Original Systems

Original Systems
Origine
Création 2936
Fondateur Henry Garrity ; Charlie Bass
Planète Terra
Société
Forme juridique Société
Slogan inconnu
Siège Social Terra
Dirigeant Henry Garrity
Activité créateur de jeu vidéos.
Produits ULTIMATE (2920); Cave Of Terra (2936); Arena Commander (2943).
Filiales Inconnues
Effectif Inconnu
Donnée Financière
Chiffre d’Affaire (année) Inconnu
Résultat net (année) Inconnu

Original Systems

Jusqu’à 2943, la société Original Systems[1] était surtout connue comme étant à l’origine de la saga de jeu de rôle et d’action ULTIMATE. En juste huit années, une petite bande d’ados occupés à développer des jeux dans le hangar de leur parents est devenue Original Systems : une société multimédia d’envergure mondiale. Tout laissait alors penser qu’elle ne s’arrêterait pas en si bon chemin. Plus récemment encore, un événement sans précédent toucha la compagnie (on parle d’une envolée stratosphérique de ses ventes) avec la sortie du jeu de combat spatial au succès considérable : Arena Commander.

[extoc]

Histoire de la société


 

ArenaCommanderLogoSkinned

L’histoire d’Original Systems remonte à la fin des années 2920, alors que le futur fondateur Henry Garrity commençait tout juste à toucher à la conception de jeux sur MobiGlas dans le hangar de son père. En résulta Ackbar, un jeu de rôle qui ne ressemblait en rien à ce qui avait jusque là été conçu sur ce système. Le jeu s’est bien vendu et fut un succès sur le marché grandissant des mobijeux. Garrity a traité le jeu comme un prototype pour ULTIMATE, le jeu de rôle à scénario qui engendrerait plus tard une douzaine de séquelles et impacterait durablement le monde du jeu vidéo. Le succès permit à Garrity de décrocher un contrat d’édition professionnelle avec le géant industriel Oakhurst Online, qui dura le temps de sortir les trois premiers jeux ULTIMATE jusqu’à l’éclatement d’une dispute au sujet de l’ajout de cartes holographiques qui divisa les deux partis.

En 2936, Garrity s’associa à son frère Charlie Bass, expert financier et lui aussi développeur de jeux vidéos, pour créer la société Orginal Systems. La même année, ils sortaient le jeu Caves of Terra de Bass, un jeu de plateforme et d’action, ainsi qu’ULTIMATE IV de Garrity, considéré encore aujourd’hui comme son plus grand chef-d'œuvre. À l’horizon 2940, Original Systems comptait une douzaine de titres à son actifs et employait 300 développeurs au travers de nombreux studios. La compagnie s’était taillée une importante part du marché, ses concepteurs de jeux de rôle devenant ainsi les concurrents à abattre.

Personne n’imaginait à l’époque qu’Original avait encore du chemin à parcourir ! En 2940, Garrity se lia d’amitié avec le développeur Terran montant Tristan Blair. Blair avait déjà sorti tout un panel de jeux à succès sur les consoles de salon et avait hâte de faire une entrée fracassante dans le monde plus performant qui lui était accessible en allant plus loin que ce que le développement sur MobiGlas laissait faire, grâce au matériel de jeu dédié. Garrity lui offrit rapidement d’éditer sa dernière production, un RPG (note : Roleplaying game en Anglais, ou jeu de rôle en Français) aux allures d’ULTIMATE répondant au nom de Times of Myth (en Français : « L’Époque des mythes ») et l’engagea ensuite pour développer de futurs titres chez Original. Le résultat ne fut rien de moins qu’un bouleversement du monde du jeu vidéo avec la sortie d’Arena Commander.

 

 

La série des ULTIMATE


 

Empruntant à Garrity ses inspirations variées et ses goûts ésotériques, la série des ULTIMATE propose au joueur de pénétrer un monde abritant différentes atmosphères, allant de la fantaisie médiévale à des thèmes plus contemporains d’aventure spatiale. Le scénario-type d’un opus de cette saga peut contenir de tout : du combat d’épées à dos de cheval en passant par des batailles aux pistolets laser, le tout saupoudré d’histoires fascinantes qui obligent les joueurs à effectuer des choix moraux plutôt que de simplement se tirer les uns sur les autres. À ce jour, six jeux de la série principale ULTIMATE ont vu le jour, chacun reprenant alors les aventures du personnage principal à travers un royaume fictionnel fantasque.

Plus étonnant encore, la série des ULTIMATE fait preuve d’une popularité inédite auprès des Xi’An. La société Xi’An C-sphere Organic Entertainment est allée jusqu’à contacter Original Systems afin de leur demander de réaliser un portage d’ULTIMATE III, faisant alors de ce jeu le premier divertissement d’origine humaine adapté à un usage extraterrestre. La campagne publicitaire qui en découla fit de Garrity une petite célébrité chez les Xi’An, lui apportant alors un tout nouveau public pour le jeu.

 

 

Arena CommanderHornet_Hud_Arena_Commander_Title_Design


 

Encensé par les joueurs de toute la galaxie et par chaque critique l’ayant testé, d’Optimum Glas (le jeu pouvant même se targuer d’avoir la seule et unique critique 6 étoiles jamais attribuée) en passant par the New Terran Journal, Arena Commander a complètement changé la réputation d’Original Systems et altéré à jamais le développement des jeux vidéos. Contrairement à ULTIMATE, Arena Commander se concentre sur une immersion absolue : une partie de ce jeu est comparable à un vol en Aurora ou en Hornet, tant que la technologie moderne permet d’y simuler fidèlement.

Autre différence avec ULTIMATE : Arena Commander n’est pas un titre MobiGlas. Au lieu de ça, le jeu utilise les ordinateurs les plus puissants possible. On peut y jouer depuis n’importe quel support, que ce soit en utilisant une borne de jeu (plateforme la plus efficace) ou bien les ordinateurs de bord des vaisseaux spatiaux. Alors que beaucoup de développeurs de jeux auraient honte de créer un jeu qui demanderait aux utilisateurs d’équiper un vaisseau pour jouer, Blair n’en a eu que faire… et jusqu’à aujourd’hui, les ventes ont confirmé ses dires : les joueurs chercheront à avoir un matériel toujours plus performant pour profiter de la meilleure expérience de jeu possible !

Le coeur d’Arena Commander repose sur les affrontements entre pilotes ainsi que sur un large panels d’environnements. Apparemment, tout est parfaitement simulé : que ce soit les effets visuels ou les sensations du joystick vibrant sous la main du joueur. De plus, les fonctionnalités du jeu peuvent être étendues grâce à des extensions facultatives, chaque pack permettant d’ajouter des vaisseaux et d’autres histoires moyennant paiement. De vrais pilotes militaires ont été appelés pour aider à tester le jeu au cours de son développement et ils ont à l’unanimité déclaré qu’il n’y a jamais eu de simulation de combat spatiale pour utilisateurs amateurs plus fidèle.

Arena Commander a entraîné la création d’une base de fans dévoués à travers l’UEE, avec des admirateurs suspendus aux lèvres de Blair, se rendant à chaque convention dédiée à Arena Commander attendant avec impatience chaque extension à venir. Il a déjà été prévu d’étendre la franchise autour du jeu, on parle d’une série holovidéo Arena Commander et même d’un film en préparation. À peine quelques mois après la sortie du premier opus, les discussions au sujet d’un Arena Commander 2 atteignent déjà des sommets.

 

 

L’avenir


 

Les analystes insinuent que l’incroyable succès qu’a connu Original Systems ces 18 derniers mois pourrait finalement causer la perte du studio. Jusqu’à très récemment, la société avait un contrat d’édition avec Brainscape, Inc. qui permettait d’amortir les coûts de production de nouveaux jeux. La demande du public pour Arena Commander a cependant été si grande que les différents acteurs de ce développement ont dépensé des sommes colossales dans le seul but de satisfaire les commandes en instance. Le coût de création d’une infrastructure suffisante pour gérer cette production oblige le prochain titre d’Original à se vendre au point de rapporter gros, que ce soit ULTIMATE VII ou Arena Commander 2 (ou bien le projet de Blair qui lui tient tant à cœur : une simulation de combat aérien historique), ce afin que la société puisse survivre. Plus inquiétant encore, certains redoute que la société soit contrainte à être sauvagement rachetée par un plus gros éditeur. Si cela arrive, les conséquences sur le style unique et la créativité sans limite que met en œuvre Original dans le développement de jeux pourrait être catastrophique.

 

 

Note : voici la traduction d’un commentaire de Melevorn à la suite de l’article original. Celui-ci nous renseigne sur les références au studio Origin Systems cachées dans cette histoire fictive (inspirée de faits réels… de notre époque).

« Pour les non-initiés :

– Henry Garrity = Richard Garriott alias Lord British

– Ackbar = Akalabeth

– ULTIMATE = Ultima

– Oakhurst Online = Sierra Online

– La conflit au sujet des cartes holographiques fait référence à un conflit à propos de cartes sur papiers

– Charlie Bass = Chuck Bueche

– Original Systems = Origin Systems

– Caves of Terra = Caverns of Callisto

– Tristan Blair = Chris Roberts (notez également que le personnage principal des jeux Wing Commander se nomme Christopher Blair dans WC3)

– Times of Myth = Times of Lore

– Arena Commander = Star Citizen

 

Sources