? De l’alcool avant une mission ? muahahah, tu rêves ma pauv’ fille
Chloé quand ? Je dis bien quand m’as tu un jour vu boire une goutte de ces drogues qui altèrent les réflexes et l’instinct ?

Son sourire fait le mien
- Aaaaah…noooon, c’est reparti, pourquoi j’ai dit ça !

Je prends mon air des plus pédant
- Ces drogues sont faites pour les faibles, les paumés ou ceux qui ne peuvent supporter la pression du combat.
Regarde les pioupious là-bas par exemple, ils s’enivrent car ils ont peur d’accomplir leur devoir, peur de la mission pour laquelle nous partons demain, peur de voler parmi les meilleurs muahahah.



Elle se reprend et semble vouloir me gronder
- N’exagères pas, ils sont nouveaux mais tu dois être conciliant avec eux, certains sont parmi les meilleurs de leur promotion et peut être qu'ils ne reviendront pas. Ou peut être que l’un d’eux te clouera le bec demain en abattant plus de Vanduuls que toi, après tout c’est une mission facile.

- Ben ça m’ferait mal tiens !
Pfff, des centaines d’heures sur un simulateur, laisse moi rire, ça vaut pas la sensation d’être dans un cockpit et sentir ton appareil comme faisant parti d’un tout, de toi, de ton être ! Ressentir chaque accélérations, chaque vrilles, chaque…



- Rassure moi, on parle toujours du Vanguard là ?
Elle éclate de rire

- Ah bah, c’est fin, j’essai d’élever le débat pour une fois ! Cela ne sied pas à mademoiselle Chloé ?


- Tu as raison, tu es bien assez fou pour un mec sobre.
Elle retrouve son sérieux
- Que fera tu en quittant l’armée ?
- Mmmh, je piloterais ! J’aurais mon propre vaisseau tu sais !
- Tu ne veux rien faire d’autre ?
-…Je crois…que…je ne sais simplement rien faire d’autre…


Son regard se fait sévère
- Tu sais bien que c’est faux. Tu ne veux pas d’une famille !?
- mmmh, Je ne sais pas, c’est bien plus difficile que de piloter ça…


Elle affiche un sourire en coin
- Et avec moi ? Tu ne voudrais pas d’une famille ?
- Avec toi, je signe tout de suite ! Quelle question ! Tu fais parti de mon vaisseau, tu fais comme qui dirait déjà parti de moi muahahah

- Moi, je voudrais bien rester avec toi…
- Qui pourrait bien t’en empêcher !


- Et bien tu sais, Vincent, je suis m…


- Oh ! Vincent ! Vincent ! Yat’ ! Eh ! Je te ressers ? Tu devrais rentrer te reposer chez toi, il est tard.

Quoi? Je me suis assoupi?
- Arrête de dire des conneries ! Bien sûr que tu me ressers, Franck, c’est quoi cette question et...
– Oui, je sais…sur l’ardoise

*glouglouglou*

- Putain ! Tu me manque Chloé… fait chier

- Qu’est ce qu’il y a ?
- Nan rien, tu laisseras la bouteille sur la table et…
-…sur l’ardoise, ouais, ouais, je sais
Modifié en dernier par Yatila le Lap'Hun le lun. 15 févr. 2016 15:29, modifié 3 fois.
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » dim. 14 févr. 2016 16:13

Chapitre VIII : Dream team ?



Les missions s’étaient enchaînées sans relâche durant plusieurs semaines et on faisait aujourd’hui face, à ce que j’appelle, « une période creuse de profits », incroyable...l'éternelle histoire de l’offre et la demande.

Du coup, je passais beaucoup de temps sur Terra ou plutôt je passais beaucoup de temps dans un quartier en particulier de Terra…bon…Je passais beaucoup de temps chez Franck, enfin, dans son bar. Mon point de chute…une sorte de QG, pour ainsi dire.

Trop de temps diraient les mauvaises langues.


- Salut Lucile, Sacha est déjà arrivé ?
- Non

Je devais accepter un contrat à contre cœur pour un employeur que je ne parvenais plus à encadrer, les milices privées. Des cow-boys à la gâchette facile faisant la loi, rarement la bonne , dans certains systèmes en plus de l’Armée.


- Et les autres ?
- Oui ils attendent dans l’arrière salle qu’à bien voulu nous prêter Franck

- …je t’ai déjà dit que Franck est un chic type ? Tu sais, c’est le genre de…
- Oui, oui, tu m’as déjà dit…cinq ou six fois

Je pris un peu la moue mais je poursuivais dans l’arrière salle.

- Bonjour messieuuuuurs, dame pardon…je vous ai recruté hier vous ?
- Oui, je suis votre chef de sécu pour la mission…Tania Ten
- Ah ! Bon…c’est les cheveux court…j’ai eu un doute et…bref…
Faisons les choses bien et faisons les courtes surtout, j’ai des trucs à faire…euh…une seconde



Cette mission était importante car elle allait rapporter une somme considérable. Mais avant toutes choses, je ressortais de la salle afin de corriger une erreur de ma part.

- Franck, je peux te prendre une bouteille ? Tu la…
- Ouais ouais…ardoise
- Merci Franck !

Peut être même que j’allais pouvoir effacer mon ardoise.
Mais le doute subsistait quant à la taille de celle-ci.


- Bon, excusez-moi pour cette interruption. Alors le but de la manip c’est d’amener le fret de Terra à Elysium afin de ravitailler les troupes sur place. L’itinéraire est en zone verte mais comme on n’est jamais à l’abri d’un impondérable et que l’arrivé est aux limites de l’empire et surtout face aux territoires Vanduuls, on va éviter de faire le truc en amateur.

Pour l’itinéraire, j’ai fait une demande auprès des systèmes de Terra, Stanton, Magnus, Ellis, Kilian, Davien, Ferron, Croshaw, Rhetor, Idris et finalement Elysium.

Note à toute fin utile, petite proximité avec des secteurs pirates pour Ellis, Kilian, Davien et Croshaw via de petites jonctions, cela ne devrait pas poser problème pour notre convoi mais ne les négligez pas dans votre préparation.
Nous pourrons profiter d’un court arrêt sur place et nous…


- Pardon, Tania Ten, votre officier de sécurité, quel est la charge et la dénomination exact du fret ?
- …euh…laissez-moi voir la note…des torpilles antimatières essentiellement, des munitions d’autocanons, des missiles pour chasseurs en grande quantité également, des mines de proximité, des…
- Pardon, Tania Ten, votre officier de sécurité, quel sera l’appareil avec lequel la mission sera effectué ?
- …Nous utiliserons un Hull D pour…
- Pardon, Tania Ten, votre…
- Vous commencez à être excessivement pénible…

- …pardon

- Le trajet sera un peu long, il faudra que vous fassiez preuve d’endurance et de concentration. Ne laissez pas le transporteur sans protection et…
Ouiiiiiii Tania, une remarque peut être ?


- Euh, pourquoi ne pas avoir équilibré la cargaison dans plusieurs transporteurs, histoire de pas mettre tout les œufs dans le même panier ?
- Parce que je n’ai qu’un putain de Hull D pour des cargaisons de ce gabarit là ! Ça vous va ça ! Bordel mais pourquoi je vous ai recruté !
- Parce que j’ai une équipe complète, déjà formé, que l’employeur sous-traite ses escortes chez nous et que ça vous coutera moins cher que la concurrence ?


- …ah…oui…c’est peut être pour ça…

Bon…nous aller Elysium, départ demain, gaffe au transporteur, gaffe aux pirates, gaffe aux Vanduuls, merci, posez pas de question, démerdez-vous pour gérer l’escorte au mieux, tchao !



Je m’enfuis de la salle sans laisser à cette harpie la chance d'en placer une afin d’aller m’accouder au bar.

- Un verre ? Franck avait un don pour me remonter le moral

Mais dans ma précipitation, je savais que j’avais oublié quelque chose.
- Merde ma bouteille !

Lucile posa cette dernière devant moi.
- C’est bon patron, je l’ai sauvé au péril de ma vie.
- Ouf ! Excellent réflexes miss, tu auras un bon point, un verre ?







>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>x<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<



Chapitre IX : Le retour du fils prodige



Je pouvais maintenant librement vaquer à mon occupation principale, boire.

- Rien ne change, hein !? Vincent…

Je n’avais même pas à me retourner pour mettre un visage sur cette voie.


Il prenait place à coté de moi, Virgil…mon frère, mon petit frère…
Une copie conforme, moi en mieux dirait certains . C’était peut être une bonne chose…
Il excellait dans quelques domaines où j’étais moi-même médiocre et vice versa. Les deux coté d’une même pièce.
Nous avions laissé une distance s’installer dans notre relation fraternelle et aucun de nous n’avait fait suffisamment d’effort pour tenter de la réduire.


- Franck, je te prends un verre.
Franck acquiesça, alors que je remplissais le récipient.

Et le temps passa. En même temps que les verres se vidaient. Parfois les sentiments sont juste trop compliqués à exprimer et il n’y a pas forcement besoin de mots.
La première bouteille couchée, et la seconde bien entamé, je rendis les armes par curiosité.

- Comment vont les Marines ? C’est l’un d’eux qui vient me voir ?
- Tu sais bien que je devais faire mon temps…j’ai appris que tu cherches de la main d’œuvre…tu paies toujours les gens au lance pierre ?

Je ne pu contenir un rictus. Son regard se porta sur Lucile qui se tenait en retrait.
- Virgil, Lucile…Lucile voila Virgil

- Eh c’est assez dingue, vous vous ressemblez ? En plus chacun avec un verre à la main, ça renforce le truc ! C'est de famille alors les problèmes d'alcool ?
- Oumph ! Haha, c’est comme ça que tes amis te voient, rien ne change !
- Ce n’est pas une amie, c’est une employée ! Et…
- Il vous paye une misère non ? Ce mec est une ordure et…

- Il m’a sauvé la vie, une fois…

- Il s’est proposé pour finir votre verre ? Sinon je ne vois pas…ça devait être quelqu’un d’autre, vous confondez ma p’tite…
- Non, non, une histoire de pirates sur Nyx… et je ne suis pas petite

- Mais ils avaient un handicap prononcé ces pirates ou c’étaient des grabataires non ?!
- Ben, l’un d’eux était petit mais…
- Ah bah voila tout s’explique, c’était un gang de pirates nains…

- Parfois, je pourrais te haïr tu sais ?
Si seulement…


Je mis un terme à l’échange qui ne jouait pas en ma faveur.

- Bon tu nous excuseras mais tu tombes au plus mauvais moment, nous sommes en pleine préparation d’une mission d’importance. Repasse quand tu auras à nouveau du temps à m’accorder, disons dans le courant de l’année prochaine ou pourquoi pas celle d’après.
- Outch, touché. Tu vas être content du coup.
Nous allons avoir du temps pour discuter un peu, je suis le mec qu’ils ont envoyé pour garantir la sureté de ta cargaison à destination de nos Forces déployées dans Elysium.

- Quoi ? Tu bosses pour les sociétés privées maintenant…c’est quoi le truc ? Tu n’as pas pu refuser ? Une punition ?

- Pire, j’étais volontaire !
En effet, c’était pire.


Sacha, entra dans le bar, je profitais de cette occasion pour fuir la conversation.
Il fallait également que je contrôle les préparatifs que Sacha avait faits. Lucile, Sacha et moi-même, assurerions le fonctionnement du Transporteur. Alors qu’un important dispositif d’escorte était assuré par une boite privé sous contrat mandaté par notre employeur, ce qui me permettait d’avoir une conséquente réduction sur ces frais là.

J’ignorais la raison de ce rapprochement soudain qui poussait mon frère à revenir vers moi.
Une main tendue de sa part ? Est-ce que j’allais seulement avoir le courage de la saisir…


Dans l’immédiat, il me faisait économiser l’équivalent d’un salaire en remplaçant un homme d’équipage dans le D au moins pour l'aller, et ça, c’était plutôt bien.
Modifié en dernier par Yatila le Lap'Hun le lun. 15 févr. 2016 15:37, modifié 2 fois.
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » lun. 15 févr. 2016 10:49

Chapitre X : L’envol d’un géant de métal



C’est bien la première fois que je quittais le bar si tôt.
J’avais évité lâchement la confrontation directe avec mon frère, j’avais tout à y perdre…étant le principal fautif.

Je suis donc rentré chez moi…mon frigo était vide et j’essayais désespérément de me rappeler de la dernière fois qu’il en avait été autrement. Il ne restait que de la glace dans le congélateur.
Le retour de mon frère monopolisait l’ensemble de mes pensées et je mettais un temps fou à finir ce petit pot de glace qui finirait probablement par me rendre malade à la vue de la date de péremption écrite sur l’étiquette.

Je ne parvenais pas plus à trouver le sommeil et évidement, j’avais eu raison…j’allais probablement rester coincé, le cul sur cette cuvette de chiotte une bonne partie de la nuit…foutu dates de péremptions.


Le lendemain et malgré ma nuit blanche, nous embarquions à bord du vaisseau. Sacha attendait sur un dock en orbite autour de Terra pour charger le D. Une opération qui devait nous prendre une bonne heure. Le chargement se passa sans encombre et nous étions prêts à rejoindre l’escorte pour commencer notre voyage.


Le pilotage du Hull à pleine charge était plus subtil que celui d’un Freelancer, ce dernier pourrait passer pour une voiturette d’enfant à coté du premier. Le D est un entrepôt qui voyage à travers l’espace.

Lucile me secondait aux commandes tandis que Sacha s’occupait des systèmes de manœuvre.
- Tous les systèmes, ok
Itinéraire configuré

- Systèmes de défenses sur veille
- Systèmes de synchronisation station, désactivé
Décrochage de la rampe d’amarrage, ok

- Rétropropulsion, 20%

Le D Recula lentement.

- Rétropropulsion, 60%

Arrêt rétropropulsion

Impulsion de rotation 100% sur propulseur avant bâbord dans
3
2
Impulsion


- Equilibrage de direction

- Ok parallèle station
Moteur principaux 100%



A nouveau dans l’espace. Je venais de jeter les dés pour commencer une nouvelle partie…moi contre le reste de l’univers et le destin.

Le vaisseau lancé vers le vide. L’équipage pouvait se relâcher un peu.
- Sacha et moi, on prend le premier quart, repos pour les autres.


Notre escorte était constituée d’un Andromeda de commandement, deux Wardens et un Harbinger, les équipages de chaque unité devaient être en mesure de se relayer pour un voyage long courrier afin de limiter la fatigue et le manque de concentration qui en découlait. Durant notre voyage des escortes légères supplémentaires allaient également renforcer ponctuellement le dispositif pour franchir certaines zones sensibles.
Ils nous attendaient au premier point de saut.


Nous abordions Magnus quand vint le moment de la relève, Lucile prit ma place aux commandes, elle n’avait rien à faire sinon s’assurer que le pilote automatique ne faisait pas de bêtise en restant collé à l’itinéraire programmé. Mon frère remplaça Sacha au scan et systèmes d’armes.

Je n’allais pas traîner pour récupérer le sommeil accumulé la veille.

En route pour mes quartiers, je me suis rendu compte que j’avais retiré et oublié ma veste au poste de pilotage. Non pas qu’il faisait froid dans le D. C’est surtout le fait qu’il y avait une fiole dans laquelle se trouvait un breuvage qui m’aiderait à dormir dans la poche de cette même veste. Je dû donc faire demi-tour.


- Alors, voila , tout les deux !
- Faut pas avoir peur, je ne mange pas les enfants, mon régime me l’interdit.

La relève était déjà en pleine discussion et je n’osai pas l’interrompre.
Aussi je restais figé à l’entré du poste de commandement.


- C’est bizarre entre vous. C’est quoi votre histoire ?
- Oula ! Inintéressante au possible !
- C’est un long voyage et je suis bon publique ?
- Un milieu modeste, une enfance heureuse, des parents aimant, une scolarité pas trop mauvaise, les potes, les copines, les…
- Non ! Sérieusement…

- Que veux tu que je te dise. Il a rejoint l’armée comme pilote et mes talents étaient tout autres alors j’ai signé chez les Marines. Je ne pense pas que s’était pour le copier. Pour nos parents, il avait réussi en étant admis dans l’institution, j’ai voulu réussir moi aussi…mais il faut croire qu’on s’est perdu en chemin suite à nos erreurs. Il n’y a rien à dire d’autre…

- Tu faisais quoi chez les Marines ?
- J’étais en poste sur Javelin patrouilleur, membre de l’équipe d’intervention par Redeemer. Le premier homme à monter sur le vaisseau intercepté ! On cherchait de la drogue, des armes interdites, des objets de contrebande, des criminels…ce genre de choses tu vois.


- Lucile ? Es-tu proches de mon frère ? Tu devrais éviter de trop traîner avec lui.

- Que…?

- Tu sais…il peut paraitre amusant au premier regard, il semble être ce genre de mec, qui se bourre la gueule parce que c’est comme ça que font les baroudeurs, les vrais ! Et ce n’est pas grave parce qu’ils géreront le moindre pépin ou le destin leurs donnera un énorme coup de pouce au moment où ils en ont besoin…surfant sur la vague peu importe le danger…à l’image des acteurs sur holo avec tous ces rebondissements incroyables.

Mais il faut que tu sache…que les gens qui tentent de suivre mon frère ont une durée de vie plutôt limité. Ce n’est pas une malédiction ou un truc du genre, c’est juste que lui, il s’en est toujours sorti jusqu’à aujourd’hui qu’importe les embrouilles qui peuvent lui tomber dessus. Malheureusement les gens qui l’entourent n’ont pas toujours autant de chance…et la sienne pourrait bien finir par tourner également…

Alors ne tente pas trop ta bonne étoile parce que depuis deux ans, les risques, ils les cherchent un peu trop.



- Depuis Chloé ? Il lui parle lorsqu’il est ivre, je fais semblant de pas entendre mais...
- Depuis Chloé

- Et qui est Chloé ?

- Elle était juste comme lui…avant...
Ils se sont connus à l’école militaire et ne se sont plus jamais quittés par la suite, une symbiose parfaite. Elle l’aurait suivi jusqu’au porte de l’enfer et c’est ce qu’elle a fait. Elle est tombée en mission et il a arrêté de se battre.


- Et toi, jusqu’où le suivrais-tu ?
- Haha, putain ! Question piège !...Sans doute jusqu’en enfer…c’est ça le foutu problème…écoute…évite juste de trop en attendre de sa part, comme ses rares amis qui sont encore en vie…

- Comme Franck ? C’est qui au juste ?
- Un barman pourquoi ?
- Hihi, t’es con !

- Enfin bref, tu m’as compris.
-…oui…

Virgil ?

- Mmh ?
- T’es nul pour raconter les histoires.
Elle rit aux éclats.


-…Tu sais, moi…j’ai toujours eu tout ce que je voulais dans la vie mais…


Je m’éloignais en décidant finalement de faire l’impasse sur mon breuvage spécial pour ce soir…





Et j’avais un vieux Rhum hors d’âge dans ma cabine qui pourrait être une chouette alternative de toute façon…
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » mar. 16 févr. 2016 22:51

Chapitres XI : Identité cachée ou identités cachées ?


*Twiiiiiiiiiii*
*Twiiiiiiiiiii*

Fallait que je pense à changer cette sonnerie
- Ah ! Bordel !
Quoi ?

- Viens au poste de pilotage, on a de la visite et c’est surement pas pour te ramener les croissants.


Je fonçais rejoindre les autres.

- Un peu brutal le réveil. Qu’est ce que c’est ?
- Des pirates je pense…
- Comment ça tu « penses »…?
- Oui, ils ont rien dis mais trois vaisseaux sont en retrait derrière le convoi et six sont devant, alors ouais je pense que c’est une embuscade pirate et pas une manifestation Banu ouais…


- Bon, ok, on est où là ?
- Système Ferron, on vient d’arriver et on s’apprêtait à libérer l’escorte additionnelle avant d’en récupérer une pour Croshaw donc on aurait pu être plus mal.
- On a quatre chasseurs Gladius de plus en renfort du coup. On peut tenter de forcer mais ça risque d’être serré. Ils ont cinq Buccaneer , un Prowler, un Herald et deux Gladiator, faut pas qu’ils soient trop bon sinon il y aura de la casse...
- Mais enfin, ils ne peuvent pas tirer la cargaison avec ça ! C’est quoi cette histoire ?! Comment t’as pu ne pas les voir arriver ?
- Eh ! Oh ! Si tu n’es pas content tu n’as qu’à rester aux commandes et…

- Pardon…euh…communication entrante
- Bah vas-y envoi…


- Bonjour commandant, je vous propose un marché
Nous vous laisserons continuer votre voyage sans même essayer de vous nuire d’aucune façon à une seule condition : Donnez nous la fille !


Voila une revendication qui était pour le moins étonnante mais elle était succinctement exprimé.

Malgré ma verve habituelle, je ne trouvais qu’une chose à répondre
- Bah faut voir…laquelle ?
J’avais des circonstances atténuantes, j’étais encore sous les effets de l’alcool, jusque là rien d’anormal en effet mais je manquais de sommeil…


L'individu semblait vexé
- Camille Bouquet

- Bah ce n’est pas qu’on ne veut pas mais on va être emmerdé, parce qu’on ne voit pas qui c’est…en fait…
Je coupais la communication pour réfléchir.

- Sacha, contacte Tania est demande lui si…

- C'est moi
- Quoi ?
- C’est moi…


- Comment ça « c’est moi » ?
Raaah, les gars, on va mettre les choses au point tout de suite, faites des phrases plus longue quand vous voulez m’expliquer un truc parce que, ok, pour vous ça semble clair. Mais moi, on dirait pas mais je galère derrière pour recoller les morceaux à chaque fois et…

- C’est moi ! je suis Camille Bouquet !


- Bon, là c’est clair, mais non en fait…
- Qu’est ce qu’ils te veulent ?
- Une histoire lié à ma famille surement. On vivait dans le système Vega, mon père possédait des terres agricoles et avec l’explosion démographique nous sommes devenus très riche puis il a eu une attaque Vanduul et…
- Ouais d’accord, ils veulent un otage en gros

- Oui mais c’est plus compliqué !
Mon père est mort durant l’attaque. J’ai reçu ses parts mais je ne savais pas quoi en faire, je ne connaissais rien à ce milieu alors je les ai cédé à ces concurrents.

- Comment ça « cédé » ?
- Ben donné !...Je n’y connaissais rien ok ?! Je venais de perdre ma seule famille et je n’ai pensé qu’à partir loin de Vega !
Ils m’ont donné un peu d’argent, j’ai acheté un vaisseau et je suis partie !



J’étais perplexe…cette fille était complètement inconsciente, c’était une certitude.
Mais on m’avait surtout vendu, ils savaient qu’elle était là, ils savaient quel itinéraire j’allais prendre, ils savaient son vrai nom…

- Visiblement certains n’ont pas eu toutes les données…
Ils savent que tu es dans Mon vaisseau mais ils ne savent pas toute l'histoire
Alors, soit tu nous mène en bateau ou ils se sont fait avoir en achetant ses infos.



- Quoi qu’il en soit, que ça soit vrai ou pas, on ne peut pas leur servir « cette » vérité, jamais ils ne nous croiront.
Et on ne peut pas leur donner la fille donc…

- Ola ! Attend voir là, moi je croyais qu’elle s’appelait Lucile, il s’avère que finalement non, ce qui est bien dommage car je trouve ça mieux que Camille.
Au final, je ne la connais pas moi cette nana ! Hein ?! Donc…

- Vincent, c’est non. Et tu sais très bien qu’on ne peut pas leur faire confiance, rien ne dit qu’ils nous laisseront partir si on leur donne ce qu’ils veulent, ils pourraient très bien exiger autre chose ensuite.

Mon frère avait au moins raison sur ce point, faire confiance à des pirates était une bétise sans nom.


- Bon, ben si c’est non négociable, je ne vois plus qu’une solution.

- On pourrait envoyer une détresse et…
- Le Herald ne tardera pas à brouiller les messages de ce genre, de plus dans Ferron, à part nous attirer encore plus de problèmes, ça ne servirai à rien, les crises et la pauvreté n’engendrent pas que des gens altruistes.

- On va rayer ta peinture.
- On dirait bien mais je manque d’inspiration là tout de suite.
Sacha ? Tu peux envoyer un message en direction du Constellation pour dire à cette adorable harpie de Tania qu’on va devoir passer ?

- Ça doit pouvoir se faire.
- Il vaut mieux que les autres gars de l’escorte ignorent que Lucile est la fille qu’ils recherchent, ils pourraient avoir des idées similaires aux tiennes et s’en servir d’une façon ou d’une autre.
- Pfft, si y’a de la casse, je le facturerais à ton employeur ! Les seuls à connaitre notre itinéraire sont dans ce convoi et la gamine ne se serait pas vendu elle-même et le gamin est trop…enfin…trop « gentil » pour penser à faire un truc comme ça.
Il ne reste que les gars de l’escorte que ton boss à engagé pour nous. En espérant qu’ils ne sont pas dans le coup.

De toute façon, on va vite être fixé, chacun à son poste !

Miss, tu vas devoir bosser une éternité pour éponger cette dette et ça commence ici même !


Plein gaz !


Foutue destinée
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » mer. 17 févr. 2016 17:22

Chapitre XII : Perte et fracas



J’abattais mes cartes sans savoir ce qu’avait en main mon adversaire.
Un jeu auquel je jouais régulièrement depuis quelque temps.


Tania Ten lançait une communication
- Monsieur, je me permets de vous contacter pour vous signalez que vous foncez droit sur le blocus et je ne peux pas vous garantir que j’arriverais à contenir l’ennemi.
- Ouais ! Nous non plus on garanti rien du tout, faites ce que vous pouvez !
- Bien Monsieur mais sachez que je n’approuve pas votre décision
- J’en prends note
Luci…Camille...peu importe, restez aux commandes ! Sacha, tu gères le bouclier et les contre-mesures.



Je m’installais à l’un des postes de défense aux cotés de mon frère
- J’espère que tu es toujours aussi bon pour flinguer du pirate !
- T'occupes. Par contre si tu vois les cibles en double, c’est rien, tu tiens juste toujours aussi mal l'alcool…vise au milieu, haha
- Très spirituel…


- Formation Wardog détruisez moi ces Gladiator et le Prowler, c’est une priorité !
Sword Un et Deux, occupez vous de l’Herarld
Sword Trois et Quatre, faites ce que vous pouvais pour *Schruuuuuw*



Tania réussit à transmettre des consignes à ces hommes avant que l’Herald entre en action
Nous commencions cette danse et on ne pouvait plus discuter avec nos partenaires, les dés étaient jetés


Les missiles virevoltaient de part et d’autre des appareils dans un ballet grandiose intensifié par le nombre de contre-mesures répondant à chaque tentative de flirt.


Le premier à tomber fut l’un des Gladius alors qu’il tentait de défendre le Constellation contre l’attaque d’un Buccaneer, suivi par un Gladiator, pulvérisé par le Harbinger.
L’Andromeda subit de belles rafales mais avec l’aide d’un Warden et d’un Gladius, l’ennemi y avait perdu deux Buccaneer. Le combat faisait rage.

Le P-52 attira un peu trop l’attention du Prowler qui le découpa sans autre forme de procès.
Je n’avais jamais vraiment compris l’utilité d’un tel appareil, le combat est un jeu dangereux, trop pour s’y lancer à bord d’un suppositoire pareil. Cet incident n’allais pas me les faire apprécier d’avantage.


Au loin le Herald allait rendre l’âme, ce n’était qu’une question de secondes, l’absence d’escorte suffisamment rapide pour le suivre devait sceller son destin face aux deux Gladius à sa poursuite.
Le bouclier du Hull n’avait été que égratigné par les lasers d’une paire de Buccaneer qu’on maintenait à distance grâce aux tourelles.

L’un des Warden prit de mauvais coups suite à l’assaut d’un Chasseur ennemi et le Gladiator restant en profita pour le détruire à l’aide de ses puissants missiles. Ce qui nous porta un sacré coup au moral.


- Sword Trois, je suis touché, c’est fini pour moi ! Je m’éjecte !
Le dernier Gladius protégeant le vaisseau de commandement était hors combat mais les communications étaient de nouveau opérationnelles signifiant la destruction de l’Herald. Ce qui allait permettre un peu plus de coordinations au sein de l’escorte.

- Sword Un et Deux, revenez et occupez vous de maintenir les chasseurs à distance, le vaisseau subit d’important dégâts ! Sword Un, faites attention à vous…

Wardog, shootez moi ce Gladiator !



- Vous avez creusé le trou dans lequel on vous enterrera Commandant !
Ce fût les derniers mots de celui qui semblait être le leader de la formation ennemi. Le Harbinger avait surprit et achevé le Prowler, le chef ennemi devait être à son bord.

Le D prit quelques dommages suite aux explosions des missiles lancé par le Gladiator mais celui-ci interrompu son assaut pour réaliser une retraite, un geste plus qu’appréciable pour nous. Ce qui permit également de concentrer nos tirs et de détruire un Bucc un peu trop téméraire à proximité du Hull.


Avec la fuite du Gladiator, le combat prenais fin, ce qui n’empêcha pas à un troisième Gladius de tomber. Le chasseur ennemi coupable fût immédiatement sanctionné par un tir de l’Harbinger.
Le dernier Bucc ne demanda pas son reste et quitta le combat à son tour.


La situation redevint calme, le Constellation était hors d’usage. Camille, avec l’aide de Sacha, rapprochait le D de celui-ci afin de récupérer les occupants tandis que le Warden ramassait le pilote de Gladius en EVA.


Je faisais un contrôle des systèmes quand Tania Ten monta sur la passerelle
- Bon sang commandant ! J’ai perdu cinq gars !
- C’est un métier à risque que vous exercez.
- Je vais faire la lumière sur cette affaire et je vous le ferais payer si j’estime que vous aviez en votre procession la moindre donnée sur une telle attaque visant notre convoi !
- Je n’en savais rien ok ?! En revanche, ces mecs savaient où nous trouver et ça ce n’est pas bon pour vous !
Si vous ne savez pas cloisonner l’info dans votre boite, faut pas venir pleurer sur mon épaule !

- Vous avez demandé une autorisation à tous les secteurs traversés pour notre convoi, n’importe qui aurait pus détenir ses infos alors n’accusez pas mes gars !
- Ces demandes courent pour toute la durée du transport ! Ces pirates nous attendaient à ce point précis, à un moment précis, ça fait un peu beaucoup.

- Ça va vous deux ! Quoi qu’il en soit, nous avons eu des pertes importantes. Il serait bon d’appeler du renfort, nous avons un travail à terminer et il faut s’occuper de l’Andromeda.

- Le vaisseau n’est plus viable. Je vais donner des consignes à Sword Un pour informer la boite de notre statut et obtenir des renforts.
- Vous êtes certaine de votre pilote ? Qui dit qu’il ne filera pas prévenir l’ennemi qu’on est paralysée ici pour…
- Oui je suis sûre d’elle, je couche même avec, ça vous va ?
- Vous faites bien ce que vous voulez de votre vie, mais là, il s’agit de la mienne et de mon transporteur alors vous avez intérêt à être béton sur vos prises de décision !
- Je suis certaine !
- Bien !
- Bien !


- Bon voila qui semble réglé, je propose de nous mettre en retrait de la zone et de faire le mort en attendant.
Histoire de ne pas trop attirer l’attention d’autres vautours potentiels.

- Je suis d’accord, lorsque la manœuvre sera effectuée, Sacha et moi, nous sortiront contrôler l’extérieur du D.

Tania avait donné ses instructions à sa pilote, Kirika. Nous attendions son retour en effectuant nos inspections.
Le Warden et le Harbinger restant n’avait pas subis de dommages sérieux quant au D, il n’avait subit que de légères égratignures, la majorité des dégâts étant infligés à la cargaison.
- On a seulement perdu des pièces de vaisseaux et un bon stock de ration de combat patron.
Les caisses ont été éventrées par les explosions.

- J’espère qu’on n’a pas trop perdu de fric. Fais ce que tu peux pour fixer le contenu restant dans les caisses.
De mon coté la structure du bras ne semble pas endommagé. C’est un moindre mal.



Une journée s’écoula avant de percevoir la moindre activité, l’occasion de débattre longuement avec mon frère pour savoir, qui de lui ou moi, avait donné le coup de grâce au chasseur abattu à l’aide des tourelles.
Puis les renforts arrivèrent. Un groupe resterait en position pour garder le Constellation en attendant sa réparation ou son déplacement par un Crucible et nous pouvions désormais continuer notre chemin.

Nous étions mieux défendus qu’au départ, l’escorte n’étant constituée que de Vanguard de tout type et par deux Sabres qui allaient nous servir d’éclaireurs afin de prévenir une nouvelle attaque potentielle. Tania prenait place à bord d’un Sentinel piloté par Kirika tandis que pas moins de quatre Warden se positionnaient en formation autour du Hull, un duo d’Harbinger se chargeraient de fournir une puissance de feu conséquente afin de dissuader les plus persévérants.
Ils avaient sorti le grand jeu. Nous ne craignions absolument plus aucune menace…



Il nous restait trois systèmes à traverser. J’avais laissé nos quartiers aux membres d’équipages de l’Andromeda et au pilote de Gladius récupéré. Ma fine équipe héritait de la passerelle.
Mon frère faisait une « sieste récupératrice » sur son siège. Sacha était en liaison avec l’un des pilotes de l’escorte pour savoir si sa réparation de fortune sur les containers abîmés tenait bon.

Camille n’avait rien dit depuis plusieurs heures et bien que cela me faisais des vacances, je la sentais au bord de la rupture.
Alors qu’elle m’assistait au pilotage, j’en profitais pour tâter le terrain.
- Nous ne risquerons plus rien avec une escorte pareille, si jamais d’autres pirates avaient eu l’information de ta présence. Surtout que Tania doit être un peu remontée.

- Les hommes de Tania…Ils sont morts et c'est de ma faute…
- Non, ils sont mort parce qu’ils ont fait face à des pirates et parce que c’est leur métier.


Il ne te reste vraiment plus rien de cet argent que tu as reçu en quittant Vega ?

- Euh...plus grand chose, pourquoi ?
- Tu n’as pas su esquiver les tirs de nos ennemis et la peinture du D est rayée alors…

Même si c’était subtil, elle a sourit

- Au fait patron…
- Mh ?
- Vous pouvez continuer à m’appeler Lucile ?



- …ok…Lucile
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » sam. 27 févr. 2016 16:09

Chapitre XIII : Une promesse...enfin je crois...



Nous étions devant la bête. Enfin !
Chloé était radieuse, comme toujours.
Je pouvais clamer avec une grande conviction le fond de ma pensée.

- Et voila mademoiselle, votre voiture est avancée, je vous présente celui que j’ai proclamé Y1, le meilleur Vanguard que j’ai piloté de ma vie !
- Et aussi le seul…dit-elle avec un petit sourire narquois

- Pff, Quatre canons laser, une gatling de la mort, un châssis résistant, deux moteurs puissants, deux ailes et une cellule avec tout le confort, le Vanguard Y1, un vaisseau qu’il est bien pour le piloter.
Fini les heures et les heures de simulateurs, à bas la tyrannie de ce monde virtuel, vive le réel !

- Certes, certes mon cher, mais qu’a-t-il de plus que les autres ?

- Comment ?! Mais…ils nous à nous comme équipage, ce qui est loin d’être négligeable voyons ! Enfin, surtout moi comme pilote !


Je pris un ton solennel
- Je fais le serment d’aller dans les plus profondes ténèbres et d’en revenir.
De passer là, où les autres ne passeront jamais.
D’abattre le plus de Vanduuls sur la formation de combat à laquelle nous serons intégrés.
D’être le plus agile et rapide à…


- Ah oui ! ça ! Je confirme !
Elle se fendit d’un sourire, fière de sa blague

- Femme ! Tu n’as pas de cœur…
- J’ai le tiens…enfin, même si j’accepte le fait de devoir le partager avec ce vaisseau auquel tu fais la cour.


Je haussais les épaules tendit qu'elle se faisait plus sérieuse

- …Vincent ? Je ne suis plus si sûre de vouloir passer ma vie à faire la guerre ?
- Je dois le faire...pour ceux que j'aime
Nous devons tout tenter pour protéger ce que nous aimons. Nous avons traversé un paquet d'épreuves pour ça.


- C’est un peu triste non ?
- Non, ça ne l’est pas. Je ne crains pas demain. Nous sommes doué pour ce genre de chose, c'est comme ça.

- Demain. Après la cérémonie, nous serons des pilotes officiels de la Navy et nous irons affronter l’ennemi.
- Peut être. On devra sans doute se taper les corvées, toutes les patrouilles dans les secteurs les plus pénibles et on sera des "bleus" dans une véritable unité…
- Puis...ils se rendront compte à quel point tu es doué, ils te nommeront sans tarder Commandant de l’élite des Forces de la Navy, tu sauveras les plus faibles et les démunis, volant de secteurs en secteurs au détriment du danger, détruisant des dizaines de Vanduuls à chaque folles manœuvres, tu mettras une cape et on t’appellera Super-Vincent !
- Je ne te permets pas d’en douter ! Sauf peut être pour la cape…

- Allons au bar Super-Vincent, j’ai envie d’un Super-verre.
- J’arrive…


Je me tournais vers le Vanguard.
- Y1, j’aurais besoin de toi là-haut…tu dois me promettre que tu m’aideras à la protéger. Coûte que coûte, elle vivra, c’est le plus important…


- C’est important pour moi…Hé ! Patron ? Patron ?!
- Hein ?! Quoi ?
- …Vous vous êtes endormi…
Lucile semblait résignée

- Euh non, tu grossis toujours les choses…assoupi…une légère seconde tout au plus.
Encore…

- Tssss, quoi qu’il en soit nous sommes arrivés à destination…Si vous pouviez diriger la manœuvre afin de décharger le Hull sans vous endormir, ça nous arrangerait bien…

Je me perdis dans mes pensées, celles où elle est éternelle.
La fin de la route. Quel tour allait nous jouer le destin.

- Vous recommencez !
- Nan ! Mais nan !…Bon, laisse-moi les commandes !
- C’est hors de question ! J’ai pas confiance !

Je cherchais le moindre objet à ma portée pour lui jeter.
Elle aperçu ma détresse alors que je ne trouvais rien et se fendit d’un sourire
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » dim. 28 févr. 2016 23:25

Chapitre XIV : Trahison fraternelle



Système Elysium. La cargaison déchargée nous pouvions décompresser sur la planète...Jalan…
Il y a bien longtemps que je n’étais pas passé par ici. Je failli même me perdre en cherchant un endroit qui me fut autrefois familier.
Cedar Board, un bar paisible.


Je n’ai jamais été sensible à la folie des Tevarins pour reconquérir cette planète, cela échappait à ma compréhension. Aussi, je ne restais pas béat devant leur architecture et ne m’intéressais pas à leur culture. Leur code de l’honneur, leurs temples ou leurs arts guerrier les avaient conduit sur des voies déraisonnables et jusqu’aux limites de l’extinction.
Sacha et Lucile avaient choisi de perdre leur temps à visiter la ville. Mon frère devait prévenir notre employeur de l’aboutissement de cette mission et j’allais retrouver ce dernier dans l’après midi.


Mais d’abord, j’avais soif. Loin des lieux sombres et paumés que je fréquente habituellement, Cedar Board était envahi par les curieux désirant découvrir l’histoire des propriétaires grâce à la surabondance d’images et de bibelots accroché sur les murs. Dans un coin, à coté d’une plante verte, j’espérais ne pas être dérangé par les touristes.

Une bouteille définitivement vide plus tard, je dû aller aux commodités. Je fus stoppé dans mon élan par une créatures dans une armure impressionnante. Celui-ci ne semblait pas s’intéresser aux décorations sur les murs, son regard se posa sur moi.
Avant que je puisse lui demander de s’ôter de mon chemin ou esquisser le moindre geste, l’individu m’asséna un violent coup de boule.

Bien qu’un peu sonné et surpris par son action, je l’entendu distinctement.

- Je vous avez prévenu, mes frères tombés exigent votre mort Commandant.
Bon sang ! Comment j’avais pus baisser ma garde à ce point.
- Ce n’est pas…
Je n’eu pas le temps de finir ma phrase, qu’il me foudroya par un coup de pied.

- Moi, la mort
J’apporte les larmes et les cris
J’apporte le repos et l’oubli
Ainsi, je suis la fin de toute vie
Car les humains naissent pour mourir.


Je crois n’avoir jamais rencontré un être avec un tel regard, il n’était pas dans le Prowler, c’était un des fuyards et il revenait prendre sa revanche.
Il sorti une lame de couleur ocre semblable à une machette avec laquelle on aurait saigné des hommes des siècles durant.


Les touristes choqués par la scène ne tentèrent rien et seul le bruit d’une détonation empêcha la brute de m’achever.

Un homme s’effondra, semant la panique dans le bar. Une dizaine d’homme en arme se tenaient du coté de l’entrée principale, je n’eu aucun mal à reconnaître le tireur, mon frère…
Mon bourreau prit immédiatement la fuite par la sortie de service tendit qu’une rafale balaya la salle, fauchant quelques personnes. Un autre pirate prenait le groupe de mercenaire comme cible, il fut immédiatement abattu.
Trois hommes, dont Virgil, partirent aux trousses de mon agresseur, alors que les autres venaient en aide aux blessés.


Je peinais à me relever pour finalement m’asseoir à la table la plus proche. Je m’emparai d’une bouteille, rescapée de la fusillade et commençai à verser le contenu dans un verre. Le liquide s’écoula par une fissure.
Exaspéré, je me passais de verre et bu au goulot.


Une vingtaine de minute passa. Mon frère franchit à nouveau le seuil du bar pour prendre place à ma table.

- Il a eu de la chance…
Je ne pu dissimuler un rictus. C’est la deuxième fois que ce type s’échappait, quel curieux tour nous préparait encore le destin.

- Tu n’aurais jamais accepté si je t’avais prévenu…
- Tania va te tuer, tu sais ?
- Elle s’en remettra. C’est son métier
- Tu m’as utilisé depuis le début ou tu as monté ce plan seulement après l’embuscade

- …
Autrefois, tu m’aurais vu arriver à des kilomètres

- Surement mais…
Tu vas rire, pendant un moment, un petit instant de rien du tout…j’ai cru que tu me donnais une infime chance de recoller les morceaux.



- Je ne pensais pas que tu avais lâché à ce point. Jamais il n’aurait pu t’approcher autant, tu aurais abattu ces hommes sans aucune hésitation. Ton instinct n'est plus ce qu'il était.
- Comme quoi…Il faut croire que les choses changent, jamais j’aurais même songé que mon petit frère me vendrait pour un contrat.

C’était qui au juste ?


- Gee’Thamon, un chef rebelle Tevarin…tu avais un chargement d’armes et un passager de valeur à ton bord, l’appât idéale…Nous avons saisi cette opportunité
- Je croyais que ces armes serviraient contre les Vanduuls. C’est amusant…en fait, c’était pour poursuivre les dessins de ce bon vieux Messer en annihilant ce qui reste d’une race à l’agonie…
- Vanduuls, rebelles Tevarin, pirates, ceux qui se dressent contre l’UEE. On se bat pour protéger le peuple.
- Bien sûr, suis-je bête, pour le peuple ! Quel sacrifice ne ferait-on pas pour lui…
Je ne dirais rien à Lucile, elle te tient en si haute estime…je souhaite la ménager.



- Avant, tu aurais compris. Tu m’as appris certaines de ces choses !
- Je ne pensais pas t’avoir appris à être un fumier…Je croyais en avoir l’exclusivité

Il se leva en frappant sur la table
- Je perds mon temps ! De toute façon, tu n’entendras jamais raison !

Tu vas recevoir un virement pour la cargaison et pouvoir continuer de boire un petit moment avant de disparaître…



Une alarme mis fin à notre si belle conversation

« ATTAQUE VANDUUL, ATTAQUE VANDUUL, attention, ceci n’est pas un exercice, évacuation en direction des abris, mobilisation des troupes de réserve, ATTAQUE VANDUUL, ATTAQUE VANDUUL »


- Hahaha, ça n’a donc jamais de fin, Hahaha
- Vincent ! Que feras-tu ?! De toute façon…un jour ou l’autre, nous mourrons tous ! Mais si nous voulons que nos enfants puissent juger les conséquences de nos actes, alors il faudra faire en sorte qu’ils survivent à aujourd’hui.
Mon frère quitta le Cedar Board.

J’en fis de même pour partir en direction des docks. Sur mon mobyglass les données n’étaient pas bonnes, un important groupe de combat venait de passer le point de saut depuis le système Vanguard, certainement encore un trait d’humour de la part du destin.


Lucile et Sacha étaient déjà au Hull. Ils semblèrent étonnés en me voyant.
- Patron votre visage ?
- Et encore, t’as pas vu l’autre gars !
Allez, on dégage !

- Quoi mais on ne peut rien faire ? Ces gens vont mourir, ce n’est pas un simple raid, une multitude de chasseurs viennent vers la planète, l’armée ne parviendra pas à tous les stopper.
- Tant pis, des gens meurent tous les jours. Nous on se tire.
- Mais on pourrait peut être se battre.
- C’est comme ça, y’a plus rien à faire. Je préfère me battre lorsque j'ai une petite chance de gagner.
On bouge.



- Patron ! Vous…mais…
Vincent ! Tu pourrais juste éviter d’être un sale con ?!


- Eh ! C’est pas moi l’ennemi ! C’est eux là-haut !
- Justement ! On peut surement aider ces gens et toi tu penses qu’à te tirer alors que…
- Pourquoi tu me juges ? Pourquoi t’es là ? C’est ça ma vie aujourd'hui ! Elle te déçoit mais je vis comme ça !
- Nan Vincent ! Tu survis comme ça ! C’est pas ça la vie !
- Pourtant c’est la mienne !
- Tu ne peux pas les laisser comme ça !
- Pourquoi ! Qu’est ce que j’y gagne ? Je ne ferais pas la difference !
- Une rédemption putain ! C’est pas ce que tu cherches ?!
- Ça n’existe pas ! Seuls les abrutis pensent qu’un geste peut racheter une vie d’erreurs ! Tu n’es plus une enfant !


- Et ton frère ! Il va se battre lui !
- Il a fait son choix !
- Tu peux pas le laisser seul !
- Il est pas seul, il va se faire tuer avec tous ses potes mercenaires pour la gloire de l'UEE.
- Putain ! Vincent ! Si tu monte dans ce vaisseau, je te tire dessus ! Je te jure que je le ferais !

- Bah tire-moi dessus ! De toute façon…
- Quoi ? De toute façon quoi ? Hein ?! Tu es mort en même temps qu’elle ?! C’est des conneries ça ! Elle est morte Vincent ! Elle est morte et tu pourras pas changer ça ! Mais toi tu vis ! Peu importe combien de bouteilles tu vides ! Peu importe la vie de merde que tu cherches à avoir ! Tant que t’auras pas les couilles pour te foutre une arme sur la tempe et appuyer sur la gâchette tu changeras pas ça !
- …Attention, tu ne sais pas de quoi tu parles...tu ne sais pas de qui tu parles.


- Peut être. Mais…

Mais eux là-haut…
Ils le peuvent…ils peuvent te donner ce que tu cherches. Il te suffit juste d’aller te battre…

Faut juste que tu te battes...S’il te plait…

- …


Elle avait mis du temps pour se réveiller mais la furie refaisait surface, j’ignorais ce qu’elle attendait de moi ou si elle devait se prouver quelque chose…j’ignorais si elle avait raison…si j'attendais juste une bonne occasion pour partir...y avait-il seulement de bonnes occasions...

J’eu un regard pour le Warden posé non loin et elle savait qu’elle avait gagné…
De toute façon, il était trop tard pour espérer s’en sortir en fuyant à bord d’un Hull, rien que la scène aurait été risible.


L’ennemi était sur nous…et ce sentiment oppressant ne m’avait pas manqué.
C’était un sacrifice pour le geste, rien d’autre. L’ennemi était en surnombre et un pilote de plus n’allait rien changer dans cette bataille.

Je laissais le D pour monter dans le Warden et…
- …Qu’est ce que tu crois faire !
- Je monte, tu as besoin d’un gunner à la tourelle non ?!
Aujourd’hui, on pouvait tous choisir librement comment mourir…Elle avait choisi.


Je prenais les commandes du Vanguard
J’étais de retour chez moi…aux commandes d’un vaisseau de combat dans le milieu que je maîtrise peut-être le mieux…

Et cette voie intérieure qui ne m'avait jamais quitté
- Vincent ?
Vincent ?

- Oui, je sais… Chloé…je sais…


Je connaissais les procédures pour forcer le vaisseau à me reconnaître comme ayant le profil d’un pilote d’essai.
Les systèmes se mirent en route et je pouvais lancer les moteurs.

Le vaisseau s’arracha de la piste.

Au sol, Sacha regagnait le Hull mais ça n’avait plus d’importance.
Plus rien n’avait d’importance sinon peut-être une promesse non tenue.


- Chloé, je rentre enfin…
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » dim. 19 juin 2016 13:25

Chapitre XV : Une Promesse à honorer



Je me contentais de m'aligner sur une cible pour la détruire afin de passer à la suivante.
Les premières minutes passèrent de cette façon. J'avais bien abattu une dizaine de Vanduuls mais l'ennemi allait bientôt nous submerger.

Une explosion secoua le vaisseau
Chloé !
Non
- Lucile !

- LUCILE !!
- Ouais ! Ouais ! Ça va, j’ai rien par contre…voler sur un seul moteur ça passe ou bien ?
- Il n'est pas complètement HS, j'ai toujours de la poussée dessus. Accroche toi, je fonce dans la mêlé.
- Que ?! Quoi ?! Mais...
- On s'est trop isolé du groupe de combat, si on reste ici, ils nous tomberont trop facilement !


Elle réalisait à cet instant qu'il n'y avait pas d'issue favorable à ce combat.
Je retournais à ma tache, aligner, tirer, aligner...

Un Vanduul mal en point nous fonça dessus, le choc fut terrible.
Nous étions fait, une dizaine de Blade fondaient sur nous, je n'avais plus aucuns missiles, l’énergie chutait dans tout l'appareil.
Je surchargeais le dernier moteur pour leur foncer dessus, j'allais obtenir ce que j'étais venu chercher.


Une masse imposante surgi sur notre coté, balayant les intercepteur de l'ennemi en les écrasant. Le Hull D ne semblait pas vouloir arrêter sa course.
- Sacha, je vais te tuer !
- Prenez un ticket, vous êtes pas le seul sur le coup, hé hé
- Je ne plaisante pas, je vais réellement te tuer
- Oh...

Alors que j'expliquais comment j'allais procéder pour racler la peau des os de mon mécanicien, une escadrille complète de Hammerhead se positionna pour faire barrière et protéger Jalan. Nous avions une issue. Je piquais droit sur la planète.


J’eus un mal fou à rattraper l'angle d'approche pour rejoindre l'astroport, aussi je nous écrasais en ville.
L'ennemi était en déroute, des renforts militaire venaient d'arriver pour solidifier les positions défendu par la milice. Un hull D fumant rejoignait l'astroport, j'allais tuer son pilote d'un jour.


On empêcha cependant ma progression, des Vanduuls me firent face, je n'étais pas le seul à m’être crashé sur la planète. Lucile tira la première, tandis que je retournais m'armer dans l'épave du Vanguard.

Des tirs de plasma fusaient auxquels nous répondions de plus belle, le Warden possédait une véritable armurerie à son bord. Je m'emparais de l'HP21I je n'allais pas faire dans le détail, Lucile couvrait mon assaut avec le Shotgun Devastator.
Le combat était inégale, je comptais huit assaillants mais ils étaient dans notre milieu. Les Vanduuls sont d'immenses machines de guerre, dans cette ville à taille humaine, ils sont des cibles plus faciles pour nous et les planques ne manquent pas.


Je venais d'en atomiser un, ces armes devraient être interdite à la vente libre...
Lucile me rejoignit dans une boutique de vêtements, trois des Vanduuls nous suivirent, ouvrant le feu sur les holo-manequins de présentation, nous profitions de cette distraction pour les abattre.
Nous avions dû énerver leur congénères qui utilisèrent des grenades pour nous déloger faisant s'écrouler une partie de l’étage.
Nous étions hors de combat, j'entendis d'autres tirs dans la rue avant de perdre connaissance.


Le monde nous survivra...

- Tu t'amuses à vivre l'enfer ?
Chloé me regardait, j'avais rêvé de ses yeux d'un bleu profond pendant une éternité et je pouvais les revoir enfin...

- Non je survis sans toi...
- Et tu penses que tu t'en sors bien jusqu'à présent ?
- C'est douloureux mais tu sais ce qu'on dit, l'homme s'adapte inlassablement aux pires situations qu'il rencontre ou il est condamné à disparaître.

- Qu'elle perte ce serait
- Oh tu sais, je...
- Je parlais d'elle

Lucile semblait paisible
- Ah...oui...en effet

- Alors qu'est ce que tu attends ? Tu ne vas tout de même pas te reposer maintenant ? Je pense que tu as encore à faire.
Cholé se rapprocha comme pour m'embrasser, s'appuyant délicatement sur mon torse, je sentis une grande douleur.


Elle me saisi.
Je voulais hurler mais la poussière me fit tousser plus qu'autre chose, une colonne effondré sur mon torse m’empêchait de bouger ou même de respirer convenablement.
A l'aide ! Par ici !
Personne ne pouvais entendre...

ma main saisi le Burstcanon, j’eus toute la misère du monde à le lever mais c'était fait, je tirais jusqu'à décharger complètement l'arme.


- Ici les gars, il y en a un ici !
Et une autre là, ramenez des civières et des rayons-tracteurs !

Je sombrais à nouveau dans les ténèbres.


Je faisais surface dans un endroit excessivement blanc avec une odeur bizarre, un hôpital, on ne pouvait ce tromper.
Avec mon adorable frère qui se balançait sur une chaise et ne me lâchait pas du regard.

- C'est si moche que ça en à l'air ?
- Boarf...si on compare par rapport à avant, je suis pas sûr que tu y perds...
- ...
Enc...

- Je suis partagé, je ne sais pas si je dois te féliciter pour le combat ou me moquer de ton crash
- J'ai bien une petite idée de ce que tu pourrais faire mais bon elle te plairait pas...
Lucile ?

- Elle s'en ait sorti aussi
- Sacha ?
- Il n'a rien eu lui pourquoi tu poses la question ?
- Mince...non comme ça.

- Ton Hull D est en réparation au fait
- Je m'en doute, combien de temps ai-je été inconscient ?
- Toute ta vie je pense mais c'est une autre histoire...
- …

- ça fait deux jours...
- Y'a eu beaucoup de perte ?
- De nombreux gars de la milice et pas mal de militaires, une cinquantaine de civiles mais ça aurait pus être bien pire.
Tania souhaiterait récupérer son Warden au fait.

Je fis un léger rictus

- Ne me fais pas rire, ça tire un peu, aie...
- Tant mieux, si tu pouvais apprendre de tes bêtises
- Ne t’inquiète pas, on me reprendra pas de sitôt à vouloir sauver la veuve et l'orphelin...
- Tu l'as vu ?
- Qui ça?
- Chloé ? Tu l'as vu ?
- …
- Tu en a parlé durant ton coma

- Quand pourrais-je sortir ?
- J'en sais rien, je suis pas médecin, quand tu seras foutu de mettre un pied devant l'autre sans te casser la gueule je suppose.


Une semaine plus tard, je récupérais le D. J'avais assigné Sacha au nettoyage du vaisseau durant tout le trajet de retour.
Lucile ne quittait pas le poste de pilotage, elle m'observait régulièrement avec une sorte de fierté dans le regard, ce qui m’énervait au plus au point et la faisait sourire. Encore une fois elle se méprenait sur ce que j'avais l'intention d'accomplir sur Jalan...
Le voyage de retour se passa sans encombre mais je rentrais sur Terra pour apprendre une terrible nouvelle.


Je perdis pieds, mon monde s'écroulait, un coup de poignard aurait fait moins de dégât.
Frank avait profité de mon absence pour y rester...
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Avatar du membre
Yatila le Lap'Hun
Modérateur Global
Modérateur Global
Messages : 2281
Enregistré le : dim. 1 mars 2015 10:45
Localisation : Kaffeklubben O

[BG] Les bars parallèles

Message par Yatila le Lap'Hun » jeu. 23 juin 2016 10:06

Chapitre XVI : La fin d'un monde, le mien



Le Bar de Frank venait de fermer. Une partie de moi venait de s'éteindre avec cette nouvelle, c'était aussi simple que ça.
J'avais tout risqué pour d'autres et je ne suis pas sûr que toutes ces vies valaient plus que la sienne.

A présent, je suis là dans cette salle, au milieu des camarades avec qui nous partagions nos bouteilles. Un holo fut activé devant cette horrible boite, une image de Frank rajeunit de 10 ans au moins nous faisait face. Un discours enregistré nous fut passé, comme s'il avait attendu ce moment depuis quelque temps.

«N’allez pas sur ma tombe pour pleurer !
Je ne suis pas là !

Je suis les mille alcools qui vous arrachent la gueule,
Je suis le scintillement du verre que vous buvez,
Je suis l’éveil des moteurs dans le calme du matin,
Je suis la lumière qui traverse la vitre du cockpit,
Je suis l’étoile qui brille dans l'espace !

La mort n’est rien,
Je suis seulement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.
Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,
Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Buvez, souriez, pensez à moi, buvez pour moi.

Que mon nom soit prononcé dans les bars
comme il l’a toujours été,
sans emphase d’aucune sorte, sans une trace d’ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifié.
Elle est ce qu'elle a toujours été.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
Alors que je ne suis pas loin, je vous attends de l’autre côté du chemin.

N’allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là !»
...
...
...
ha ! hé ! J'allais oublier.
Vincent, ton ardoise court toujours !



...


enfoiré...


Une personne de plus m'attendra de l'autre coté.
Je ressens la tristesse et surtout la colère.
Mon frère est venu, il sait.

- Je suis...
- Tu sais que je n'en ferais qu'à ma tête, alors, tu me trouve des infos grâce à tes contacts ou tu traces ta route.
- Tu étais prêt à tous nous lâcher sur Elysium mais tu vas retourner l'univers pour venger Frank ?
- C'est une question de principes.
- ...Je vais essayer de te trouver quelque chose, on se retrouve chez toi ce soir, si tu sais encore où tu vis...


Voila que j'errais seul et surtout sobre dans les rues de Terra, Franck ne m'avais pas informé qu'il avait des problèmes et je lui en voulais mais pas autant qu'a moi pour ne pas lui avoir posé la question. Est-ce qu'il me ménageait ?
Ce qu'il avait fait pour moi, jamais je ne pourrais lui renvoyer l’ascenseur. Pourtant le monde continuait de tourner et ça me rendais malade.
Je me rendis à l'astroport pour monter dans le Max, j'allais achever une bouteille de rhum hors d'age également pour le principe.

...
C'était une autre vie, un cauchemar qui ne perdait pas de son intensité

Alors que je commençais à manquer d’inspiration pour mon splendide monologue d’injures dédiées aux puissances de l’univers, j’entrepris d’écourter mon existence, avec l’aide de mon arme. Au moment crucial, une voie résonna dans mon casque.
- Pilote ? Peut-être...pourrais-tu attendre avant de faire ça, on aurait besoin d'un coup de main pour rentrer...
Cela aurait pus être mon imagination si seulement le Tali qui me faisait face ne semblais pas si réel.

La commission d’enquête venait de se terminer.
Alors que nous sortions de la salle d'audience, Francesco Baracca ou Frank pour les intimes me regarda avec un sourire. Je ne pouvais le lui rendre, j'avais tout perdu, Chloé, ma carrière dans la Navy, ma vie...
Il connaissait un endroit ou on pourrait prendre un verre pour oublier et discuter.
Deux jours plus tard j'étais dans un bar sur Terra, ivre mort sur le comptoir a chanter une chanson paillarde avec Frank. Le bar lui appartenait et je ne savais où me rendre en dehors de cet endroit.

Puis un jour mon ami me fit remarquer que j'étais toujours pilote, il avait besoin d'un mec pour ravitailler le bar de temps en temps, il me confia un Freelancer Max d'occasion. Je m'occupais de faire la navette entre les producteurs des systèmes lointains et le bar, je tentais de survivre en remboursant une sorte de dette...à vie..."mon ardoise".



Je me réveillais en chassant péniblement ces images du passé
Seule une pensée continua de m’obséder. Il m'avait sorti de ce mauvais pas...et je lui avais tourné le dos...
- Une pu...d'ardoise...


Il faisais déjà nuit et j'avais rendez vous avec mon frère. Je regagnais péniblement cet appartement, impersonnel au possible, je ne reconnaissais pas vraiment l'endroit comme mon domicile. Juste un coin de Terra plus calme que le Bar de Franck.
Mon frère attendait, sans doute depuis un moment et il décida de ne pas perdre plus de temps.

- Ils sont trop fort, nous ne pouvons le faire comme ça.
- Nous...?
- Tu fais tes choix, je fais les miens.
- Ou devons nous aller pour trouver ceux qui ont fait ça ?
- C'était Gee’Thamon...
- ça devrait me dire quelque chose ?
- Le Tevarin que tu as rencontré au Cedar Board...
- ...
...
Non ! Non !...

Ce n'était pas possible, non !
- Je l'ai laissé s'enfuir sur Elysium...

Je m’effondrais. J'en voulais au monde, à mon frère mais c'est moi et moi seul qui était le coupable. La conséquence de mes actes, mes choix avaient tué Frank....Le Tevarin avait peut être cherché à m'atteindre et il avait réussi.


Il me fallait de l'aide, même si cela me coûtait de le reconnaître. Je devais réduire à néant ce lâche et tous ceux qui l'entouraient, réduire leur monde en cendre.

- Je vais rassembler des amis et dans deux jours, je partirai en guerre et rien de ce que tu dira ne me fera changer d'avis.
- Bien, alors...
je nous trouverais des armes, tu gères le transport, j'ai un ou deux collègues qui viendront sûrement nous prêter main forte et ils seront sans doute plus utile que les piliers de bar que tu t’apprête à recruter...

- Tu ne connais pas la valeurs des hommes qui fréquentaient le bar, moi oui.
- J'en sais suffisamment pour savoir qu'il me faudra recruter de mon coté.

Mon frère sorti de chez moi. J'en faisais de même, je devais retrouver les hommes dont je parlais et j'avais une petite idée de l'endroit pour commencer mes recherches.


Je marchais en direction du Juliet's Bar...
Un Grand Guerrier? Personne par la Guerre ne devient Grand.

Répondre